soutenir le forum

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 AJINS (4/4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Messages : 185 Voir le profil de l'utilisateur
http://fleshandbone.forumactif.com


Lun 11 Sep - 18:00


les ajins

rick krueger libre  
henry lamort libre  
sara lynch libre  
ava rowe libre  



Dernière édition par FLESH AND BONE le Ven 13 Oct - 22:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 185 Voir le profil de l'utilisateur
http://fleshandbone.forumactif.com


Lun 11 Sep - 18:01


rick krueger
tom hardy, christian bale, michael fassbender
NOM ET PRÉNOM Richard Krueger, dit Rick par la plupart, parce que Richard ça fait vieux. ÂGE Autour de quarante ans. DATE ET LIEU DE NAISSANCE Quelque part au Texas, où il a longtemps vécu. ORIGINES Américain pur souche à un point tel qu'on le voit un peu redneck. OCCUPATION Ancien fermier / propriétaire d'un ranch au Texas. Il a été un temps associé à The Page Turner. Maintenant recherché par l’État, le CCG et le DRA, chef des cavaliers de l'apocalypse, nommé Pestilence par les médias. STATUT CIVIL Seul et amer. ORIENTATION SEXUELLE Il les aime fortes, il les aime lorsqu'elles hurlent, frappent et griffent. Il les aime grandes, élégantes et autoritaires.  SITUATION FAMILIALE   Divorcé, ou alors, encore marié. Rick ne sait pas, mais la voit comme morte. Elle l'a trahi ; elle l'a vendu puis abandonné après lui avoir promis l'éternité. MORT ET CAPACITÉS Il meurt lorsque le besoin s’en fait sentir. La première a été administrée par un cheval. Une ruade, pour il ne sait plus quoi. Un coup de sabot plein placé en pleine tête, son crâne en bouillie, il claque en deux secondes, le temps qu’il s’effondre sur le sol et que ça commence à s’étendre, sang et cervelle, sur le sol en terre. Elle a hurlé, il est revenu. Elle a hurlé encore plus fort, alors. PARTI Anarchique. Chef des Cavaliers de l'apocalypse, il rêve d'un gouvernement, d'un État, d'un pays uniquement pour les siens. Il rêve de voir les hommes soumis, à leur place.  TRAITS DE CARACTÈRE Dur - anarchique - ardent - réfléchi - juste - droit - autoritaire - agile - patient - calculateur - meurtri par le passé - attentif - sensé - pragmatique CRÉDIT ΛLDEBΛRΛN.
CHRONOLOGIE

début 2000 Première mort sur le ranch. Sa femme, agente du CCG, le dénonce à l'agence et le traque. Leur amour disparaît, Rick voit son monde s'écrouler et doit prendre la fuite, laissant derrière lui son ranch, ses chevaux, sa vie. 2002 Rencontre avec Henry Lamort 2005 Création du café The Page Turner 2012 En compagnie de Ronnie, Rick quitte The Page Turner.  2015 Rencontre avec Ross Boone février 2017 Première apparition médiatique en tant que Pestilence


ross boone  L'un est la main, et l'autre l'arme entre les doigts. Ross et Rick. Rick et Ross. Le démon et son chien de l'enfer. Il était presque impossible que ces deux êtres se rencontrent, et pourtant ; et pourtant. La rage de Ross se noyait dans un verre d'alcool - qui goûtait la merde, vu sa nouvelle condition - et Rick a posé ses prunelles, calmes, sages, sur lui. Les deux hommes ont discuté comme le font souvent les gens saouls et en colère ; une utopie s'est créée au fil de leurs paroles et le monde était déjà cendres et feu dans leurs pensées. Ce n’était pas eux, le problème, c’était les autres. Et ils les ont tués, à coup de mots et de rêveries. Ils ont détruit le monde comme on aime le détruire lorsque la colère claque avec trop de forces. Des gens normaux auraient tout oublié le lendemain et seraient retournés à leur vie sans un regard en arrière. Rick et Ross ne se sont pas arrêtés là. Rick et Ross ne se contentent pas de rêver. Et si les rêves de Rick sont fous, emplis de sangs, de larmes et de morts, Ross ne cille pas. Ross écoute le moindre de ses mots et attend l'ordre de mordre, bien dressé.

delilah copperspoon Les corps se lient dans de lourdes caresses ; ils se dévorent l'un l'autre sans attache, ne serait-ce que quelques heures, avant de s'observer dans l'indifférence la plus totale. Les choses sont sérieuses. Les affaires sont les affaires. Rick et Delilah possèdent un pacte, un contrat. Il lui apporte les 'soldats' qui ne se plient pas à ses règles. Ceux qui osent trop, ou qui n'obéissent pas assez. Il lui apporte ces hommes et ces femmes après interrogatoire, manière efficace de faire disparaître les carcasses. Delilah, quant à elle, l'informe de ce qu'elle apprend dans les rues. Le cœur de Rick est trop dur, trop sûr que la solitude est mieux que la trahison : alors ils ont une relation professionnelle, intéressée, et cela leur suffit.

henry lamort C'est une amitié au delà des opinions qui unit les deux hommes. Autrefois collègues au café-librairie, ils ont emprunté des chemins différents lorsque Rick a décidé de quitter l'endroit car il désirait être vu par la face du monde, et non s'unir à lui. Ils restent amis, pourtant ; les deux hommes causent en longueur de divers sujets. S'ils n'approuvent pas la manière de voir le monde de l'autre, ils l'acceptent tout au moins, et désirent secrètement que l'un d'eux ait raison. Ils s'entraident également, mais se battent s'il le faut, et protègent les leurs du mieux qu'ils le peuvent. Il n'est pas rare que Rick ramène des âmes innocentes à Henry pour qu'il les protège, et ce dernier scrute les nouvelles avec appréhension, redoutant d’y lire un jour la nouvelle triomphale de l’arrestation de son vieil ami.

Jehan Marr « Les chiens sont interdits, monsieur. » Leurs regards se croisent à peine, tandis que Jehan parle. Rick cesse son pas, ne dit rien. Quelque chose luit, dans ses yeux. Face au silence, Jehan l'observe de nouveau, cligne des yeux puis lui offre un sourire désolé, un air innocent. « Oh pardon, j'ai cru voir quelque chose. » Ils se lorgnent en chiens de faïence, Rick ne répondant rien. À côté de lui, son IBM lui sert de compagnon comme à son habitude : posté sur ses quatre pattes tel un clebs, il tend son museau vers les gens environnants, silencieux. Comme eux. Ils se dévisagent encore, aucun ne brisant le contact. Rick finit par sourire. « Un moyen café pour emporter, s'il te plaît. » Le garçon le sert poliment, Rick paie. Son regard, brièvement, se pose sur le nametag du gamin. Jehan. Il s'en souviendra ; Jehan.

lazarus daniels (scen.) Ça commence à faire longtemps qu’ils se connaissent les deux. S’ils parlaient d’un monde meilleur autour d’un café, c’était aussi parce que Lazarus avait joué cartes sur table avec ce type qui lui paraissait pouvoir tout comprendre. Aussi quand Rick lui a fait savoir qu’il y avait du mouvement, Lazarus était prêt, plus prêt qu’il ne l’avait jamais été, et plus près aussi des fumiers qui les traquaient. Ils sont comme les deux faces d’une pièce : Rick est publiquement dévoilé, concentre l’attention de leurs ennemis et les détourne de soupçons possibles ; Lazarus est peut-être le plus secret des « Cavaliers », à agir dans l’ombre et à tout faire pour ne jamais être démasqué. Et quand ils se retrouvent, au calme, c’est souvent pour se saluer en se collant des grandes claques dans le dos. Laz estime profondément Rick, qui en se révélant a réussi à galvaniser les leurs, ceux qui avaient besoin qu’on les pousse un peu pour se révolter.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 185 Voir le profil de l'utilisateur
http://fleshandbone.forumactif.com


Lun 11 Sep - 18:02


henry lamort
mark strong, ben mendelsohn, mads mikkelsen
NOM ET PRÉNOM Henry Lamort ; canadien francophone d'origine, il porte un nom qui brille d'ironie car la mort tournoie sans cesse autour de lui. ÂGE Cinquante-cinq ans et plus, selon l'avatar choisi. DATE ET LIEU DE NAISSANCE Au choix, quelque part au Québec.   ORIGINES Canadien-français, bien qu'il soit bilingue grâce le pays où il a grandi. OCCUPATION Propriétaire du café-libraire The Page Turner. Il s'occupe également des ajins et goules ayant besoin d'aide, leur donnant emploi et logis dans son édifice, le bâtiment comprenant cinq étages (une partie du rez-de-chaussée sert de café, deux étages sont dévolus à la librairie/bibliothèque, et les deux derniers étages accueillent les logements, airs communs). STATUT CIVIL Veuf de femme et d'enfant, il n’en parle pas et se contente d’en porter le deuil en silence. ORIENTATION SEXUELLE Le coeur saigne de son absence ; il ne regarde plus personne. SITUATION FAMILIALE Henry avait une femme, autrefois ; certes goule, mais plus humaine que de nombreuses personnes. Et ils avaient un enfant, ensemble. Une petite fille, douce et fragile. Humaine comme lui. Quelque chose est arrivé, un jour ; le CCG. Le CCG et ses mensonges, tuant sa femme et sa fille, le laissant seul avec ses maux. MORT ET CAPACITÉS Il est mort une fois uniquement. Henry ne s'en souvient pas réellement ; il sait s'être réveillé dans un lit de sang, contre femme et enfant. Elles mortes, lui vivant. L'image est marquée à sa mémoire au fer rouge, et la douleur ne s'efface pas. L'IBM, lui, est encore invisible, l'homme ne désirant pas réellement l'utiliser. PARTI Pacifique. Henry espère une entente entre les diverses espèces, une utopie. Pour sa femme, pour sa fille. Mais il n'hésitera pas à se battre, si on s'en prend aux siens. TRAITS DE CARACTÈRE calme - réfléchi - meurtri - utopique - humain - altruiste - secret - chaleureux - compréhensif  CRÉDIT PATHOS (LΛZΛRE).
CHRONOLOGIE

1985 Mariage avec Madeline. 1990 Naissance de sa fille. 1996 Mort de sa femme et de sa fille. Première et unique mort. 2002Rencontre avec Rick Krueger. 2005 The Page Turner naît, avec l'aide de Rick Krueger. 2012 Rick quitte The Page Turner. fin 2013 Rencontre avec Jehan ; le garçon se fait engager au café.


madeline lamort (pnj décédé) Rencontrée alors qu’il n’était encore qu’un humain, elle a été son rayon de soleil pendant toutes les années qu’ils ont passées ensemble -trop courtes, songe-t-il avec amertume. Madeline était canadienne anglophone d’origine, mais leurs différences ne les ont jamais éloignés : au contraire, elles les rapprochaient de par leur curiosité mutuelle. Elle a hésité au départ, et puis elle a fini par lui avouer après un dîner au restaurant* qu’elle n’était pas humaine. On ne s’intéressait pas encore aux goules, à l’époque. Henry a été surpris, mais ne s’est pas enfui en courant, bien au contraire. Après plusieurs mois, quelques années, il l’a demandée en mariage et ils ont passé les plus belles années de leurs vies unis, à adapter leurs repas aux besoins de chacun, attentifs aux uns aux autres. De ces moments, il ne reste que les souvenirs et une photographie encadrée des deux femmes de sa vie, qui jaunit avec le temps et trône sur le comptoir du Page Turner, comme pour veiller sur les occupants de la salle. Le souvenir de Mad le hante toujours, et est le fondement de la certitude d’Henry sur la possibilité d’un monde harmonieux, où les espèces s’entendraient et ne se craindraient pas.
(*Étant une goule, Mad faisait mine de se régaler de nourriture humaine, prétendait aller se laver les mains, et en profitait pour vomir tout son saoul avant de revenir comme si de rien n'était.)

rick krueger C'est une amitié au delà des opinions qui unit les deux hommes. Autrefois collègues au café-librairie, ils ont emprunté des chemins différents lorsque Rick a décidé de quitter l'endroit car il désirait être vu par la face du monde, et non s'unir à lui. Ils restent amis, pourtant ; les deux hommes causent en longueur de divers sujets. S'ils n'approuvent pas la manière de voir le monde de l'autre, ils l'acceptent tout au moins, et désirent secrètement que l'un d'eux ait raison. Ils s'entraident également, mais se battent s'il le faut, et protègent les leurs du mieux qu'ils le peuvent. Il n'est pas rare que Rick ramène des âmes innocentes à Henry pour qu'il les protège, et ce dernier scrute les nouvelles avec appréhension, redoutant d’y lire un jour la nouvelle triomphale de l’arrestation de son vieil ami.

ronnie sanders Elle était avec eux depuis longtemps, Ronnie. Douce mère cherchant refuge, elle avait encore un espoir de revoir son enfant, contrairement à Henry. C'est peut-être pour cela qu'elle a suivi Rick, choisissant la manière forte, plutôt que de rester en compagnie d'Henry. L'homme ne lui en veut pas ; quelque part, il sait qu'il aurait peut-être fait la même chose si sa fille était toujours en vie. Mais il a tenté ; il a tenté de la retenir, et elle lui en a voulu, pour cela. Quatre ans depuis qu'ils ne se sont pas parlé, maintenant.

Jehan Marr L'étrange gamin s'est présenté à son café un jour, demandant un emploi. Si Henry avait pour habitude de n'engager que des gens d'espèces inférieures, il a pourtant fait une exception pour Jehan. Peut-être car le gamin dégage une odeur de goule alors qu'il est humain, peut-être car il a un entourage principalement constitué de créatures. Henry ne sait réellement. Jehan semble plus investi qu'il ne dit l'être, et l'homme garde un oeil sur lui. Chacun porte ses propres mystères, et ils se dévisagent parfois en silence, jugeant l'autre, essayant de le comprendre.

Lazarus Daniels (scen.) Entre mecs qui ont un nom un peu trop évident pour ce qu’ils sont, le courant ne pouvait que bien passer. Pour autant, depuis la fondation des Cavaliers, Lazarus se pointe de moins en moins au Page Turner, pour une raison assez simple. Si on le soupçonne, on peut le filer : si on le file, le Page Turner est bien le dernier endroit où il veut amener ses ennemis. Oh, il y passe encore de temps en temps, glisse une enveloppe scellée à Henry, histoire de lui filer un peu de fric en cash pour donner un coup de pouce à la boutique, parfois un mot ou deux sur des ajins disparus des habitués, mais pas trop, parce qu’il veut que le café-librairie reste un espace à l’écart de toutes les horreurs du monde.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 185 Voir le profil de l'utilisateur
http://fleshandbone.forumactif.com


Lun 11 Sep - 18:02


sara lynch
kate mara, natalie dormer, elizabeth olsen, Krysten Ritter
NOM ET PRÉNOM Sara Lynch ; elle a gardé le nom de famille de ses parents malgré les nombreuses familles d'adoption qu'elle a croisées. ÂGE Trente et un ans. DATE ET LIEU DE NAISSANCE 1986, Détroit, quartier pauvre.  ORIGINES   Américaine. OCCUPATION Officiellement : assistante, secrétaire, esclave des temps modernes de Rafael Welsh. Officieusement : garde du corps de ce dernier. STATUT CIVIL Seule : on ne lui laisse pas le temps d'aimer. ORIENTATION SEXUELLE Au choix. SITUATION FAMILIALE La mère était volage, son père, bien qu'inconnu, humain. Son demi-frère, quant à lui, ayant un autre père, est né goule. Les services sociaux, face à l'incompétence de la mère avec un tel enfant, sont intervenus. Antony a été envoyé dans un centre pour goule, si elle s’en souvient bien, et Sara ailleurs. MORT ET CAPACITÉS La plus stupide des morts qui soit : un empoisonnement à l'alcool lorsqu'elle avait 15 ans. Sara n'en a parlé à personne et pensait pouvoir garder ça secret jusqu’au bout. Mais voilà qu’un jour, le père dans la famille d'accueil où elle se trouvait l'a frappée, encore et encore, et Sara ne s'est pas relevée. Du moins, pas immédiatement. L'homme a appelé le CCG pour la dénoncer, et c'est Rafael qui a reçu l'appel et qui est venu la chercher. Elle sait également manier son IBM, bien qu'elle ne puisse le faire apparaître plus de deux fois de suite, et pour un temps limité à quelques minutes seulement. PARTI Neutre ? Sara ne sait pas. Ajin, elle travaille pour le CCG et le DRA à contre coeur, Rafael faisant du chantage sur sa propre personne. Elle aide les siens lorsqu'elle le peut, dans tous les cas, faute de se rebeller contre sa situation. En attendant,  elle note en pattes de mouche dans un carnet tout ce que Rafael fait de bien (lui avoir sauvé la vie dix ans plus tôt par exemple), et tout ce que ses collègues du DRA font d’horrible (trop de choses). Elle espère qu’un jour un procès permettra de les condamner, mais que son témoignage sauvera son employeur et sauveur. En attendant, les carnets sont bien planqués et elle croise les doigts pour que les Welsh, avec qui elle vit, ne les trouvent jamais.TRAITS DE CARACTÈRE calme - observatrice - passionnée - rêveuse - acharnée - combative - sensible - optimiste - renfermée CRÉDIT BONNIE.
CHRONOLOGIE

1993 Les services sociaux viennent les chercher, Antony et elle, et les séparent. Pour leur bien, qu’ils disaient. 2001 Première mort, parce que l’alcool était un refuge aux dangers imprévus. 2003 Seconde mort. Rencontre avec Rafael. Débuts au CCG. 2008 Découverte de l’existence du DRA, avec le reste du monde : son sang se glace dans ses veines. 2011 Suit les traces de Rafael Welsh et se met à travailler pour le DRA, en plus du CCG : un cauchemar éveillé, mais elle encaisse sans broncher.  2014 Un besoin de consigner à l’écrit ce qu’elle voit se fait ressentir : Sara achète un carnet et commence à noter ce qu’elle observe. 2017 Elle entame son deuxième carnet de témoignage, sans jamais en avoir parlé à Rafael. Le premier est toujours bien planqué.


rafael welsh L'homme et son arme. L'homme et son bouclier. Lorsqu'elle avait 17 ans et que Rafael était encore un jeune agent, il a répondu à un appel identifiant un être étrange. L'homme s'est rendu sur les lieux et a acheté le silence du père adoptif avant d’emmener Sara avec lui. Les Ajins n'étaient pas connus alors, et il a donc été facile de faire passer Sara pour une simple humaine et d'en faire son assistante. Elle ne pouvait le quitter ; elle restait, ou alors il disait tout à son sujet, et elle finissait dans les laboratoires. Presque vingt ans se sont écoulés depuis ; vingt ans qu'ils sont l'un avec l'autre. Vingt ans qu'ils partagent presque tout. La relation a changé, bien qu'aucun des deux n'ose réellement l'avouer. Après tout, Rafael déteste les créatures. Après tout, Sara n'est pas humaine. Et pourtant, une forme de tendresse, d'attachement est là, entre eux, née sans qu’ils n’y prêtent vraiment attention. Il suffit d'un geste. Un simple geste, pour y toucher.

antony gansey Le frère et la soeur. L'un qui a oublié, l'autre qui se souvient. Antony n'avait que deux ans lorsqu'il a été séparé de sa soeur. Il a oublié, tandis qu'elle se rappelle. La jeune femme aimerait retrouver son frère ; elle brûle d'espoir, quelque part, de le revoir un jour. Lui s'en fiche totalement ; ça lui importe peu, surtout qu’il n’imagine pas avoir une famille encore, quelque part. Mais ses yeux se sont posés sur elle, pourtant, et quelque chose a grondé dans ses entrailles. L'appel de la chair, de la faim. Car elle dégage cette odeur étrange, et sa chair lui semble bonne, éveille ses papilles. Il aimerait la manger. Il l'observe à la télévision, lorsque Monsieur Welsh fait ses discours à la noix, et il sent son ventre qui gronde d'appétit. Chacun est le revers de l'autre ; le soleil et la lune. Pile et face. Elle brille et il sombre.

ronnie sanders Deux figures ne se croisant que brièvement ; ainsi ont été Sara et Ronnie pendant des années. Mais il y a quelques mois, au détour d'un couloir du CCG, Sara a agrippé le bras de Ronnie pour la coincer dans un coin. Un simple murmure. « Il va bien. » Ronnie a aussitôt compris qu'elle lui parlait de son fils. Si Ronnie désire lui poser plus de questions à ce sujet, parce qu’un autre ange gardien n’entre pas dans les détails, Sara la fuit comme la peste, et la mère esseulée reste avec ses maux. Mais elle sait, au moins : son fils est vivant, et il va bien. Ou du moins, si elle ose en croire les paroles de l’assistante de Welsh.

harry laigse Elle n’a jamais pensé qu’elle pourrait être aussi écœurée par quelqu’un d’autre que son ancien père adoptif, et puis elle a rencontré Harriet Laigse. Les poils se hérissent quand elle doit accompagner Rafael auprès de cette mégère. Mais Sara s’est résignée : elle ne peut pas faire grand chose contre cette femme, à part noter tout ce qu’elle fait d’horrible dans un carnet mémoriel qu’elle cache astucieusement dans son propre appartement, et espérer qu’un jour viendra où ses notes serviront dans un procès d’envergure contre ce genre de fumier. Ça, et l’éviter le plus possible, aussi.

lazarus daniels (scen.) Le chef de la surveillance du DRA en impose par sa carrure et son charisme naturel. Lorsqu’elle le croise, Sara a le regard qui s’attarde sur lui : elle aurait parié que c’était une forme de magnétisme, mais c’est possible que ce soit autre chose. Parce qu’elle ne lui parle que très peu, mais elle a l’impression de le connaître mieux que les autres membres du DRA. Ça, ou bien elle pressent une forme de menace de la part de Lazarus. Parfois, à deux doigts de s’endormir, elle s’interroge sur la nature de Daniels : et s’il était comme elle ? Mais non, avec un prénom pareil, ça serait bien trop gros.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 185 Voir le profil de l'utilisateur
http://fleshandbone.forumactif.com


Lun 11 Sep - 18:03


Ava Rowe
gemma arterton, rosamund pike, amber heard, margot robbie
NOM ET PRÉNOM Ava Rowe. ÂGE Trente-deux ans. DATE ET LIEU DE NAISSANCE 1985. Elle est née ici, à Détroit. Son adolescence s'est déroulée à East English Village. Sa date de naissance est au choix. ORIGINESL’Amérique dans les veines depuis plusieurs générations, peut-être descendante des premiers colons. OCCUPATIONProstituée depuis ses seize ans. Elle vend son corps, sa chair. Elle accoste les mauvaises personnes pour s'offrir le meilleur -la sensation d'être vivante, d'être présente, utile à quelqu'un. Elle traîne parfois dans le côté ouest de la ville (Westside) et n'hésite pas à faire affaire avec les goules. Elles payent le prix fort pour la goûter. STATUT CIVIL Totalement célibataire. Elle évite de s'attacher, et elle exigera qu'on lui arrache le cœur si elle tombe amoureuse. Ceci étant dit : méfiance, la brune n'hésitera pas à mimer des sentiments pour plus facilement voler dans un portefeuille. ORIENTATION SEXUELLE Les hommes, les femmes, du moment que les billets terminent dans sa poche tout lui va. SITUATION FAMILIALE Sa mère était fleuriste avant qu'on lui découvre un cancer du sein. La mère restant à la maison depuis cette annonce pour se reposer, son père devait travailler de manière plus intensive pour donner les meilleurs soins à son épouse et une vie plaisante à sa fille unique. Elle n'a pas supporté de voir sa mère devenir, peu à peu, un squelette ambulant, à une époque où on guérissait moins bien le cancer qu’aujourd’hui. Elle est partie trois mois après la mort de sa mère, laissant son père seul, devenu veuf et père d'une fugueuse. Parfois, elle se demande s’il la cherche encore, mais elle chasse vite ces pensées, pour ne pas se songer à ce qu’il penserait s’il savait ce qu’elle était devenue. MORT ET CAPACITÉS Elle ne compte plus. Elle se tue pour régénérer plus rapidement. Ce sont les affaires : elle s'arrache un bras, une oreille, une jambe, une main puis s'étrangle pour accélérer la repousse. Parfois elle se tranche la gorge. Toujours dans la rapidité. C'est sa première mort qui lui a donné l'idée d'utiliser son pouvoir pour vivre convenablement. Elle dit n'être vraiment morte qu'une seule fois et part du principe que toutes celles qu'elle se donne sont nécessaires. De plus, elle n'a jamais vu son IBM et ignore les théories qui se développent à ce sujet. PARTI Elle n'est que pour sa propre personne. Ava ne s'intéresse pas aux autres, seule sa vie compte. Au fond, elle est un peu perdue, n'a pas de but. Elle veut seulement demeurer, marquer la ville de son passage pour ne jamais tomber dans l'oubli : peu importe la façon de marquer les mémoires. TRAITS DE CARACTÈRE égoïste - maligne - intelligente - taquine - tactile - brisée - seule - débrouillarde - profiteuse - manipulatrice. CRÉDIT ISLEYS.
CHRONOLOGIE

1999 cancer du sein de la mère, elle découvre l'horreur pendant un repas. 2001 décès de la mère. elle fugue trois mois après et finit à la rue. 2001 première mort causée par Antony Gansey, elle ne connaît toujours pas l'identité de son assassin. 2002 elle fait la connaissance de Delilah Copperspoon. Elle vend sa chair contre des liasses, se cache dans un appartement non loin du restaurant pour n’être retrouvée ni par les autorités, ni par son père. 2003 majorité sinon légale, au moins sexuelle : on ne peut plus rien lui dire. elle travaille à son propre compte, devient une prostituée. 2013 rencontre pour la première fois Oliver Welsh.


Delilah Copperspoon Ava et Delilah. Viande et bouchère. Nourriture et goule. Elles se connaissent depuis qu'Ava traîne dans les rues. Apprenant qu’elle avait face à elle une créature régénérante, Delilah a fait les comptes, et plutôt que de la dénoncer, elle fut la première à proposer un deal à Ava, un morceau de chair contre une grosse somme d'argent. Depuis, la gosse est tombée dans un cercle vicieux. Delilah lui fait peur. Cette femme, charismatique, imposante et puissante lui arrache un frisson d'effroi. Pourquoi ? Car Delilah accentue le désir des goules à goûter de la chair d'ajin. Et elle menace. Ose te vendre à un autre restaurant et je te retrouve pour t'accrocher dans la chambre froide comme une truie. Ava fait tout son possible pour ne pas avoir besoin de recroiser son regard - sauf qu'en ce moment, les temps sont durs ; ses clients particuliers demandent des prix et certains deviennent violents. Si Ava veut payer son loyer et ses excès, elle va bien devoir y retourner.

Antony Gansey Elle avait seize ans. Antony, gamin affamé, qui ne supporte pas la nourriture donnée par le CCG, tombe sur un cadeau des dieux. La jeune femme s'enfonce dans les ténèbres pour finalement lui faire face. Un morveux. Un brun fatigué, blanc et à l’apparence étrange. Des ongles noirs et des yeux inhumains. Goule. La mâchoire de la gamine se contracte, elle se retourne pour rebrousser chemin, pour demander pardon à son père et revenir à ses côtés - puis le néant. Elle tombe, ventre au sol, bras contre le bitume. Antony lui arrache un morceau de chair, puis un autre, encore un autre, il la dévore comme son ultime festin. Alors que son corps est déchiré, que certains os sont visibles, que la vie n'est plus là ; elle se réveille, à moitié nue. Seule. Étrange fumée noire qui s'évapore au-dessus d'elle, Ava n'a plus mal. Ava est vivante, et son agresseur anonyme a disparu.

Oliver Welsh Le cœur de l'homme est faible, devant les airs de la belle. Peut-être oublie-t-elle son visage à chaque fois, elle ne semble pas se souvenir de lui en tout cas, mais Oliver ne peut se défaire d'Ava. Il se souvient de son corps frêle il y a quelques années, un peu de flocons de neige dans les cheveux, du bleu sur les lèvres. Il se souvient avoir payé pour une nuit avec elle, car elle refusait de le suivre autrement. Le journaliste ne l'a même pas effleuré, a payé la chambre d'hôtel avant de disparaître une fois la belle endormie. Peut-être l'a-t-elle oublié, avec toutes ces années, mais Oliver se souvient encore. Quelque chose se serre dans son cœur lorsqu'il pose ses prunelles sur elle. C'est peut-être pour cela qu'il paie encore, parfois ; lorsqu'il la croise certains soirs, quelques fois par année, Oliver ne peut que demander, payer, et simplement lui parler. Et la toucher, aussi ; quelques fois, rares fois, et chaque fois il se promet que c'est la dernière. Mais elle le dévisage toujours avec ce regard, Ava, celui qui semble dire qu'elle le reconnaît, qu'elle l'apprécie peut-être, et Oliver se fait prendre en otage.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

AJINS (4/4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OF FLESH AND BONE :: SEE HELL IS EMPTY :: DESCENDANTS OF GIANT MEN :: OF THE FIRES FROM HELL-