soutenir le forum

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 et de brûler nos ailes ( jacó )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Messages : 90 Voir le profil de l'utilisateur


Mar 12 Sep - 19:48


jacó veloso
citation citation citation
NOM ET PRÉNOM :Le petit Jacó à sa mama. Elle l'a aimé tellement fort qu'il s'aime un peu trop, parfois. Jacó, cet idiot. Jacó, ce grand con. Il prend tout à la légère bien trop souvent ; elle l'a pas frappé assez souvent sur les fesses, maman. faut dire que les Veloso, Ils sont charmants ; on peine à leur dire non, tout simplement. ÂGE : Trente et un an, bien qu'il se sent encore comme un grand enfant. Jacó n'a jamais grandi, n'a jamais voulu prendre place dans le monde des adultes, ni sur le marché du travail. Le monde avance et lui, il garde les pieds dans les bons moments. DATE ET LIEU DE NAISSANCE : 8 juin 1986 au Portugal, une journée chaude après une lourde pluie ORIGINES : C'est un peu chaud, dans ses veines. Du sang bouillant, dans tous les cas. Maman est française d'origine grecque, papa est portugais et n'a jamais quitté le Portugal. Au final, Jacó ne tient pas en place.  OCCUPATION : Livreur de pizza pour le meilleur resto italien - et le moins coûteux, aussi - des environs. Jacó fait également artisan à mouler et fabriquer des masques semblables à ceux des cavaliers qu'il vend avec malice au marché noir goulesque. D'un oeil alerte, il observe les intéressés, et recrute parmi eux pour les cavaliers.  STATUT CIVIL : Seul et bien accompagné. Jacó n'a pas de mal à trouver de la chair pour se réchauffer la nuit, après quelques sourires et surtout, beaucoup de connerie.  ORIENTATION SEXUELLE : Si tes yeux brillent, si ton coeur palpite et que tu sais sourire, y'a des chances pour que Jacó, il pose les yeux sur toi.   SITUATION FAMILIALE : Il n'a pas vu ses parents depuis des années - maman n'a pas accepté qu'il laisse tomber les études pour voyage, papa n'est contenté de soupirer - et Jacó n'a pas la force de les revoir depuis sa transformation. Peu importe, qu'il se dit. il a une nouvelle famille, maintenant. Ça n'efface pas les coups de blues qu'il se prend, parfois, pourtant. Mais ils sont là, eux. Toujours présents, toujours aimants ;un peu décousus et blessés, un peu amers et certainement pas tendres, mais présents CONFORMITÉ : Humain de naissance, chimère pour un certain montant d'argent, Jacó a pensé un moment faire son gentil et aller signer les papiers. Sauf que le monde, c'est de la merde. Les gens, ils font chier et que le CCG, c'est des enculés. Mais bon, il reste gentil, poli ; il a jamais tué pour manger. PARTI : Ils ont cru après l'enfer que le CCG allait pouvoir les aider; ils se sont trompés. Jacó a souvent voulu être de bonne volonté, il a souvent voulu croire en son prochain,mais après avoir eu les deux mains dans la merde et le corps grand ouvert par des gens supposément biens, il a cessé un peu les contes de fée. Les cavaliers sont peut-être cruels parfois, mais ils sont vrais et ne mentent pas ; peut-être vont-ils vraiment créer quelque chose qui ne fait pas trop pitié. TRAITS DE CARACTÈRE : espiègle - TDAH - incertain - attachant - énergique - impulsif - simple - curieux - altruiste - malin - joueur - zen - racaille - charmeur - tactile - expressif - squatteur - bordélique -  
CHRONOLOGIE

8 juin 1986 : Naissance de Jacó, troisième de la famille, au Portugal.
1986-2003 : Enfance joyeuse en compagnie de ses nombreux frères et soeurs, ainsi que cousins et cousines. Famille très liée, Jacó grandit en étant un jeune homme ouvert et bon envers les autres bien que fort charmeur.
2003 : Sous les supplications de sa mère et l'influence de ses aînés, Jacó s'inscrit à l'université en marketing, bien qu'il aurait préféré étudier en art.
novembre 2005 : Jacó décide de quitter l'université contre l'avis de ses parents. Il choisit d'entreprendre un premier voyage humanitaire en Avfrique, le premier d'une longue série.
2005-2009 : Succession de nombreux voyages humanitaires - et certains, simplement par le plaisir - Jacó va plusieurs fois voir sa famille où il est bien accueilli malgré son départ et ses choix de vie.
2010 : Voyage humanitaire à Haiti ainsi qu'au Chili à la suite de deux tremblements de terre. Le moral de Jacó prend un coup, il décide de partir en Europe par la suite.
mars 2011 - septembre 2011 : En Espagne, les poches vides et le ventre qui gronde, Jacó décide de participer à un programme d'étude organisé par une agence européenne offrant un certain montant d'argent aux participants. Il fait parti d'un groupe de trente personnes; ceux-ci sont logés et nourris pour une durée certaine, le temps du programme. Au cours des six mois, le nombre de participants diminuent sans qu'ils ne sachent pourquoi ; Jacó se pose de plus en plus de questions, commence à ressentir un certain malaise à la mâchoire.
octobre 2011 : Un autre groupe débarque, celui-ci comportant principalement des enfants. Jacó fait parti des neuf finalistes de son groupe. Les repas deviennent de plus en plus fade, sa mâchoire de plus en plus douloureuse. À la fin du mois, la moitié de ses dents ont tombé. En novembre, d'autres repoussent et la nourriture a perdu toute saveur.
Fin 2012 : Nouvellement chimère, Jacó est mis dans le secteur des goules. Il fait la rencontre de Rosie, Sal et Alice, ainsi que d'autres goules. Si les deux femmes ne sont pas friandes de sa présence, Sal l'accepte rapidement et semble le prendre sous son aile au grand plaisir de Jacó qui a besoin d'être entouré.  
2013 : C'est suite à l'insouciance d'un scientifique épuisé que Sal parvient, en compagnie d'autres goules, à se libérer. Les bêtes sèment sang et dépouilles sur leur passage, et l'homme, porté par une idée certaine, choisit d'amener Jacó ainsi que quelques autres avec lui. Jacó parvient à convaincre deux adolescents à se joindre à eux. Ils font les poches des scientifiques au passage, volant carte de crédit et argent comptant. Dans les semaines qui suivent, le groupe se cache en Espagne, avant de se rendre à Détroit, croyant que la ville est plus sûre, de par la présence du siège social du CCG.
début 2014 : La meute quitte l'appartement miteux qu'ils louaient pour s'installer dans une demeure plus correcte, grâce au salaire de chacun et de certaines manigance.
mi 2015 : Sal parle d'une rencontre avec des gens importants. Il devient Famine, dans les cavaliers de l'apocalypse. Jacó boit ses paroles et entreprend de fabriquer des masques pour les membres du groupe.
fin août 2017 : Mort de Sal dans des circonstances inconnues.   


THE FLESH TO THE BONE

pseudo : fern âge : 24 code du règlement : JV avatar : shiloh bb fernandez crédit : oops.


i. Si on demande ce qui est le plus chaleureux sur terre, il y a d'abord les Veloso, puis le soleil. Les membres de cette famille sont connus pour aimer ; ils le font pleinement, jamais à demi mesure. Jacó n'a pas échappé à la règle. Il ne se plaint pas de son enfance ; Jacó a connu l'amour de ses proches, et des repas entassés dans la demeure familiale, face au nombre trop grands de personnes présentes. Il a grandi entouré de ses frères et soeurs, de ses oncles et tantes, ainsi que de ses cousins et cousines. Jacó est sans aucun doute l'écho parfait des Veloso ; le grand enfant dégage une chaleur dont on ne peut ignorer l'existence, et ne laisse jamais personne derrière, ni à part. Jacó est sans aucun doute la glue qui a unifié, sans le savoir, la meute étrange qu'ils sont.  ii. Le rictus en coin est toujours présent au bord des lippes du métisse. On pourrait croire à de l'arrogance ou alors, de la plaisanterie, mais plusieurs savent qu'il s'agit simplement de l'air naturel du pitre qu'il est. Jacó sourit à tout, même lorsque son coeur est triste. Sa mère lui a longtemps dit que les sourires pansaient les blessures, et c'est une chose en laquelle il aime croire. De ses lippes s'évadent des paroles de toutes sortes, souvent honnêtes, parfois drôles.  iii. Jacó a été d'abord le farceur du laboratoire ; le cobaye fort charmant pour les scientifiques, mangeant parfois avec eux, prenant sa dose hebdomadaire de sang sans broncher, sans savoir ce que c'était. Jacó a toujours été sociable ; beaucoup trop pour son bien. Il s'est attaché aux scientifiques, tout comme aux autres 'patients' qui disparaissent du jour au lendemain, et c'est un trou qui s'est creusé dans son coeur, lorsqu'il a compris le véritable but de la chose. Le coeur s'est fendu en deux et la confiance envers autrui aussi, un brin, lorsque ses amis tout sourire ont cessé de l'appeler Jacó pour le nommer Patient 072.  iv. Le patient 072 n'a pas porté son appellation pendant longtemps. Rapidement, alors que ses dents étaient tombées et que ses crocs poussaient, alors que ses tortionnaires prenaient des données à son sujet, Jacó est devenu E072. E pour échec. Pauvre et triste chimère n'ayant pas été un succès parfait. Jacó ne possède pas, malgré sa transformation en goule, l'odorat de l'espèce. Le grand enfant a gardé son odorat humain et peut donc, à son grand malheur, sentir les mets alléchants dont il ne peut plus dévorer les saveurs. Tout autant, il ne peut donc pas distinguer les goules des humains par l'odeur, ce qui lui apporte un certain handicap. v. Jacó n'a pas dormi sans son lit depuis plusieurs mois. Malgré ses sourires, malgré ses rires et ses blagues à deux balles, Jacó reste marqué par les mois passés dans le laboratoire et ne parvient pas à s'endormir - ou simplement dormir - seul. Le silence apporte les cris. La solitude apporte la souffrance. Il est donc habituel qu'il s'endorme devant la télévision lorsqu'il regarde une émission avec un autre membre de la meute, ou que, passé une certaine heure, il erre dans le couloir et s'impose dans la chambre d'un autre, zieute sur ce qu'il fait, et finisse par s'endormir sur le lit sans demander permission. Les autres semblent avoir compris, car même Alice a cessé de se plaindre de son comportement et se contente de grogner.  vi. Amateur des mets de tout part du monde, Jacó n'a pas changé sur ce point. Certes, son corps n'accepte plus la nourriture humaine et sa langue a oublié ce que sont les vrais saveurs, mais ses narines lui restent fidèles. Il n'est pas rare donc, que Jacó traîne dans les pattes de Rosie lorsqu'elle cuisine quelque chose - d'ailleurs, il s'est permis de lui apprendre plusieurs astuces - ou qu'il se commande une pizza ou indien simplement pour se remplir les narines. Certains jours, plein d'espoirs, Jacó entreprend de prendre quelques bouchées. Le résultat reste toujours le même ; un goût de merde dans sa gueule. Qu'importe, Jacó reste fidèle à ses goûts. C'est peut-être pour cela qu'il travaille dans une pizzeria comme livreur malgré le salaire de merde et la torture face aux odeurs succulentes.  vii. Jacó ne fait rien à demi-mesure. Il aime ou déteste. Il rit ou il pleure. Et qu'il fasse l'un ou l'autre, Jacó le fait toujours pleinement, presque excessivement. Alors les gens l'aiment ou le détestent, mais ne restent jamais indifférent face à sa personne. Jacó apporte chez les autres divers sentiments, certains souvent contradictoires. Jacó ne s'attarde pas à ce que les autres pensent de lui ; il n'y pense même pas une seconde, déjà ailleurs, déjà trop loin. C'est ce qu'on voit, ce qu'on pense, du moins. La tête de Jacó est comme un vinyle usé ; les notes jouent en boucle, la chanson saute parfois. Il se rejoue les scènes en tête, les paroles haineuses font échos, les regards qui ne veulent rien dire semblent trop en dire, souvent. Certains jours, Jacó pourront envoyer se faire foutre la totalité de la planète ; d'autres, un simple rire l'envoie plus bas que terre.  viii. Vous le verrez dans la noirceur de la nuit, là, au travers des kiosques de toutes sortes et dans l'illégalité la plus totale. Un homme posé sur un banc, une clope au bec, un instrument entre les doigts, et des masques posés sur une simple table. Jacó vend des masques au marché noir de détroit, les nuits où il prend place. Jacó vend les masques des cavaliers de l'apocalypse, et d'autres aussi. Pour une certaine somme, la chimère vous fabriquera un masque à votre image, pour que vous puissiez faire des emmerdes dans les rues sans être reconnu par le CCG. Pour une certaine somme, Jacó vous vendra un masque semblable à ceux des cavaliers, pour les encourager et faire grandir le mouvement. Jacó écoutera vos paroles d'un oeil intéressé, et si quelque chose de votre personne capte son intérêt, peut-être rejoindrez-vous les cavaliers.  ix. Mon coeur. Sa mère avait l'habitude d'appeler les autres ainsi ; ses frères, son père, les voisins ou les passants. La chose est restée. Il n'est donc pas rare que Jacó, pris dans une conversation, appelle une personne de la sorte sans se rendre compte de la chose. Les mots coulent de ses lèvres naturellement, de la même manière qu'il envahit votre espace naturel en quelques secondes, s'affaissant sur vous, posant sa tête contre votre épaule ou passant un bras autour de votre taille.  x. Il les aime plus qu'il ne s'aime soi-même. Sal et ses silences, ses regards, ses tourments - et le trou néant qu'il laisse dans son coeur, depuis sa mort -. Ali et ses grimaces, ses plaintes et ses ordres à la noix. Rosie et ses rires de hyène, ses mouvements de danse sortis des années 80' ou encore, ses émissions addictives. Alex et ses rêves utopiques, ses airs de sainte et ses repas supposément végétariens. Felipe et ses sourcils froncés, ses doigts d'honneur et trop haineuses pour la fragilité de son propre coeur. Bolo et ses merdes molles, ses vomis car il mange trop vite, tout le temps, et surtout, ses petites dents du bas, toujours apparentes. Il les aime plus qu'il ne s'aime lui-même.

_________________


i feel like shit ; it must be love


Dernière édition par Jacó Veloso le Mer 13 Sep - 21:22, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 168 Voir le profil de l'utilisateur


Mer 13 Sep - 10:25


En voilà un qui a compris : il évolue. En progrès, peut mieux faire

_________________


― rock bottom

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 41 Voir le profil de l'utilisateur


Mer 13 Sep - 10:32


-monte la garde-
Mon pepe
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 90 Voir le profil de l'utilisateur


Mer 13 Sep - 17:30


non mais hého en progrès, tu t'es vu
nugget viens on va mater docteur phil ensemble

_________________


i feel like shit ; it must be love
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

et de brûler nos ailes ( jacó )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je veux mes ailes :p
» Les ailes de la Gloire
» [RESOLUE]Avoir des ailes d'ange
» [Ailes noire] Maloriak
» [Ailes noire] Atramédès

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OF FLESH AND BONE :: SEE HELL IS EMPTY :: METALLIC TASTE :: LIE DOWN IN THE BLOOD-