soutenir le forum

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 prélude au chaos (Lilian Wolf)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Messages : 72 Voir le profil de l'utilisateur


Ven 15 Sep - 14:43


Ljiljana Vlček
and death grows like a tree that's planted in my chest
NOM ET PRÉNOM : Ljiljana Vlček, renommée Lillian Wolf après sa mort officielleÂGE : Trente ans DATE ET LIEU DE NAISSANCE : le 11 septembre 1987, en Serbie ORIGINES : Serbe, même si sa nouvelle (fausse) identité fait d'elle une parfaite patriote américaine, il n'y a que les relents slaves pour le démentir. OCCUPATION : Agent du DRA STATUT CIVIL : célibataire. ORIENTATION SEXUELLE : Elle penche plus volontaire pour ses pairs, on la dirait homosexuelle, mais son attirance pour son partenaire ferait mentir cette affirmation SITUATION FAMILIALE : Lilian n'est engagée dans aucune relation durable. C'est déjà bien assez compliqué au quotidien pour s'encombrer d'un mensonge de plus à devoir servir au quotidien... MORT ET CAPACITÉS : Elle a arrêté de compter ses morts, bien trop nombreuses, même s'il en est quelques unes qui ont marqué sa mémoire plus que d'autre. Lilian a tout fait conscience de son IBM, qu'elle peut invoquer et contrôler à sa guise, et qui répond au charmant nom de Frankie - quolibet qu'elle use volontiers pour excéder son partenaire plus qu'autre chose. PARTI : Lilian n'a pas le choix de sa loyauté. Officiellement morte, on lui a imposé de travailler pour la DRA comme agent pour traquer ses pairs, avec la menace d'en faire un rat de laboratoire si jamais lui vient l'idée de trahir ou de refuser. Elle préfère un semblant de liberté à une vie de souffrance...  TRAITS DE CARACTÈRE :arrogante, sulfureuse, provocante, personnelle, rancunière, volage, frondeuse, impatiente, possessive, redoutable, méfiante, abîmée, secrète, passionnée, enragée, jusqu’au-boutiste, sauvage, farouche, opiniâtre, fière, menteuse, contenue.
CHRONOLOGIE

11 septembre 1987 : Naissance de Ljiljana
6 mars 1998 : début de la guerre du Kosovo
20 décembre 1999 : arrivée aux Etats-Unis de la famille Vlček. Ljiljana a douze ans.
15 octobre 2009 : Ljiljana est abattue par un policier lors d'une rixe avec son gang. Elle décède dans l'ambulance qui la conduit à l'hôpital. Elle y reprendra vie, s'échappe et fuit
18 octobre 2009 : Elle est appréhendée par les agents du DRA. On lui propose un poste d'agent au sein de l'organisme contre une liberté partielle : officiellement, elle est annoncée comme morte auprès de ses proches et sa famille. Si elle refuse, elle sera condamnée à servir de cobaye en laboratoire.
2009- 2013 : Devenue Lilian Wolf, elle est entraînée au sein des locaux de la DRA afin de devenir un agent compétent. On lui apprend à se battre, à maitriser les armes à feu, mais aussi à maîtriser les dons inhérents à sa nature. Elle mourra plusieurs fois lors de ces entrainements.

Depuis - 2014 : Elle est un agent opérant du DRA, affublée d'un partenaire chargé de travailler avec elle mais de la surveiller de faire des rapports réguliers sur elle. Lilian fait office d'expérience pour traquer ses pairs au sein du DRA et sait que le premier débordement la conduira dans un laboratoire.


THE FLESH TO THE BONE

pseudo : Yvain âge : 25 ans code du règlement : LW avatar : Evan Rachel Wood crédit : thehepburnrph.tumblr.com


i. Officiellement, Ljiljana Vlček est morte le 15 octobre 2009 à 23h48 des suites de ses blessures. Sa mort a été annoncée à ses parents, et le 19 octobre se tenait son enterrement. Le 18 octobre, Ljiljana devient Lilian Wolf, une citoyenne américaine. ii. Avec le temps, Lilian s’est habituée à la douleur des morts : elle en vient même à provoquer sa mort simplement pour retrouver ces affreuses sensations. C’est devenu un des rares moyens qu’elle d’exercer son libre arbitre, qu’elle dit. C’est vrai. C’est surtout qu’elle est devenue peu à peu accro à l’adrénaline qui pusle dans ses veines et la douleur qui parcourt son corps.  iii. Elle a appelé son IBM Frankie, simplement parce qu’elle sait que son partenaire déteste qu’elle considère cette chose comme intelligent ou un être doué d’une conscience ou quoi que ce soit d’autre. Etre accompagné d’un animal de foire immortel, c’est déjà bien assez. Alors, pour l’ennuyer, Lilian lui parle de Frankie, lui donne de ses nouvelles et lui raconte les derniers potins; comme si c'était vraiment intéressant. iv. Elle a une absolue interdiction d’essayer d’entrer en contact avec sa famille, et jusqu’ici, elle s’y tient. Néanmoins, elle a commencé de discrètes recherches sur son temps libre pour retrouver ses frères et sœurs.  v. Le dévissage de tarins est une botte secrète qu’elle pratique depuis des années, depuis qu’arrivée aux Etats-Unis, elle a choisi les poings pour se défendre des attaques et moqueries de ses camarades.  vi. Lilian n'a pas autant confiance en elle qu'elle ne le montre. Elle meuble, le plus souvent, tant en bruit qu'en allures pour qu'on ne creuse pas profond en elle et qu'on ne devine jamais ses faiblesses et ses fêlures. Depuis son arrivée aux Etats-Unis, elle s'est construite en dedans, ce qu'elle montre d'elle reste loin de qui elle est. vii. Elle fréquente, certains soirs, de sales bouges sombres et crasses où les arrières sales n'abritent pas des parties de poker cachées. Ce sont des combats dans des arènes de fortunes qui s'y déroulent. Ici pas, peu importe qui tu es, d'où tu viens. Ne comptent que les poings, la sueur et les râles. La douleur, elle sait l'encaisser et la gérer, et ça lui permet de se faire de l'argent facile sans que le DRA n'en sache jamais rien. viii. Elle partira, un jour, elle le sait. Parce qu'elle s'abîme un peu plus chaque jour à traquer ses pairs pour les envoyer dans les laboratoires. Plutôt eux que moi, qu'elle se répète, en avant la bile amère. ix. Son partenaire de travail et elle nourrissent une relation particulièrement étrange, entre indifférence, animosité et attirance. La tension entre eux est presque palapable et ne faire que rajouter au malaise entre eux. Alors, ils y répondent comme ils peuvent, et Lilian, c'est pas la provocation perpétuelle. Ca lui permet de ne pas se poser trop de question quant au brasier qui couve depuis son ventre jusque sa poitrine. Qu'elle soit morte pour lui, une fois, n'arrange en rien les choses. Elle fanfaronne, bien sûr, se plaît à le lui rappeler. Mais ils peuvent le nier autant qu'ils le veulent, ça a posé la première pierre de leur amitié. Certes bancale. Certes malsaine. Mais aussi sincère. x. Quand elle ne se tape pas avec d'autres, Lilian hante les clubs de Detroit et s'explose les tympans aux décibels et aux bass des sons electro des DJ qui mixent. Ca ne fait que renforcer son sentiment tout relatif de liberté.


Dernière édition par Lilian Wolf le Ven 15 Sep - 17:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 72 Voir le profil de l'utilisateur


Ven 15 Sep - 14:45


Et nous remplacerons l'amour de ce qui nous manque par la haine de ce qu'il nous reste.
15 octobre 2009 : La douleur, atroce, lui vrille tout le corps. Elle voudrait bouger, mais chaque inspiration est intolérable. Alors elle gît sur le sol, à l’endroit même où elle est tombée. De toute façon, même si elle le voulait, Ljiljana ne pourrait pas lever un bras, ses forces l’abandonnent vite, si vite… Et chaque fois que sa poitrine se soulève ou s’enfonce, c’est comme si on lui enfonçait quarante deux lames à tous les endroits les plus sensible du corps. Et plus le sol se tâche de carmin, plus ses pensées s’égarent, ses sens s’émoussent. Déjà, elle ne voit plus grand-chose, elle pense ironiquement que c’est pas si mal fait, les effets dans les films -elle croit que ça lui tire un petit sourire, ou bien c’est un effet des brumes de son esprit en souffrance. Puis doucement, elle s’enfonce dans les limbes et n’entend plus les voix qui hurlent autour d’elle, elle ne sent même plus les mains qu’on presse sur sa poitrine dans l’espoir de contenir le sang qui s’en échappe à gros bouillon. Elle pense vaguement que Bodan va vouloir lui faire la peau, puis se souvient qu’elle est en train de crever sur le bitume, et ça la fait rire. Mais plutôt qu’un rire, c’est toux grasse et une gerbe de sang qui s’échappe de ses lippes. Et ça fait un mal de chien, bordel… Vaguement, son esprit s’égare du côté des siens avant qu’elle ne s’enfonce irrémédiablement. Ljiljana a déjà perdu conscience et beaucoup trop de sang quand les ambulanciers arrivent sur place et s’agitent, palpent son corps et hurlent des consignes aux flics pour les laisser passer.

Lorsqu’elle rouvre les yeux, brutalement, le myocarde s’agite brutalement dans la cage d’os et pompe plus d’adrénaline que de sang dans les veines. Elle inspire à grande goulée l’oxygène, comme s’il lui avait manqué trop longtemps. De fait, l’air lui a manqué, quelques durant minutes. Le corps saturé, il faut à Ljiljana un instant pour retrouver ses esprits et un gémissement passe sa bouche encore recouverte du masque à oxygène quand la mémoire lui revient, violente et brutale, la course poursuite, la fuite, le coup de feu… sa mort, et la douleur… cette sensation abominable qui l’a vrillée, clouée sur place, intolérable. Doucement, elle bouge un doigt, puis un autre. Les ambulanciers, convaincus de sa mort, ne prêtent qu’une vague attention à elle. Alors elle ose, relève une main, palpe sa poitrine à la recherche de plaies. Et ne retrouve que le grain habituel de sa peau. Alors, elle ne réfléchit plus vraiment, se redresse. Les pauvres hères n’ont pas le temps de comprendre, elle a déjà sauté de l’ambulance. Elle entend l’odieux craquement de sa cheville avant de sentir à nouveau la douleur la lancer, ça remonte dans la jambe. Elle trébuche, mais s’élance néanmoins. C’est sa chance, son unique chance, et c’est tout son instinct qui le lui gueule. Cours, dégages, Ljiljana, et sauves ta peau.

janvier 2012 : « Relève-toi. » La voix, froide, et le regard, clinique, du connard de l’autre côté d’elle fait remonter en elle des relents de haine et de biles. Le souffle court, pourtant, elle se redresse, s’appuie un instant les mains sur les genoux et tenter de retrouver un semblant de rythme cardiaque. Elle le déteste, bien sûr, si un regard pouvait tuer, elle aurait déjà foudroyé, elle les aurait déjà tous fait clamser. « Recommence , il ordonne. » Un sale rictus lui tord les lippes quand enfin elle se rétablit. De l’autre côté, le pauvre hère revient doucement à lui. « Lilian… menace la voix dans le micro, recommence. » Fébrile, elle ramasse le flingue qu’elle a laissé tomber par terre, charge une nouvelle cartouche, et se met en joue. Longtemps, le regard embué de larmes, elle fixe celui qui se trouve en face d’elle et qui fait office de cible. Il gigote, vainement, et tente de hurler (le bâillon fait son office et ne sorte que de pauvres borborygmes étouffés.) La bile va et vient dans son estomac, le long de sa gorge et derrière la langue. Alors elle se répète, comme un mantra, cette comptine que lui chantait Ma pour la rassurer, quand elle était enfant, qu’ils ont fredonné tant de fois quand Sarajevo se mourrait sous les bombes. Elle n’entend pas les balles vriller ses tympans ni les énièmes hurlements du type en face qui finit par perdre connaissance. C’est le moment que choisit son estomac pour se révolter et rendre le peu qu’il contient. Au bout d’un moment qui semble durer une éternité, l’homme reprend enfin la parole. « Ca ira pour aujourd’hui. Tu peux disposer. » Tremblante, elle quitte la salle de tir et laisse les toubibs s’occuper du pauvre type qui lui a servi de cible vivante. Elle n’a manqué aucun des points vitaux.

Quand elle retrouve Rosen, elle a le regard vide et mort. Longtemps, ils ne se disent rien. Il la scrute attentivement, et quand enfin, il lui semble qu’une étincelle de vie surgit à nouveau dans les prunelles, il ouvre le livre pour reprendre la leçon où ils l’ont laissée.

mai 2017 : « Tu devrais t’envoyer en l’air, t’sais. Ca te décoincerai. » La clope coincée entre les lippes, Lilian décroche à l’homme à sa droite un sourire aussi insolent que possible tandis qu’il grogne quelques jurons intelligibles. « Par contre, si tu continues à faire la gueule pour l’autre jour, j’te préviens, ça va me gonfler… » « T’aurais pas dû, qu’il commence » « J’aurais pas dû quoi ? Te protéger ? J’te rappelle que c’est moi le monstre qui peut pas mourir. Puis ça va, j’ai l’habitude. L’effet d’une chatouille, au plus, elle ironise, un geste de la main comme pour montrer la futilité du geste. » Il n’en est rien, bien sûr. Ils ne se le sont pas dit, mais que Lilian lui sauve la vie alors que rien ne l’y obligeait, alors qu’elle aurait pu en profiter pour filer, c’était quelque chose. Quelque chose en plus dans ce binôme étrange qu’ils forment, quelque chose qui ajoute au malaise constant et permanent persistant entre eux. Ils n’en parleront plus et feront comme si de rien. Mais c’est là. Alors, il est encore plus grognon et avare de parole que d’accoutumée, et elle est encore pénible et insolente. Parce que ça masque la gêne et meuble le silence. Parce qu’ils ne savent pas quoi faire de ce petit rien de confiance et de gratitude qui cimente leur relation. « Et franchement, tu devrais m’écouter. Nique un coup, ça ira mieux ensuite. »


Dernière édition par Lilian Wolf le Sam 16 Sep - 9:15, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 90 Voir le profil de l'utilisateur


Ven 15 Sep - 14:50


ce personnage haut en couleur a déjà pris mon coeur en otage, ok ?
j'ai hâte de lire la suite, faudra se trouver un lien avec leo d'emblée
bienvenue ici, en tous cas, et puis surtout, love sur toi

_________________


i feel like shit ; it must be love
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 168 Voir le profil de l'utilisateur


Ven 15 Sep - 15:56


Ce début, et cette bouille :ko: Hâte de voir la suite !
Bienvenue parmi nous :cat1:

_________________


― rock bottom

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 115 Voir le profil de l'utilisateur


Ven 15 Sep - 16:24


Le choix de vava trop parfait.
Et l'idée trop parfaite. :ko:
Bienvenue à toi!!

_________________

ALL THESE YEARS I'VE BEEN SEARCHING, FOR WHO I'M SUPPOSED TO BE. ALL THAT TIME I'VE BEEN WASTING, 'CAUSE I WAS RIGHT IN FRONT OF ME. OH, IT'S A CROOKED OLD TRADITION, BY A MASTERFUL MAGICIAN. BUT IN ALL THIS TROUBLE I'VE MET, I HAVEN'T GOT ONE SINGLE REGRET, NO - Yesterday , Imagine Dragons

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 72 Voir le profil de l'utilisateur


Ven 15 Sep - 17:24


Merci tous les trois.
J'ai hâte qu'on complote et qu'on se tape se trouve des liens de fous.

_________________
   
« Oh death, will you spare me over and ever ?  How you are treating me  You've closed my eyes so I can see and you hurt my body and made me cold. You run my life but I have no soul.».
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 74 Voir le profil de l'utilisateur


Ven 15 Sep - 21:23


je suis charmée par ta manière d'écrire, totalement. les mots sont simples, les tournures de phrase accrocheuses, et je suis captivée j'ai hâte à notre rp, alors. lilian est parfaite, et la scène avec leo m'a encore plus tué en lisant la totalité. t'es fab, sur fab

félicitations, tu es validé(e)
bienvenue dans les sombres rues de detroit
Sur vos crocs ou dans vos veines coule le sang bouillant de ceux qui piétinent le bitume de Detroit. Prenez un instant pour respirer, avant d'aller vous perdre dans les obscurs recoins de la ville.

Après la validation, il est important d’aller recenser vos diverses propriétés — votre visage, votre habitation ainsi que votre occupation — dans cette cette section pour ne pas qu’ils vous passent sous le nez. Ensuite, direction cette section pour créer votre fiche de lien, un modèle (facultatif) se trouvant à votre disposition au besoin.

En cas de questions, n’hésitez à rejeter un coup d’œil aux annexes et textes explicatifs mais si vous êtes toujours perdus, rendez-vous ici pour poser vos questions au staff. N'oubliez pas de suivre régulièrement la section intrigue pour vous tenir au courant des sujets en cours et des articles parus.

Bienvenue parmi nous, et bon jeu sur FAB !

_________________


almost like the blues
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 42 Voir le profil de l'utilisateur


Sam 16 Sep - 8:43


J'Evan Rachel Wood
Du love. Elle est parfaite, cette meuf, bon sang. Ce perso. Ce bonheur.
ON VA RE-RP ENSEMBLE, AZY
(maybe plutôt sous Harry que sous Myrthe, cela dit 8D)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

prélude au chaos (Lilian Wolf)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [4 x 1000 pts] C.G et S.W Vs démons et chaos pour test V6
» [histoire] Space wolves chaos
» Homme-lézard vs guerrier du chaos
» OG VS Bretonnie VS Guerriers du chaos [3000]
» Liste d'armée de tempête du chaos "armée du middenland&

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OF FLESH AND BONE :: SEE HELL IS EMPTY :: METALLIC TASTE :: LIE DOWN IN THE BLOOD-