soutenir le forum

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 (lazarus) MR NICE GUY.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Invité


Dim 17 Sep - 15:17


LAZARUS DANIELS
I'm sorta like that lame Evanescence song
NOM ET PRÉNOM : Daniels, Mr Nice Guy. Monsieur sourire, cliché, il lui manquerait plus que la plaque de flic pour compléter la photo tout sourire de fin d'année. A poser là, avec son pins de Noël et son sérieux face à ceux qui aimeraient bien l'étrangler. S'ils savaient que Lazarus était loin d'être un saint, prophète déchu, souris de labo dégénérée. ÂGE : 46 ans que la mort lui réclame.  DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Milieu août à la Nouvelles Orléan sa mère donne naissance dans la moiteur ambiante à son premier fils après une série de fausses couches. Larmes, émotions, aucun baby-blues, et il était pour elle le cadeau d'un dieu qu'elle aimait un peu trop. ORIGINES : Sudiste à l'accent chewing-gum, au créole qui tatonne, élevé aux ribs et au jazz. Le bayou réclame le descendant aux origines oubliées. OCCUPATION : L'exenpable Daniels, ça sonnerait presque comme un bon navet, du haut de sa carrure forte et de son apparente force tranquille. Le mec qui met sa vie en jeu en allant au travail, mais rassurez-vous, il ne peut pas la perdre. Responable de la sécurité du DRA, il est le regard détaché qui observe jour et nuit les siens se faire tuer et torturer, le calme de l'homme lassé de cacher ses poings qui se serrent, ses dents qui grincent. La froideur du cadre sup dévoué aux traques aux sorcières immortelles, de celui qui imagine sa propre mort à travers l'écran sans même sourciller car la Mort, c'est lui.STATUT CIVIL : C'est le genre d'anecdote qu'il aimerait raconter autour d'une bière, mais s'il l'ouvre, il n'aura plus jamais l'occasion d'en reboire. Alors Daniels garde ça pour lui, ne sort pas, ne fréquente pas, se tue au travail avant que le travail ne le tue. Après tout, le jour ou Daniels s'est fait larguer par sa première petite amie marque aussi sa première mort, quelque heures plus tard, et il y voit là quelque chose de presque philosophique.  ORIENTATION SEXUELLE : Entre homme et monstre on n'arrive que difficilement à choisir entre hommes ou femmes. SITUATION FAMILIALE : Sa mère qui chaque soir fait un chapelet pour lui, sa mère et le chien des Jenkins qui aboie, sa mère qu'il appelle tout les soirs. "Je vais te laisser maman, le travail.. Oui. Oui, je t'aime." MORT ET CAPACITÉS : Il a pas compté Lazarus, au début ça ne devait être qu'une seule fois lui avait dit sa mère, tel Lazare et le Seigneur, et puis ça a été deux, puis cinq, puis dix. Assez pour découvrir la fragilité du corps humain, de son crâne, de ses veines. Gamin en sang qui rendait folle une génitrice, main crispée sur sa petite croix dorée autour du cou. Il en a bavé, il a arrêté. Depuis les 27 ans où il évite la Mort, un IBM de près de deux fois sa taille se dresse parfois derrière son dos le soir. Jamais de face, cousu à ses talons, il aime penser que cette ombre de Petter Pan remplace en quelque sorte les frères et soeurs qu'il n'a pas eu. Capable de l'utiliser facilement,
il reste néanmoins à jamais dans le dos de l'homme - n'a jamais vu autre chose que ses bras fins passer devant lui. En un sens, il trouve ça presque poétique. PARTI : Mort. Terriblement sombre, glauque, et surtout, binaire comme manière de voir les choses. Mort ne tue pas, Mort protège. Mort pour effrayer, Big Brother médiatique, il préfère le terme "Two dollars guy" mais jusqu'à présent, personne n'y a adhéré. Les collègues du DRA n'ont aucune créativité. TRAITS DE CARACTÈRE : Le silence ne traduit pas le pardon, ou même la compréhension. Dans le cas de Daniels, le silence est une protection, l'ultime salvation dans l'abattoir de sa propre espèce dans laquel il participe activement. Ne pas serrer les poings, ne pas se crisper, ne pas être dégouté. Horrifier. Perdre toute humanité au profit d'une plus grande cause. Endurer pour être l'oeil des Cavaliers, tuer en toute discrétion ceux qui pourraient l'exposer - et laisser deux dollars. Eux ne ferment jamais les yeux des cadavres qu'ils créent par centaines, et leurs pupilles vident fixent chaque jour l'écran de Daniels. Mais il ne bronche pas. Il fait son métier. C'est un bon élément, un brave gars. Un comme lui, ça vaut bien 100 Ajin de merde, pas vrai ? Rires autour de la machine a café.
CHRONOLOGIE

08/1971 : Naissance à la nouvelle Orléans, Louisiane.
1982 : Divorce de ses parents. Son père déménage quelque part dans le pays.
1987: Elle était belle Michelle, et elle l'avait largué. Le soir même, il mourrait pour la première fois.
1987-1992 : Divers testes de suicide (hémoragie, nuque, électricité, noyage, accident de voiture..). Départ de la Nouvelle Orléan en 92 pour s'établir au début à Saint Louis.
1999 :Découverte de la CCG, recherches sur le sujet, leurs pratiques, etc.
2001-2007 :Technicien de surveillance de la CCG pour finir en gestionnaire et avoir pour la première fois partiellement les mains sur le service de surveillance.
2008 :Découverte de la DRA
2009 :Promu en tnat que chez de la surveillance au sein de la DRA, contrôle total sur les caméras, les dossiers, les fichiers.
2015 :Organise la fuite de la vidéo de torture avec Rick et Ross
2017 :Mort existe,
avec Famine Pestilence et Guerre. Il préfère dire "Two dollars Guy".


THE FLESH TO THE BONE

pseudo : Laz âge : 21 code du règlement : LD avatar : Idris futur James Bond Elba crédit : gify for real bro


i. Les ribs. Tous les mois, Daniels va dans le petit restau paumé qui les fait comme sa mère - ou presque. Dans le fond de la salle, une trompette grésillante parle de la nostalgie de ces années passées. ii. Les caméras. Boutons, elles sont financées par le DRA mais seul lui y a accès. Après la fuite, les films ont toutefois été réquisitionnée par ses rares supérieurs sans qu'ils ni trouvent la moindre chose suspecte, à part le fait que lors de ses insomies, il aime lire le long de la nuit qui s'écoule lentement devant lui. iii. Son piano en bois est droit. Plaqué contre le mur de son salon, à côté de la fenêtre, il prend la poussière. Y toucher lui rapelle les interminables heures de lessons avec le géniteur comme professeur. iv. L'appartement est silencieux. La télé en permanence allumée. Loin de connaître les programes par coeur, il laisse en muet et se contente d'observer las le fil d'information continu. v. A la nouvelle Orléans, le gamin a assisté à un braquage. Il a vu son père en crise de panique après un coup de feu. Son dogtag qu'il a arraché violement de son cou est depuis lors toujours resté sur son fils ; à mi-chemin entre le fond d'une poche de veste et son portefeuille. vi. Daniels aimerait voyager. Depuis toujours, son regard s'est porté vers l'océan, et jamais il n'est partit. Son passeport est coincé entre deux classeurs de factures et relevés bancaires, et de toute manière, il n'y a pas d'océan ici. vii. De loin, le mouvement Black Lives Matter a capté son attention. Sans prendre revendiquer aucune idéologie, ça ferait tâche au DRA, il se demande bien pourquoi aucun rassemblement n'a jamais eu lieu à Detroit. viii. Sortit lors de son adolescence, le comics Watchmen l'a profondément marqué, et il pourrait citer mot par mot des extraits sans s'en lasser. Sa préférée ? "Once a man has seen society's black underbelly, he can never turn his back on it. Never pretend, like you do, that it doesn't exist." ix. Il est la Mort, opposé à la vie, monochrome vision, il n'y a pas d'entre deux. Loin d'y trouver là un exutoire aux horreurs auxquelles il assiste tous les jours, lorsque les cavaliers seront libres, oh, il se montrera à la hauteur de son nom. A tous ceux ayant tourné le dos à leur frère où soeur à cause de leur nature, à tout ceux ayant viré une goule après qu'elle se soit faite recensée, oui, à tous ces pions d'une société pourrie, Lazarus viendra. Leur retirera l'honneur de se penser humain alors qu'ils n'en ont aucune trace, pour eux il ne gaspillera pas deux dollars, et dans leur dernier souffle, ils lui diront demanderont le pardon. x. Le soir, il téléphone à sa mère. Sa mère fière de savoir ce qu'il est, et ce qu'il est devenu. "Je t'aime maman.". Les micros mis par Guerre savent qu'au moins appel non fait, où au je t'aime oublié, il sera temps. xi. Pistolet toujours à la ceinture. Stand de tir tous les week-end.


Dernière édition par Lazarus Daniels le Mar 19 Sep - 12:04, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


Dim 17 Sep - 15:17


Hi, I'm death
But just call me Daniels

Papa dormait pas, papa dormait plus, maman non plus. Lazarus avait toujours un œil ouvert la nuit lorsque les pas lourds du paternel s’écrasait contre les lattes abimées. La guerre, il y était resté, il aurait dû crever, ouais, c’est ce qu’il répétait. Peut-être était-il mort, un jour, là bas sous la mousson. Peut-être est-il juste « revenu ». Papa dormait pas, et papa intriguait. L’ombre de lui-même est un jour partit de la maison pour s’acheter un paquet de clope, et il s’en fume une peut-être à Saint Louis à présent. C’est à cause de ça que lorsqu’il est partit, Lazarus y est allé. Pour avoir des réponses, peut-être. Car il aurait dû mourir, et était revenu.

« Daniels, numéro 62 à 10h30. » L’homme cligne des yeux. Il manquait de sommeil, et les écrans lui crevaient ce qui lui restait de pupilles. L’écran afficha la cellule occupée par une gamine et ce qui semblait être le Boogey Man juste derrière elle. Un homme lui tendit une peluche qu’elle hésita à prendre. « L’IBM disparait. Jones avait raison. » A la manière dont elle serait le bout de tissu et de bourre décousu, ça devait probablement lui appartenir. Contre son cœur d’enfant était la tête déformée d’un ours qui venait tout droit de ses souvenirs. Elle, c’était 62, mais son prénom était Maria. Elle était l’une des rares à être étudiée pour son IBM. Facilement manipulable. Sept ans, tout au plus, et un monstre sombre de presque trois fois sa taille à ses côtés. « Dommage qu’on doive la transférer en étude standard d’ici quelques années. » Tuer à répétition une adolescente était moins dangereux que de perdre les chercheurs aux mains d’un IDH colossal. « Ça me fait penser aux veaux qu’on tue gamin pour leur tendresse. » Lazarus souffla du nez. « Un coup à te rendre végétarien, pas vrai ? »

Flasque d’un père partit à la main, paquet de clopes déchiré dans l’autre, il était pathétique. Michelle l’avait largué pour Kyle, il le savait, il aurait dû s’en douter. Ses pas étaient hésitants mais malgré la noirceur de la nuit la plus triste de sa vie, du moins le pensait-il ce jour là, celui que l’on appelait encore à l’époque Ris réussissait à me pas tomber dans les marécages. Ses yeux piquaient, il ne voyait rien, et puis, il ne voulait pas voir. Personne ne le comprenait, et encore moins Michelle.
La terre devint plus molle sous son pied, et les crocs se refermèrent sur sa jambe.
Si ça n’avait pas été pour ce connard de Kyle, Daniels serait peut-être marine, insouciant de sa condition, et marié à son premier amour. Sa mère aurait été fière de lui, et peut-être même aurait-il revu son père. A cause d’elle et son égo, il se retrouvait mort au fond de l’eau.

« MERDE. » Sa chemise était mal boutonnée. « MERDE MERDE MERDE. » Il renversa sa tasse de café sur son pantalon. « FAIT CHIER. » Sauta dans sa voiture avec l’espérance d’avoir un costume de rechange dans le coffre. Heureusement, il en avait un. Rires des collègues autour de la machine à café, bien qu’ils se turent rapidement. La journée ne faisait que commencer, trois heures plus tôt que d’habitude, et ce par une réunion extraordinaire à cause de la fuite d’une vidéo de surveillance. D’où le réveil catastrophique de Daniels, et son humeur massacrante, ouais, il sait que son poste va sauter, ce matin, il a faillit craquer. C’est ce que les autres se sont dit devant le visage creux de l’homme malgré son apparent sourire. Au final, c’est la sous-traitance informatique qui a été changée.
Après tout, c’est vrai que Daniels fait du trop bon travail pour être remercié.

Elle allait le tuer. Il savait qu’elle en était capable. Que, par la voix de sa mère, tous les démons de l’enfer allaient s’abattre en une injure son sur être. Il aimait se dire qu’il se détestait à ce moment-là, mais la vérité était que son esprit n’était pas préoccupé par les barreaux. Ni par le flic qui voulait se donner un air de dur. C’était pas le premier gamin qui essayait d’acheter de l’alcool avec une fausse carte, et c’était pas le dernier non plus. Seule sa génitrice raidissait ses muscles en anticipant ses sermons mêlant Bible et théâtre à coup de grands « Je t’ai donné la vie, je peux te la reprendre. », mais il savait que dans le pire des cas, sa vie revenait toujours. Elle aussi savait.
Alors, lorsqu’on ouvrit les portes de la cellule pour le laisser sortir, la honte couvrit le jeune homme plus que les jurons maternels. Il chercha à s’excuser, à expliquer que c’était pour ne plus sentir la douleur, vous voir jusqu’où il pouvait aller. Il parla de perte de sang à la minute, des symptômes, et puis ce fut en daignant regarder sa mère en face qu’il s’arrêta. Tu deviens comme ton père lui a-t-elle dit. Ne mène pas une guerre que tu vas perdre lui avait-elle supplié.
Lazarus rendit les armes et déserta.

« Fils, je suis tellement heureuse pour toi ! » Il ne lui avait pas dit CCG. Pas besoin de l’inquiéter. « Fini les petits boulots, tu as enfin le travail que tu mérites ! » Il ne lui avait pas dit son réel poste aussi, cadre sonnait bien mieux. « Et en plus ça va faire depuis un moment que tu n’as.. Tu sais. » « C’est fini tout ça. » « C’est une fille qui t’a changé comme ça ? Lazarus Isaac Daniels si jamais j’apprends que tu t’es fiancé sans m’en avoir parlé- » « Non non, aucune fille, rassure-toi. » Soupir à l’autre bout de la ligne. « Je suis si contente pour toi que tu ai pu.. Vivre une vie normale malgré tout. » Aujourd’hui, une femme avait hurlé pendant plusieurs heures. Puis, elle s’est explosé le crâne contre la porte en fer de sa cellule. « Le premier diplômé Daniels ! Je suis si fière de toi, les Jenkins t’envoient également toutes leurs félicitations ! » Son diplôme de la Wayne University devait fièrement trôner dans le salon maternel. « Si moi je t’aime comme tu es, reste prudent, ne l’oublie jamais. » « Detroit n’est vraiment pas une ville si dangereuse que ça, vraiment. » « Tu sais de quoi je parle. »
Elle ajouta : « A propos, quel est le nom de cette fameuse entreprise ? »
Il dit : « Juste une boîte nationale d’abattage. Rien que tu ne connaisses vraiment. »



Dernière édition par Lazarus Daniels le Mar 19 Sep - 21:30, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 115 Voir le profil de l'utilisateur


Dim 17 Sep - 15:37


J'aime le titre, la tête, le scéna, le début, trop trop de bon choix
Hâte de lire la suite :ko:
Bienvenue à toi!

_________________

ALL THESE YEARS I'VE BEEN SEARCHING, FOR WHO I'M SUPPOSED TO BE. ALL THAT TIME I'VE BEEN WASTING, 'CAUSE I WAS RIGHT IN FRONT OF ME. OH, IT'S A CROOKED OLD TRADITION, BY A MASTERFUL MAGICIAN. BUT IN ALL THIS TROUBLE I'VE MET, I HAVEN'T GOT ONE SINGLE REGRET, NO - Yesterday , Imagine Dragons

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 90 Voir le profil de l'utilisateur


Dim 17 Sep - 15:39


je veux la suite
j'ai hâte de voir la suite, je meurs un peu que ce personnage soit pris, sache le. Et sache aussi que jehan m'appartient, alors on va s'amuser, avec notre lien
bienvenue sur fab, t'es fab, on est tous fab.

_________________


i feel like shit ; it must be love
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 165 Voir le profil de l'utilisateur


Dim 17 Sep - 17:00



Je t'aime. D'un amour formidable. Immense. Complet. Tout ce que tu veux, quoi.
(par contre, Harry, ça va être autre chose )

Bienvenue donc, mon petit cœur tout mou est tout heureux & pas loin d'exploser de bonheur    
Le début commence parfaitement, il me tarde d'en lire plus

_________________
(Don’t you have any remorse ?)
None at all.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


Dim 17 Sep - 20:39


Merci beaucoup pour votre accueil, j'ai refait tout mon début j'espère que ça reste bien

Temeo : merci beaucoup  pareil pour ton avatar bb

Jaco : ah très bien let the game begins

HARRY BAE : jkejjekjfjfjfemerci ! hate de finir ma fiche pour voir le diable en personne
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


Lun 18 Sep - 4:35


j'ai dévoré l'histoire aussi rapidement qu'une goule affamée my my my ... ta plume quoi le personnage est vraiment dingue. Je viendrai sûrement te réclamer un lien, entre ajins.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 168 Voir le profil de l'utilisateur


Lun 18 Sep - 5:17


Je me remets pas de ton style, cette lecture a été un pur bonheur, j'en ai oublié mon café
Bref, pour le choix de pv, de bouille, ce début de fiche et ta plume, laisse-moi te dire que je te kiffe, tout simplement
Bienvenue parmi nous

_________________


― rock bottom

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 71 Voir le profil de l'utilisateur


Lun 18 Sep - 7:05


Je suis tombé amoureuse du personnage
Je t'annonce déjà que je vais stalker tes rps
Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 165 Voir le profil de l'utilisateur


Lun 18 Sep - 10:01


La réécriture de la première partie, et l'histoire m'ont tuée, je suis aux anges, et j'attends plus qu'une chose : que tu finisses ta fiche pour qu'on puisse RP ensemble et que Laz vole de ses propres ailes dans le gigantesque merdier qu'est ce monde

_________________
(Don’t you have any remorse ?)
None at all.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


Lun 18 Sep - 13:37


Jamie : merci beaucoup par curiosité je suis allé lire la tienne aussi et j'ai adoré simple, et pourtant, ça explique tout, j'aime vraiment beaucoup (et du coup je réfléchi déjà au lien si ça t'embête pas bb )

Ana : au moins il te reste du poulet merci encore

Lyall : je t'annonce que j'ai stalké ta fiche et que ça me gave de pas trouver de lien cohérent entre nos deux persos pour l'instant
Mais Gosling façon Only God Forgives JE DIS OUI trop de beauté dans ce fo bordel

bae : harry is love, harry is life. attend toi à des MP d'amour une fois validé pour mettre tout ça en place

Je pense finir ma fiche en toute fin de journée, jsais pas si ça sert à grand chose d'informer mais j'informe ok
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


Lun 18 Sep - 13:55


AH!
cette fiche, ta plume, laz, tout. pis les gifs, ils sont géniaux. surtout celui de l'histoire
bienvenue, j'espère que tu vas te plaire ici et que tu vas t'éclater avec lazou.
on se trouvera un petit truc, j'espère, j'y crois.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 203 Voir le profil de l'utilisateur


Lun 18 Sep - 14:08


laz, la fiche, la plume, l’ensemble.
c'est si beau. bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 72 Voir le profil de l'utilisateur


Mar 19 Sep - 7:30


Oh, Laz, ce scenario est tellement parfait (et ton écriture en plus...) Finis donc cette fiche. On a tellement de choses à se dire, toi et moi

_________________
   
« Oh death, will you spare me over and ever ?  How you are treating me  You've closed my eyes so I can see and you hurt my body and made me cold. You run my life but I have no soul.».
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


Mar 19 Sep - 11:52


Rhea : merci beaucoup oui quand j'ai trouvé ce gif de la roulette russe, j'ai pas pu résister, c'était magique

Mew : merci beaucoup j'ai aussi dévoré ta fiche

Lilian : hell yeah we do je t'avoue j'ai des petites idées déjà

Fiche finie lalala
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 165 Voir le profil de l'utilisateur


Mar 19 Sep - 14:21


GAH. God. Damn.
Les bras m’en tombent, les mots me manquent pour te féliciter d’avoir si bien capté Lazarus dans tous ses compromis et ses enjeux
J’aime aussi le fait que tu l’aies comblé, là où il y avait des trous, que tu l’aies rendu encore plus concret qu’il n’était déjà dans mon esprit (les ribs, le nom de son ex, lors de sa première mort, le piano, les Black Lives Matter, ce genre de choses). Tu l’as ancré dans ce monde mi-fictif/mi-réel, et j’en suis toute émue, pour tout te dire !
bref, je suis comblée, alors ne tergiversons plus, tu es mille fois, douze mille fois, cent mille fois validé !
On va se faire de ces petits RPs, fumés au feu de bois, tu m’en diras des nouvelles

Par contre, mais ce ne sont pas des points qui méritent de te faire patienter plus pour la validation : y a une erreur dans ton histoire « l’IDH » ne renvoie à rien de lié aux ajins, ça doit être une confusion avec l’IBM (invisible black matter) , et quelques fautes d’inattention çà et là, mais une relecture rapide devrait totalement les virer.

En clair, you’re good to go and die (oups)

félicitations, tu es validé(e)
bienvenue dans les sombres rues de detroit
Sur vos crocs ou dans vos veines coule le sang bouillant de ceux qui piétinent le bitume de Detroit. Prenez un instant pour respirer, avant d'aller vous perdre dans les obscurs recoins de la ville.

Après la validation, il est important d’aller recenser vos diverses propriétés — votre visage, votre habitation ainsi que votre occupation — dans cette cette section pour ne pas qu’ils vous passent sous le nez. Ensuite, direction cette section pour créer votre fiche de lien, un modèle (facultatif) se trouvant à votre disposition au besoin.

En cas de questions, n’hésitez à rejeter un coup d’œil aux annexes et textes explicatifs mais si vous êtes toujours perdus, rendez-vous ici pour poser vos questions au staff. N'oubliez pas de suivre régulièrement la section intrigue pour vous tenir au courant des sujets en cours et des articles parus.

Bienvenue parmi nous, et bon jeu sur FAB !

_________________
(Don’t you have any remorse ?)
None at all.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

(lazarus) MR NICE GUY.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [E11] J5 Nice - Rhône-Alpes
» [ED11] [Inscriptions J5] Nice - Rhône-Alpes, le 26/01
» U2 à Nice le 15/07/2009
» Nouveau joueur sur Nice
» [ED.13] Inscriptions J2 Nice - Midi-Pyrénées, le 17/08

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OF FLESH AND BONE :: PLAYING TIL YOUR SOUL COMES OUT :: FICHES-