soutenir le forum

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 Lyall ◊ Sink your teeth into my flesh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Messages : 54 Voir le profil de l'utilisateur


Dim 17 Sep - 19:38


Sink your teeth into my flesh
Ezechiel & Lyall

C’est une journée pluvieuse comme il y en a tant ces derniers temps. Les cheveux collés sur le crâne, il attend. Au loin il peut presque entendre les pas pressés qui claquent sur le bitume des grandes allées. Mais, il ne bouge pas. Il reste adossé au mur, trempé jusqu’aux os, glacé jusqu’à la moelle. Tout ce qu’il espère c’est qu’elle cesse. Il se fiche de la pluie, il ne pense qu’à la faim.
Son estomac gronde, monstre affamé qu’il se refuse pourtant à rassasier. Il ne veut pas lui donner satisfaction, se nourrir aux dépends de sa raison. Une raison qu’il peine de plus en plus à préserver alors qu’il ne pense qu’à manger. Ça fait mal. Ça le défigure. Ça le tue. Il peut sentir ses tripes se tordre d’envie à l’idée de croquer dans le cou d’un passant mal tombé et ça l’effraie.
Ses ongles raclent le sol humide et il gronde presque bestialement tandis que sa mâchoire craque, lui soutirant un gémissement de douleur. Neuf mois qu’il est ainsi. Neuf mois. Ce n’est pas assez pour s’habituer à cette idée. A cette douleur. Cette terreur. Parfois il se dit qu’il aurait préféré mourir plutôt que de vivre ainsi. Puis, il se rappelle de l’accident. De cette effroyable sensation alors qu’il était aux portes de la Mort, le regard plongé dans celui vide de sa mère. Elle est moche la Mort. Laide à en crever, triste à en pleurer. Non, ce n’est définitivement pas une option.
« Excusez-moi… Vous allez bien ? »

Il se fige soudainement alors que ses yeux s’écarquillent. D’horreur. De surprise. Non. Qu’est-ce qu’elle fait là ? Elle ne devrait pas être ici. Pas avec lui. Il relève la tête et découvre le doux visage d’une jeune femme. La trentaine tout au plus. Elle est belle et semble passablement inquiète face à son apparence. Il sait pertinemment de quoi il a l’air. D’un mec amaigri, aux portes de la folie. Rincé par la pluie. Un gars paumé et désespéré à qui on tendrait volontiers la main. Sauf que… il n’est pas ce gars-là.
« Je vous ai vu de l’autre côté et… Je me demandais si je pouvais vous aider ? » continue-t-elle.
Ses doigts se tendent vers lui pour lui tendre son parapluie et il tente de reculer, de se fondre dans ce mur qui l’empêcher de fuir. Boum. Boum. Boum. Il peut le sentir. Tout ce sang qui circule dans cette carotide. Aussi fraîche et tendre que le plus délicieux de tous les mets. Il aurait aimé vomir à cette pensée. Il ne fait que saliver. Disjoncter.
« N… Non… » articule-t-il alors que ses dents se font tranchantes. « Non ! Allez-vous-en ! »

Trop tard. En un instant son regard devient aussi sombre que le charbon tandis que ses pupilles virent au rouge vif. Il tente de se contenir, de courir aussi loin qu’il le peut mais, tout ce qu’il fait, c’est bondir. Tout ce qu’il entend c’est le rythme incessant de cet organe qui bat dans sa poitrine, crachant ce liquide qui le tente tant. Tout ce qu’il voit c’est cette gorge appétissante qui fait hurler son ventre vide depuis trop longtemps. C’est comme agiter un steak sanguinolent devant un chien errant. Ça le rend complètement timbré.
« Que… AU SECOURS ! » hurle-t-elle à pleins poumons.
Ce sont ses dernières paroles avant que la mâchoire d’Ezechiel ne se referme sur sa jugulaire. Il fouille férocement la chair et c’est comme si son monde s’illuminait. Que son esprit s’éclairait. La douleur, les regrets et les remords. Tout ça disparaît pour laisser place à ce profond sentiment de contentement. Il se sent soudainement tellement vivant. Plus qu’il ne l’a été durant ce dernier mois de jeûne.
« Hum… » laisse-t-il échapper en soupirant de plaisir.
Ses yeux se ferment et il mange. Un morceau. Puis un autre et enfin un troisième avant que des bruits de pas ne lui fassent tourner la tête. Il gronde furieusement et se tourne vers l’inopportun. Manger. Manger. Manger. C’est tout ce qu’il désire. Tout ce dont il a besoin. Il n’y a plus d’humanité qui tienne. Plus rien. Il est prêt à tuer tous ceux qui oseront s’interposer entre lui et cette délivrance tant désirée.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 54 Voir le profil de l'utilisateur


Lun 18 Sep - 19:29


Je lance que maintenant car je suis une boulette
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 182 Voir le profil de l'utilisateur
http://fleshandbone.forumactif.com


Lun 18 Sep - 19:29


Le membre 'Ezechiel Moriarty' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'CONFRONTATION' : 2
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 71 Voir le profil de l'utilisateur


Jeu 21 Sep - 9:49


Il avait faim. Il détestait avoir faim. Qu’importe qu’il puisse passer des jours, des semaines, des mois sans manger, Lyall n’aimait pas cette sensation qui lui tordait le ventre dès qu’il cessait de s’alimenter plus de 3 jours. Mais plus que manger, Lyall aimait chasser. Il aimait prendre le temps de trouver le repas parfait. Il aimait le son de son cœur de sa nourriture qui s’emballait lorsqu’elle se rendait compte qu’elle était suivie. Il aimait l’adrénaline qui le parcourait quand il la traquait jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus courir. Il aimait les cris de désespoir qu’elle faisait lorsqu’il l’ouvrait en deux. Il aimait le gout du sang chaud dans sa bouche. Ce gout qui ressemblait à celui de la victoire et qui était toujours meilleur que les autres. Le gout d’une chasse réussite. Il ne s’amusait jamais autant durant l’une d’entre elle, et c’était probablement pour cette raison qu’il mangeait plus que la moyenne. Ses frères les traitaient de glouton dès qu’ils le pouvaient mais ça ne lui faisait ni chaud ni froid. Il n’y avait pas grand-chose qui le faisait réagir de toute façon. Le sexe c’était bien pendant un court instant, mais la chasse ça le réchauffait pendant des jours. C’était presque une drogue maintenant qu’il y pensait. Des instincts qui se mélangeaient avec une éducation particulière et qui avaient donné cette passion qui semblait presque génétique dans sa famille. Mais le problème restait le même. Il avait faim.

C’est pour ça qu’il était dehors par ce temps. Pas que la pluie le dérangea, au contraire, elle propageait les odeurs plus loin. Lyall était un bon chasseur, mais ce qu’il savait faire par-dessus tout, c’était traquer. Et il était bon. Très bon même. Il ne se rappelait quand est-ce qu’il avait perdu la trace d’une proie pour la dernière fois. Et ça lui ouvrait un panel de chasse assez important. Le visage caché sous sa capuche, Lyall releva le menton pour respirer les odeurs de Delray. Il se trouvait sur le territoire des Ravageurs. Ce n’était pas une journée de chasse officielle, mais ça n’empêchait pas les membres du groupe d’y chasser de temps en temps comme il le faisait à présent. L’homme s’était fait un terrain de chasse dans ces lieux, ou plutôt il avait imposé son terrain de chasse aux autres à coups de membres brisés et de sang coulé, comme le veut la tradition. Les pieds marchant dans les flaques d’eau, Lyall s’y dirigeait justement. Chasser sur le terrain d’une autre goule était considéré comme rien d’autre que de la provocation. Et si recouvrir ses poings du sang de l’un de ses congénères l’amusait de temps en temps, aujourd’hui il n’en avait pas envie. Il se concentrait principalement à déterminer ce qu’il allait manger en humant l’air. Qu’est-ce qu’il allait manger aujourd’hui ? Homme ? Femme ? Jeune ? Vieux ? Est-ce qu’il voulait que la partie dure longtemps ou bien préférait-il un repas facile ? Mais finalement ce choix fut pris pour lui.

Un hurlement de terreur perça à travers la tempête avant que l’odeur du sang ne vienne chatouiller ses narines. L’odeur était toute proche. Lyall fronça les sourcils. Quelqu’un était assez con pour chasser sur son territoire. Il pensait qu’après le dernier incident, le message avait été assez clair ? Il allait peut-être devoir les arracher cette fois les membres plutôt que de simplement les briser … Les mains dans les poches, il s’approcha de l’endroit où l’odeur du sang était le plus fort, et entendit distinctement le bruit de la chair qu’on arrache et les grognements d’une goule affamé. Entendant ce son, Lyall arriva discrètement derrière importun afin de mieux l’observer. Dans ce secteur, il fallait mieux être prudent plutôt que de tomber sur un osseux en plein festin. Il n’aimait pas les osseux, mais concrètement, personne ne les aimait. Même pas eux-mêmes probablement. Alors dissimulé derrière un mur, Lyall regarda attentivement la scène devant lui. Un homme aux vêtements qui avaient clairement vu des jours meilleurs, arrachait à pleine dents la chaire d’une jeune femme en poussant des grognements de plaisir. De là où il était, Lyall n’eut aucun mal à remarquer l’absence de la peau couleur blanche si caractéristique des osseux. L’intrus n’en était donc pas un. C’était juste une goule qui cherchait les emmerdes.

Lyall sortit de derrière son mur, et s’avança vers le futur tas de chaire sanguinolente qui le repéra aussitôt. Il se retourna pour lui grogner violemment dessus, les yeux noirs charbons, les dents et les griffes sorties. Sortant ses mains de ses poches, Lyall continua de s’avancer en laissant échapper son propre grondement. « On t’as jamais appris que c’était malpolis de venir manger chez quelqu’un sans être invité ? » Ce petit merdeux allait vite comprendre son erreur …
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 182 Voir le profil de l'utilisateur
http://fleshandbone.forumactif.com


Jeu 21 Sep - 9:49


Le membre 'Lyall Campbell' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'CONFRONTATION' : 11
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 54 Voir le profil de l'utilisateur


Ven 6 Oct - 6:47


Sink your teeth into my flesh
Ezechiel & Lyall

Ce n’est pas la première fois qu’il tue. Pas la première fois que sa raison lui fait défaut, laissant place au monstre qui gronde. Il n’a même pas passé le cap si significatif de la première année et, pourtant… Il a mangé. Neuf fois. Neuf cadavres qui hantent son quotidien et le pousse à entretenir cette faim qui lui ronge les entrailles. Paradoxal en soit. Il s’affame pour éviter de tuer et finit inévitablement par disjoncter, causant un massacre. On ne lutte pas contre la faim. On la subie.
Le sang envahi ses sens tandis que le hurlement perce ses tympans. Pourtant, il ne ressent rien. Pas la moindre trace de culpabilité, pas la moindre once de compassion. Juste ce vide. Une bête qui ressent le besoin de se nourrir et se satisfait sans prendre en compte l’effroi de sa proie. Un prédateur, tout simplement.
Il l’ignore encore mais, demain sonnera l’annonce d’un long mois où l’âme de cette jeune femme viendra alourdir son fardeau. Pour le moment, il se contente de pousser des grognements, manifestant son contentement, son soulagement. C’est fou comme plus rien ne compte à cet instant, comme si son esprit tout entier était relégué à l’arrière-plan. L’instinct prime. La faim.
Ça coule sur son menton, ça éclabousse les murs et le bitume de cette rue devenue plus lugubre encore. Ça poisse sous ses doigts dans un mélange de viscosité qu’il peine à trouver plus écœurant qu’appétissant. C’est sale. C’est glauque. Bien trop éloigné du gars qu’il a été, qu’il aimerait être. Le genre de choses qui l’aurait fait vomir, cet Ezechiel. C’était tout ce qui le révulsait. Le meurtre, la Mort et tout ce qui s’en rapproche. Sauf qu’il a beau essayer, il a du mal à le garder en vie de gars-là. Il est tout ce qui lui reste. Ce qui ressemble le plus à des restes d’une conscience.

« On t’a jamais appris que c’était malpolis de venir manger chez quelqu’un sans être invité ? »
Il fixe l’inconnu de ses yeux aussi sombres que la nuit. Ses yeux aux pupilles blanchies. C’est le premier qui l’ait jamais surpris dans un tel moment de laisser-aller. Pourtant, il ne s’en inquiète pas plus que ça. Il ne voit que son intrusion. Cette désagréable sensation d’être arrêté dans son repas et puis, la faim qui revient.
Sa bouche crache un son bestial tandis qu’il se place devant le cadavre en tentant de paraître plus menaçant qu’il ne l’est réellement. Même dans ce brouillard dans lequel son esprit est plongé il peut dire qu’il ne s’agit pas de l’une de ses prochaines victimes. Pas humain, trop serein. Pas non plus un membre tant redouté du CCG.
« Dé…gage… » arrive-t-il à lâcher dans un grondement qui semble monter de son ventre.
Il veut qu’il parte. Il ne veut pas se battre. Juste finir ce qu’il a commencé. Manger. Ses muscles se tendent sous son sweat miteux et il fixe les mains de l’homme alors qu’il les sort de ses poches. Il ne semble pas décidé à rebrousser chemin et Ezechiel n’a pas la capacité d’analyser plus que ça la situation.

En un instant, il s’élance. Le poids de son corps bascule sur son pied droit et il se jette en avant dans un bond qui se veut puissant. Assez puissant pour qu’il avance de deux bons mètres tandis que ses ongles viennent agripper les vêtements du perturbateur. Son regard se fait narquois tandis qu’un sourire vient révéler ses gencives ensanglantées. Il n’arrive plus à réfléchir. Il est juste programmé pour tuer. Déchiqueter encore et encore jusqu’à ce son estomac soit contenté.
Ses pieds retombent au sol et il tire violemment son bras en arrière, déchirant les vêtements avec la ferme intention de se frayer un chemin jusqu’aux entrailles. Tant pis s’il s’agit d’une goule. Il les hait même plus qu’il ne se hait lui-même. Il les hait car elles ont fait de lui ce qu’il est aujourd’hui et, ça, il ne pourra jamais leur pardonner. Jamais l’oublier. Il les hait parce que c’est plus simple de les haïr elles plutôt que tous les éléments qui l’ont conduit jusqu’ici maintenant.
« Je vais te bouffer. » lance-t-il l’air presque fou.
Sûrement même. Il perd lentement la raison. Un peu plus à chaque fois, chaque mois. Il peine à se contrôler et reste en retrait de toute forme de société, de communauté. Il n’appartient plus à ce monde. Ni à celui des goules, ni à celui que formait son espèce, celle humaine. Juste une chimère. Un nom qui lui sied bien. Il n’est rien de plus qu’un fantôme, un mythe qui ne demande qu’à s’éteindre. Un être ravagé dont on conte l’histoire à ses enfants, tard le soir. Une bête de foire.
Il griffe la peau à sa portée, lui labourant le ventre. Ses doigts maladroits ne font que riper et égratigner. Il est trop empressé, pas habitué à attaquer. Juste à prendre par surprise quand il y pense.
« Je vais te bouffer ! » hurle-t-il alors, plus agacé.
Il se rue comme un beau diable sur tout ce qu’il peut. Le torse, les bras et même ce visage si sculptural. Il veut défigurer, déchiqueter et tout dévorer. L’empêcher de parler.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 71 Voir le profil de l'utilisateur


Jeu 12 Oct - 14:29


Il l’avoue, cette vue l’avait plus qu’énervé. Il avait été sympa la dernière fois, il avait été poli. Il avait pas tué la dernière charogne à venir bouffer sur son terrain. Il lui avait même permit de repartir avec ses membres entiers. Brisés et couvert de sang certes. Mais entier. Et clairement, le message n’avait pas été assez clair pour tout le monde. Il ne connaît pas la goule en face de lui, mais il s’en fout. Ce ne sera bientôt plus qu’une pauvre goule morte servant d’exemples aux petits cons dans son genre.

Lyall sortit ses mains de ses poches en l’observant. Yeux noirs, griffes et crocs sortit, ouais, il le provoquait clairement. Et bordel, on lui avait jamais appris à manger proprement à celui-là ? Il en avait jusque dans les cheveux. « Dé…gage… » Ouep. Définitivement mort lui. L’autre s’élance, et arrive d’un bond devant lui pour lui attraper la chemise. Il le laisse faire. Qu’il vienne à lui, ça fera moins d’effort de sa part. L’homme lui sourit d’un air mauvais, et il peut apprécier la vue de ses dents ensanglantées de la chaire qui aurait dû finir dans son estomac. Lyall recula d’un pas rapide juste à temps pour que l’autre enfoiré lui déchire son haut. Putain il l’aimait en plus celui-là … Lyall plia ses genoux et s’apprêtât à écraser ses doigts dans les yeux de l’autre goule quand il fut distrait par une drôle d’odeur. Ça sentait l’humain. Et la goule. Il cligna les yeux d’un air interloqué et l’autre en profita pour l’attaquer. « Je vais te bouffer. » Il le griffe, si on peut appeler ça une griffure. Les marques disparaissent aussi vite qu’elles sont apparues tant elles sont fines. Lyall fronce les sourcils en lui attrapant les poignets pour l’empêcher de le toucher. C’était quoi ça ? C’était pire que lorsque son dernier petit frère quand il avait découvert qu’il avait des griffes. On dirait un chaton. L’enfoiré venait tout juste de manger, il devrait être au summum de sa force, pourquoi est-ce qu’il ne l’utilisait pas ? Et puis cette odeur …

Il lâche l’une de ses mains et vient écraser son poing contre sa carotide et le projette d’un coup de pied contre le mur le plus proche. Il entend un énorme crac suivit d’halètements étranglés. Il venait de manger, il s’en remettra. Il le rejoignit en quelques pas, et s’accroupit à sa hauteur, attrapa ses cheveux et les tira pour enfouir son nez contre son cou. Il inspira profondément. Ouais. Goule et humain. Le petit chaton était donc une chimère. Une chimère qui n’avait pas mangé depuis un moment d’après ce qu’il voyait. Putain il détestait les chimères. Toujours plus d’emmerdes que ça en valait la peine. Soupirant, il lui lâcha les cheveux pour venir attraper son cou et le plaquer contre le mur. « Dis-moi petite Chimère, ça fait combien de temps que t’es comme ça ? » Il est curieux Lyall, et il aime bien avoir toutes les cartes en mains avant de prendre une décision. Décision comme celle de quoi faire l’équivalent d’un bébé goule qu’il avait entre les doigts. Du coin de l’œil il vit le cadavre posé à moins d’un mètre d’eux. Il attrapa ce qu’il restait du bras et d’un coup sec, l’arracha et se mit à manger. Si l’autre était pas content, qu’il aille se faire foutre. Son territoire, sa bouffe. Et puis il avait faim.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 54 Voir le profil de l'utilisateur


Sam 28 Oct - 12:04


Sink your teeth into my flesh
Ezechiel & Lyall

L’odeur métallique titille ses narines et son estomac crie famine tandis qu’il se jette sur l’intrus face à lui. Ce dernier ne semble pas le moins du monde décontenancé et peut-être qu’il devrait prendre cela comme un signe pour reculer. Pour autant, Ezechiel n’est pas en mesure d’analyser le danger. Sa raison a déserté le navire quand il a laissé ses canines arracher la chair de la fille. Stupide, pathétique marginal qui a encore cru qu’il pourrait éviter de faire du mal.
Ses ongles raclent la chair, frénétiques et il gronde, les babines retroussées. Il veut manger, plus que tout. Il veut se rassasier à en dévorer le premier qui croise son chemin et c’est bien ce qu’il est entrain d’essayer d’achever en ce moment. Quitte à se battre pour y arriver.
Ses doigts ne se rétractent que lorsque les plaies de son adversaire se referment et qu’il comprend qu’il a affaire à quelqu’un de beaucoup plus puissant.
A cet instant il tente d’exercer un mouvement de recul pour éviter une réplique qui ne peut que venir. Trop tard. La main de l’autre vient s’enrouler autour de son poignet et il tente furieusement de se libérer avant que ne pleuve le premier coup. Bam. Le poing heurte la carotide et il suffoque quelques secondes avant de se faire projeter contre le mur le plus proche. Le souffle coupé il crache soudainement ses poumons alors que sa raison perce légèrement le brouillard qui l’entoure. Ça fait mal. Bien plus mal que lors de son dernier combat contre un humain qui tentait de sauver sa peau. Rien à voir.

« Hum… » halète-t-il dans un pitoyable geignement alors qu’il tente de garder les yeux ouverts.
Sonné, il aperçoit tout de même l’autre se mouvoir dans sa direction et il secoue la tête en reprenant ses esprits, luttant pour ne pas céder une énième fois à l’odeur du sang. Tout son corps lui fait mal et en particulier sa mâchoire qui craque autant qu’au premier mois. La goule saisit ses cheveux et il lève les yeux vers lui dans un halètement à mi-chemin entre l’effroi et la hargne. Il est tétanisé, affamé, perclus de douleur et complètement perdu.
Il sent le frottement de son nez contre la peau sensible de son cou et il frémit, les yeux écarquillés. Il a peur tout d’un coup. Peur d’être mangé. Parce qu’Ezechiel a beau clamer qu’il la hait cette vie, il sait qu’elle est unique. Il n’est pas prêt à partir. Sûrement pour ça qu’il n’a jamais eu le courage de se suicider.
« Non… je… » articula-t-il, avisant le cadavre, à moitié horrifié.
Il est violemment plaqué au mur tandis que des doigts masculins s’enroulent autour de sa gorge. Il se débat comme un beau Diable et griffe la main de celui qui le retient, étouffé par la panique et la culpabilité.
« Dis-moi petite chimère, ça fait combien de temps que t’es comme ça ? » lance nonchalamment l’autre.

Ezechiel reste figé devant son apparent manque d’émotion et ça réveille en lui un profond instinct de survie. Celui de fuite. A cet instant, pire que la faim, il veut partir, s’éloigner de la menace qui plane. Ce n’est pas normal que ce gars soit aussi froid. Toutes les goules qu’il a croisées en s’aventurant sans le savoir sur leurs territoires ont fini par lui mettre une violente dérouillée où il a presque failli y passer.
« En quoi ça te re… » commence-t-il avec son habituelle insolence avant de se raviser en déglutissant. « Dix… dix mois… »
Il détourne furieusement le regard les poings serrés et se débat à nouveau faiblement avant de se figer en le voyant saisir l’un des bras de la jeune femme. A cette vue il est pris d’une nausée soudaine avant que le fumet de son membre ne parvienne à son nez. En un instant le revoilà sauvage, les yeux noirs et la bave au coin des lèvres.
« Donne-le-moi ! A moi ! » crie-t-il, affamé.
Il tend les bras vers le morceau de chair et gronde en tentant de l’attraper avec hâte, le visage pâle et couvert de sueur. Quasiment un mois sans véritable repas… il ne peut pas se contenter d’un café gratté à l’aide de quelques pièces volées. Il ne peut plus.
« Donne-moi ça, idiot ! J’ai faim ! Si faim… »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 71 Voir le profil de l'utilisateur


Lun 30 Oct - 11:04


Lyall considérait qu’il avait un excellent contrôle sur ses instincts et sur son corps. Et ça devait être la seule et unique raison pour laquelle il n’avait pas encore éventré la petite chose qu’il tenait à la gorge. Ça et sa putain de curiosité maladive. Quand il voyait une chose relativement curieuse devant lui, la goule ne pouvait pas s’empêcher de la titiller jusqu’à ce qu’il comprenne comment elle marchait. Son père n’arrêtait pas de lui dire que cette sale habitude allait le tuerait un jour, et ce serait probablement vrai. Il se voyait très bien mourir à cause d’une inattention passagère. Ses frères viendront sans nul doute se foutre de sa gueule sur sa tombe et Ma lui lirait la liste des choses qu’elle allait lui faire pour le faire payer une fois qu’elle le rejoindrait … Ouais, il allait essayer de ne pas mourir trop tôt. Il se reconcentra plutôt sur la petite chose entre ses mains. Un rapide reniflement confirma ses soupçons : une chimère. Il ne les aimait pas. Trop farouches, trop promptes à merder. Et un putain de compta moral qui continuait à pointer vers le Nord alors que leur vie n’était maintenant axée que vers le Sud. Incapables de s’adapter, incapables de survivre. Des Osseux et des emmerdes en devenir. Il devrait le tuer tout de suite. Un coup sec du poignet et une mort rapide. Ce serait plus simple pour tout le monde. Mais il est curieux, et il ne prend jamais de décisions hâtives. Alors il lui parle, il le questionne. « En quoi ça te re… » commence-t-il avant que Lyall ne resserre ses doigts autour de sa gorge en guise d’avertissement. Tant mieux pour lui s’il retrouvait ses esprits et s’il n’était pas totalement brisé. Mais pour l’instant Lyall n’avait aucune patience pour de l’irrespect. Pas quand il venait de tuer sa nourriture sur son territoire. « Dix… dix mois… » Mieux.

Lyall haussa un sourcil à sa réponse. Dix mois ? Et il n’était pas encore devenu un Osseux ? La goule se sentirait presque impressionnée si il ne savait pas que l’autre était au bord de la rupture. Et sans surprise, lorsqu’il se mit à manger devant la chimère, le peu de conscience qu’il avait retrouvé s’envola aussitôt. « Donne-le-moi ! A moi ! » Ses yeux reprirent leur teinte noire, ses dents s’allongèrent, ses griffent sortirent. Si ce n’est son odeur, il aurait pu passer pour une goule tout à fait ordinaire. D’un visage sans expression particulière, Lyall l’observa tout en continuant à mâcher son morceau de chair tout en le maintenant à distance à travers sa prise sur son cou. Clairement la chimère n’avait pas mangé depuis un bon moment. Il parierait que l’autre avait largement dépassé les deux semaines de jeune. Il savait pas qu’un bébé avait besoin de nourriture pour grandir ? De plus, il n’avait clairement jamais appris à se battre vu comment il essayait d’attraper la viande plutôt qu’à essayer de se débarrasser de sa main. Le fait qu’il soit toujours en vie et plus ou moins toujours sain d’esprit relevait presque du miracle à ce niveau. « Donne-moi ça, idiot ! J’ai faim ! Si faim… » Bon ok il commençait à avoir mal aux oreilles.

Lyall resserra sa prise sur le cou de la chimère et frappa violemment sa tête contre le mur derrière eux. « Tu te calmes. Répond à mes questions et peut-être que je te donnerais le reste après. » Sa voix était froide, presque désintéressée. « Ça fait combien de temps que tu n’as pas mangé ? » Il arracha un nouveau morceau du bras qu’il mâcha lentement.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 54 Voir le profil de l'utilisateur


Mar 14 Nov - 22:08


Sink your teeth into my flesh
Ezechiel & Lyall

Il les hait. Profondément. De manière viscérale. Il hait cette espèce qui se pense au-dessus de celle humaine. Il la hait pour ce qu’elle est. Un ramassis d’êtres bourrés de cette supériorité qui lui file la nausée. Ils se pavanent un peu comme ces chats qu’on aperçoit parfois. Des chats qui prennent un malin plaisir à jouer avec la vie des souris prisonnières de leurs griffes.
Ezechiel déteste les félins, il leur préfère les chiens. Un peu comme Buddy qu’il peut entendre couiner non loin d’ici. Pour autant il n’est pas assez immergé dans la folie pour lui siffler de venir. Il a peur pour lui. Peur de ce que cet autre prédateur pourrait faire à son unique ami. A son unique famille. Alors il se tait et se contente de reprendre lentement ses esprits.
Sa tête lui fait mal et il peut d’ores et déjà sentir la migraine pointer le bout de son nez. Le pire reste cette odeur de sang qui plane dans l’air. Une odeur de sang que même le parfum musqué de son agresseur n’arrive pas à dissimuler. Quand il évite d’y penser, il a presque l’impression que, ça y est, il est à nouveau le maître de sa petite tête et de la bête qui gronde en lui. Puis, il suffit d’un coup de vent un peu plus appuyé et le voilà qui perd les pédales à en bouffer ses propres doigts.
Il se débat, le regard noir et empreint de folie, de cette famine qui lui tord les tripes. Il tente de saisir ce morceau sanguinolent qui le nargue, si près et si loin pourtant. Il en crève d’envie. Au point d’en chialer, de supplier, de tuer. Pourtant la prise sur sa gorge ne faiblit pas, étau qui le maintien immobile, à la merci de ce monstre bien plus puissant qu’il ne l’est. Ezechiel ne connaît presque rien sur sa condition de chimère. Il haït tellement cette vie qu’il n’a pas cherché à voir plus loin que le bout de son nez et, il en paye le prix. Il est incapable d’estimer ses capacités, incapable de se protéger et encore moins d’attaquer. Face à une goule d’origine, endurcie par les années à évoluer… Il est aussi démuni qu’un nouveau-né et, même à travers sa folie, il le sait.
Le nouveau choc de sa tête contre la surface dure du mur lui soutira un geignement plaintif et il se reconcentra à nouveau sur son adversaire, oubliant le morceau de chair.

« Tu te calmes. Répond à mes questions et peut-être que je te donnerais le reste après. Ça fait combien de temps que tu n’as pas mangé ? »
Il regarde avec effroi et dégoût les dents de l’homme fouiller le bras du cadavre, son menton et ses lèvres se teintant de ce liquide carmin qui lui donne presque l’envie d’y passer sa langue. C’est fou comme une action qui le répugne autant peut aussi l’attirer à ce point. Un véritable paradoxe au même titre que sa transition en une autre espèce qui bouffe la sienne.
La goule avale lentement et il gronde de manière méfiante en attrapant son poignet dans une vaine tentative de le faire lâcher. Il n’a pas envie de lui parler, il refuse de s’abaisser à ça. Communiquer avec un être de cette espèce qu’il fuit comme la peste. Communiquer avec un meurtrier qui ne semble pas ressentir la moindre once de culpabilité. Evidemment que lui aussi a tué mais ce n’était pas voulu et il s’en est rendu malade à en crever. Ça le bouffe, ce qui ne semble pas être le cas de la goule.
« Je vois pas en quoi c’est important ! » crie-t-il rageusement avant de serrer les dents en se sentant suffoquer contre la paume de l’autre. « Un… mois… »
Il réussit à haleter tandis que ses joues rougissent sous le manque d’oxygène. Bordel, il lui fait mal ! Ezechiel ne fait pas le poids contre un mec pareil et son impuissance lui donne envie de vomir.
« Lâche moi… Tu peux le garder… » articule-t-il en zieutant difficilement le cadavre de la femme. « Laisse-moi partir… »
Il bouge ses jambes en se tordant dans tous les sens, à la recherche d’air. C’est là, qu’il l’entend. L’aboiement soudain de son compagnon canin. L’animal est campé sur ses pattes à quelques mètres de là, les fixant en grondant férocement. A cet instant la chimère peut presque sentir son cœur louper un battement et il agrippe plus fermement la goule comme pour l’empêcher de s’en approcher. Il préfère se faire étrangler plutôt que de voir Buddy se faire éventrer devant lui…
« Va-t’en ! » lui ordonne-t-il alors que le chien ne semble pas disposer à l’écouter. « Dégage de là ! »
Revenir en haut Aller en bas
 

Lyall ◊ Sink your teeth into my flesh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quelques figs en vrac/un Flesh Tearer+combi fuseur+ un decor
» [SL 2011][FLESH TEARERS] Liste de sebvoinot [VALIDEE]
» Liste Flesh Tearers
» 1750pts Flesh Tearers pour le tournois de Mai
» Un 2ème niveau secret dans thy flesh consumed ou inferno

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OF FLESH AND BONE :: SO THIS IS YOUR WILDERNESS :: westside :: delray-