soutenir le forum

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 FATE IS FOG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Invité


Mer 20 Sep - 11:59


RAFAEL JOEY WELSH
"The real world is where the monsters are"
NOM ET PRÉNOM : Welsh, doré d'une frêle notoriété, peu glorieuse. Celui d'un géniteur plus éprit des politiques démographiques que de sa marmaille. Rafael, aux inspirations bibliques, pieuses comme l'était sa tendre mère. Il n'en hérite d'aucune foi, trop conscient de ce qui se terrent dans les ténèbres. ÂGE : 41 hivers rident son faciès, émacié par le sommeil court et l'harassement du quotidien. L'âge de fonder une famille répète son père. Qui voudrait aimer dans ce monde d'effroi ? DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Washington D.C. La capitale de l'oncle Sam, fier fief du sénateur Welsh, tombeau de sa figure maternelle. Né un 7 Février, au cœur de l'hiver, l'hiver est désormais au creux de son cœur. Les impératifs le font régulièrement revenir sur ses landes natales, bien qu'elles expriment davantage la solitude que le souvenir. ORIGINES  : Américaine, fier étendard du pays. Ses aïeux ont consacrés leurs existences à rendre meilleurs les USA. Tout comme lui, devenu l'une des figures de proue de la lutte contre ces nouvelles menaces. Un devoir, plus qu'une fierté.  OCCUPATION : C'est une égérie, presque une personnalité de la ville. Agent haut placé du CCG et du DRA aux états de services remarquables, son visage est connu de toutes celles et ceux qui ont un poste de télévision. Porte-parole du CGR, il multiplie les apparitions face aux caméras, prêchant les discours du gouvernement, afin de contrôler l'aliénation grandissante de la population. STATUT CIVIL : Solitaire, il est le loup qui s'écarte de la meute. Les ambitions familiales glissent sur lui. L'amour rend faible, l'amour rend bête. Sans attaches, il ne déçoit personne. ORIENTATION SEXUELLE : Il n'assouvit que ses pulsions primaires, changeant aux grès de ses humeurs, des courbes élancés, des crinières brunes ou blondes, des jambes effilées. Il est sensible à tous les charmes d'une femme, bien qu'il ne s'arrête qu'à un jugement purement esthétique. SITUATION FAMILIALE : Ainé d'un cadet, orphelin d'un mère, sous le joug d'un père exigeant. Rafael est insensible à la pression. Ce qui le rend excellent dans son travail, mais terriblement distant comme futur patriarche du clan Welsh. Les dialogues familiaux en deviennent tendus, glacials, surtout lorsqu'ils s'articulent autour de leur génitrice. Son jeune frère est ce qu'il a de plus cher, même si son entêtement l'ulcère.  PARTI : Membre actif et reconnu du CCG et du DRA. C'est l'un des rares visages connus de l'organisation. Il en martèle les vertus, à coup de communiqué de presse, de conférence et d'interview. En réalité, si son engagement ne fait pas doute, son jugement sur les créatures est plus profond. Tiraillé entre l'espoir que Kate et Sara peuvent lui offrir, horrifié par les scènes qui l'arrachent de son sommeil. TRAITS DE CARACTÈRE : Solitaire - Discipliné - Glacial - Directif - Silencieux - Sibyllin - Scrupuleux - Placide - Efficace - Fascinant - Méfiant - Réfléchi - Grave - Eloquent -  Directif - Inflexible - Stoïque - Cultivé.
CHRONOLOGIE

1983 : Sa génitrice expie. Un dernier souffle, une maladie foudroyante. Son innocence d'enfant se brise, il apprend à ses dépends le poids de l'amour. Une plaie béante encore aujourd'hui lancinante, qui l'empêche encore d'accorder une once d'affection. Toutes ces conneries sont trop douloureuses, surtout pour un garçon de 7 ans.
Juillet 1992 : Son père n'est qu'un fantôme depuis la disparition de sa femme et s'évertue de faire cristalliser ses ambitions politiques. Les petits ne manquent de rien, sinon d'une présence paternelle. Mme Espinosa s'occupe d'eux depuis leurs balbutiements, douce et patiente de nature, terrible et impitoyable en cas de fronde. Un soir d'été, elle arrive le faciès tuméfié, la lèvre vermillonne et la démarche bancale. Agressée dans les transports. Révolté, le petit Rafael jure de protéger les plus faibles.  
Années 1994 - 1996 : Fidèle à sa promesse, Rafael s'engage à l'école de police, insensible à la gronde de son géniteur, il renonce à la faculté, et au brillant avenir que Mr. Welsh imaginait pour sa dynastie. Il intègre l'école de police de Washington, sa pugnacité et son assiduité rendent ses résultats brillants. Il revêt l'uniforme en major de promo.
Septembre 1997 : Des états de service exceptionnels confirment les impressions laissées durant sa formation. Le jeune Welsh est discipliné, efficace et couvre de fierté ses supérieurs. Bourreau de travail, jamais frappé d'un acte d'instinct, tous s'accordent pour louer son professionnalisme. Nécessiteux d'hommes d'actions, efficaces et davantage discrets, le CCG lui propose un place en tant qu'agent secret. Rafael débarque à détroit sans même prévenir sa famille, signant, à sa plus grande ignorance, un contrat à vie.
Mars 1999 : Signalement suspect. C'est la toute première fois qu'il est autorisé à pénétrer dans l'armurerie. Le CCG n'est pas totalement transparent, et les hommes en costumes ne disent que ce qu'ils veulent révéler. Sécurité intérieure contre une menace inconnue, son leitmotiv quotidien, les ordres étaient nébuleux, bilieux. L'agitation se change vite en anxiété. On les arme, leur donne les conditions d'engagement, tout en restant évasif sur l'identité de la cible. Ainsi, il débarque avec 3 de ses partenaires dans un quartier défavorisé de Détroit. Tous ses sens s'affolent et son s'arrête de battre devant la scène qu'ils découvrent alors. Les os des côtes sont dépliés, comparable à une carcasse rongée par une meute de bête, une marre purpurine et autres morceaux de chairs jalonnent une pièce obscure. Jamais une scène de crime ne l'avait encore fait vomir. Et le suspect... La faciès encore couvert de sang. Il retire les menottes qu'ils viennent de lui passer en brisant ses propres doigts. Rafael entend encore ces craquements, et l'effroi anime toujours ses yeux azurs. Il se souvient de voir ses équipiers être balancés dans l'obscurité comme de vulgaires poupées de chiffons. Il vide son chargeur sur la cible. La première fois qu'il ouvre le feu.  
2003 : Première entorse. Il ne l'explique pas, mais lorsqu'il voit cette jeune femme revenir littéralement à la vie, il sait qu'il doit la conduire au CCG. Il sait le destin d'agonie et le supplice terrible à laquelle il l'a condamne. Mais pour la première et la dernière fois, il décide d'arrêter de s'en foutre, de se taire, de désobéir. Il soudoie les témoins, lui offre un toit, un travail et scelle le secret qu'ils sont désormais les seuls à connaître. Caprice personnel ? Il s'en persuade. Mais cette jeune femme le fascine. Bien au-delà de ses facultés létales, c'est son âme qui le fait ployer. L'année même, on le nomme porte-parole du CCG, une retraite dorée, suite à une confrontation avec un osseux qui manque de peu de lui ôter la vie. Il dépose les armes, adopte un costume et devient le visage officiel de l'organisation.
Janvier 2007 : Elle s'appelait Kim. 15 ans. Mais surtout, c'était une goule. L'image publique du porte-parole l'entraîna directement sur le perron de la maison familiale. Elle avait mordu son petit ami, son attitude rendait sa liberté dangereuse. Tout devait se passer en douceur, il suffisait de la convaincre de suivre une batterie de test, de lui assurer qu'aucun mal ne lui serait fait. Mensonge, mais quoi de mieux qu'un visage connu comme le sien pour l'y convaincre ? Hélas, la famille fut hermétique aux propos rassurants de Rafael. Pire encore, le patriarche se mit à gesticuler. Les deux agents du CCG furent moins cordiaux. Le premier dégaina une arme, malgré les ordres de Welsh. La suite fut d'une confusion chaotique. Il eu des cris, des coups, deux détonations, un silence et -deux cadavres. La gamine fut emmenée de force et l'histoire étouffée. Rafael eut un sentiment amère. Parfois, la simple peur des monstres suffit à les rendre réels.  
Janvier 2011 : 2 semaines plus tôt, il venait d'éviter, avec chance, de finir de repas à un goule en toute somme divine. Belle et létale, il avait répondu à ses avances jusqu'à ce qu'il doive utiliser son arme par réflexe afin de survivre à ce qui devait simplement finir en échange charnel.
Il venait de raccrocher avec son interlocuteur. Une grosse pointure de la DRA qui lui annonçait son entrée en tant qu'agent au sein du programme. Une fierté, malgré le spectre de la culpabilité qui le menaçait à chaque aube. Il redevenait ainsi un véritable agent de terrain, tout en conservant sa casquette de porte-parole. Davantage de travail, davantage de secret. Mais il ne vit que pour ça.

2015 : Patient 47. Un revolver. Une vidéo. C'est tout son univers qui vient de subir un énorme séisme. Il est la première ligne, il représente le CCG et se voit donc affublé de sa plus périlleuse mission : enrailler la crise du patient 47. Comment désamorcer une bombe qui a déjà explosée ? S'il est un orateur excellent, ses craintes se veulent plus profondes, plus intimes. La révélations des Ajins lui rappellent qu'il y a 19 ans, il a commit l'erreur de suivre son instinct. Sara est loyale, toujours à ses flancs. Si sa condition est révélée, sa vie entière s'effondre. Et quid d'elle ? Quel sort lui sera réservé ? Une angoisse qui le tiraille à chacun de ses souffles, sans qu'il ne sache s'il s'inquiète davantage pour lui, ou pour elle.

2017 (il y a 3 semaines) : Le crépuscule vient de tomber lorsqu'il regagne sa berline. Une pression sur la clé, un léger son, et alors qu'il s'apprête à ouvrir la portière quelque chose lui heurte la pommette d'une violence inouïe. Il titube, les mains sur son visage, cherchant dans l'intérieur de sa veste son automatique. Mais le deuxième coup tombe bien trop vite. Ils sont plusieurs. Il laisse alors échapper son arme. Trois, quatre, cinq. Les coups pleuvent. Il finit adossé à sa voiture, à la merci de ses agresseurs. Ils sont deux, lui reprochent son affiliation au CCG, lui annonce son éxécution. Le canon de sa propre arme finit collé sur sa tempe. Baissé de rideau. Il ferme les yeux, reste de digne. Les insulte une dernière fois...
Sauvé in extremis par sa plus fidèle alliée, et alors que son animosité pour les "monstres" se tempère, il se trouve un nouvel ennemi : Les Cavaliers de l'Apocalypse. 


THE FLESH TO THE BONE

pseudo : Crash. âge : Entre 20 et 25 code du règlement : RW. avatar : Cillian Murphy crédit : ©️avengedinchains, ©️justcillianmurphy


i. Fumeur compulsif. Il s'en grille une à chaque occasion qu'il a. Une addiction qu'il a commencé à la genèse de son adolescence, sans doute une tentative inconscience d'attirer le courroux de son géniteur. Malheureusement, ce-dernier n'a jamais sourcillé. ii. A l'inverse, il ne boit pas une goutte d'alcool, qu'importe le contexte. Au-delà de mépriser les effets de la boisson, c'est surtout la volonté de garder l'esprit alerte en toutes circonstances. iii. Cœur de glace, silencieux, mystérieux, qualifié de létal par ses pairs, on se surprend à le connaître amoureux des animaux. Il affirme qu'il aurait plus de regret à ouvrir le feu sur un chien que sur un homme. iv. Capable de manier un large éventail d'armes à feu et contendantes, son corps est aussi une arme. Rompu à un enseignement martial intensif, son corps en garde les stigmates, en témoigne sa musculature nerveuse. Vain, face à des adversaires aux facultés inhumaines. v. Tatoué sur les phalanges de quatre de ses doigts, s'y inscrivent 4 chiffres. : 1. 9. 8. 3. L'année de la disparation de sa génitrice. Un évènement dont il ne parle jamais. Fuit dès que la discussion s'en approche. C'est sa manière de témoigner sa détresse, de se rappeler ce qu'est l'amour. Et de se souvenir de ne jamais y céder. vi. Il dort peu. Ou rêve trop. Ses nuits sont sanglantes et ne durent jamais plus de quatre heures. Homme d'acier le jour, il étale toutes ses faiblesses lorsqu'il s'étend sur ses draps. Seule remède, garder son corps actif. Aussi, lorsqu'il ne travaille pas, c'est de coups de rein qu'il occupe ses nuits. vii. Si ses rentes sont plus que confortables, il ne dépense que très peu d'argent. Insensible aux biens matériels et à la consommation, il n'est équipé que d'un vieux smartphone, et de ses équipements de travail. Ses loisirs frôlent le néant. Il ne regarde pas la télévision, n'écoute pas de musique, ne va pas au cinéma et se contre-fout de l'art. Il se contente de lire. viii. Pourtant solitaire, il vit dans une drôle de colocation. Son frère, Sara et lui partagent le même appartement. Il passe l'essentiel de son temps enfermé dans son bureau, et n'escomptez pas le voir souvent participer aux repas. Toutefois, ces deux personnes font partie de son équilibre, ils incarnent sa seule véritable cellule affective. ix. Son opinion sur les créatures est globalement négative. Traumatisé par les scènes qui ont tâché sa carrière d'agent de la CCG. Aucun humain n'est capable d'une telle barbarie. Il demeure toutefois moins radical que certains de ses pairs, parvient à faire la différence entre les bons et les mauvais. Il ne souhaite qu'une violence maîtrisée et un contrôle rigoureux, mais redoute le jour où ces créatures s'uniront contre l'humanité.x. Il ne sait pas cuisiner. Il mange à l'extérieur, sur le pouce, le plus souvent au volant de sa voiture. Il ne s'attable que pour des dîners professionnels, ou, dans ses bons soirs, pour diner avec son frère et Sara.


Dernière édition par Rafael Welsh le Ven 22 Sep - 16:47, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


Mer 20 Sep - 11:59


ALL ABOUT SECRETS.
"Sometimes mortals can be more horrible than monsters"
« Bienvenue, M. Welsh. C'est votre deuxième visite n'est-ce pas ? Nous sommes ravis de vous accueillir de nouveau sur notre plateau ! »
Faux sourire, maquillée comme une voiture volée. La voix criarde et niaisarde de la présentatrice l'irritait déjà. Les néons et l'éclairage factice l'aveuglaient, incapable, par les reflets, de percevoir quiconque dans les recoin les plus sombre du plateau. Amère ironie. Paranoïa glousseraient certains. La réalité lui avait enseigné que la lumière était salvatrice.
De ses mocassins cirés, il s'avança dans son costume impeccable au prix déraisonnable. La foule eut des hoquets de protestations, quelques sifflets. Sa popularité fut plus reluisante. Mais l'affaire du « Patient 47 » s'était propagée comme une vérole. Les journaux titraient des théories, accusaient. Et tous ses humains formatés par l'information, ou la désinformation, se changeaient en défenseur du plus grand fléau de l'humanité. Le CCG, jadis bouclier de l'humanité, devenait bourreau des innocents.


« Merci, Mlle McGuire » répondit-il sobrement, offrant un sourire qu'il voulait le plus naturel possible. Il maudissait parfois cette fonction. Ses émoluments pécuniers, généreux, ne justifiaient pas l'effort qu'il fournissait. Il n'était pas à son aise. Jamais, et ce malgré plus d'une décennie à se présenter devant les caméras.
« Merci d'avoir accepté notre invitation, M. Welsh. Nous sommes nombreux à attendre des réponses officielles suite à cette terrible vidéo, échappée des quartiers secrets du DRA. Que se trame-t-il réellement dans vos laboratoires ? »
Il planta son regard dans celui de son interlocutrice, tentant de dissimuler cet agacement croissant. Cette femme était insupportable, tout comme son sourire rendu éclatant à grands coups de facettes. Il ne devait pas s'égarer de la mission. Le mensonge était sa priorité,
« Cette vidéo résulte d'un incident isolé, dont les responsabilités seront prises en internes. Nous travaillons à la résolution de ce fâcheux événement. Cette scène est un fait isolé, qui va à l'encontre des valeurs du CCG et du DRA. »
Mensonge. C'est la mission. La foule le conspua davantage, entre sifflets et gestes déplacés. Installé dans le fauteuil des invités, il parvint même à entendre les diverses insultes que le public proféra à son encontre.


Il retint un soupir d'énervement. Avant de reprendre, d'un ton plus cassant, le visage directement tourné faire toute l'animosité que le public lui balançait.
« L'opinion publique est versatile. Elle condamne tous ces hommes et femmes qui risquent leur vie afin que tous dorment en sécurité à la simple faveur d'un erreur » . La foule grogna de nouveau, tandis que cette foutue présentatrice les harangua davantage.
« Tirer une balle dans le crâne d'un être vivant n'est donc qu'une simple erreur, selon le CCG ? » . L'arrogance qui teintait ses mots fit palpiter la jugulaire de Rafael. Provocante et déplacée. Cette femme était un supplice.
« Comprenez-moi bien, Mlle McGuire. Je m'oppose à toute forme de violence a moins qu'elle ne soit viscéralement nécessaire. L'intégralité de la direction condamne le contenu de cette vidéo. Il est crucial, toutefois, que nous gardons notre unité face à ces changements qui bouleverse l'humanité toute entière. » Il pesait ses mots, gardant une sérénité et un contrôle de soi déroutant. Pourtant, toute son âme crépitait de colère devait l'ignorance et la polémique que cette sorcière de McGuire tentait de façonner.
« Notre 'unité' ? Sommes nous en guerre ? » , Elle avait ponctué le deuxième de sa phrase par des guillemets, formés de ses doigts. Elle le parodiait devait des millions de téléspectateur, défiait son autorité et s'amusait à le traîner dans la merde.
Il eu un rictus, il l'attendait sur ce terrain, le sien.
« Mlle McGuire. Vous commentez l'actualité comme s'il s'agissait d'une production hollywoodienne. Il n'existe aucune guerre, car nous, le CCG, y veillons. Les goules, les ajins sont parfois de meilleures personnes que les humains. Ils demeurent une menace permanente. Avez-vous déjà croisé une goule affamée au détour d'une ruelle ? Sans doute pas. Parce que nous sommes  là. Vous ne nous voyez qu'à travers une vidéo de source douteuse, mais cette guerre dont vous parlez, nous sommes les seuls à vous en protéger. »
Il se leva derechef, tourna les talons et quitta le plateau, sans une palabre pour son interlocutrice. Il eut encore des quolibets, des cris et des obscénités. Mais au beau milieu de cette bronca assourdissante, des applaudissements retentirent. Le mensonge, la victoire.


Ouvrant le rideau backstage d'un revers de main, il passa entre Sara et Leo, son chauffeur. Sans s'arrêter, ralentir, ni même les regarder, il les invectiva :
« Sara, Leo. On y va. »


Dernière édition par Rafael Welsh le Ven 22 Sep - 16:49, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 115 Voir le profil de l'utilisateur


Mer 20 Sep - 12:31


Le choix de PV :ko: Et avec cette tête
Bienvenue à toi!!!
Hâte d'en lire plus!

_________________

ALL THESE YEARS I'VE BEEN SEARCHING, FOR WHO I'M SUPPOSED TO BE. ALL THAT TIME I'VE BEEN WASTING, 'CAUSE I WAS RIGHT IN FRONT OF ME. OH, IT'S A CROOKED OLD TRADITION, BY A MASTERFUL MAGICIAN. BUT IN ALL THIS TROUBLE I'VE MET, I HAVEN'T GOT ONE SINGLE REGRET, NO - Yesterday , Imagine Dragons

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 169 Voir le profil de l'utilisateur


Mer 20 Sep - 13:18


je suis comblée de voir Rafael pris avec cette tête j'aime déjà le début, beaucoup - attention, c'est le CCG et non pas le CGR -alors continue comme ça bienvenue sur fab et n'hésite pas en cas de questions petit

_________________


i would know him in death
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 165 Voir le profil de l'utilisateur


Mer 20 Sep - 13:47


Ohwi Raf
Ce perso, niom niom niom (et avec Cillian en avatar, t'as gagné 10 points auprès de Mme Laigse ---->)
Bienvenue parmi nous, le début me donne envie d'en lire plus (toujours plus) et me réjouit : on dirait que t'as très bien capté le PV, c'est un bonheur et un régal. Bon courage pour ta fiche et à vite en RP, collègue du DRA

_________________
(Don’t you have any remorse ?)
None at all.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 28 Voir le profil de l'utilisateur


Mer 20 Sep - 15:47


Ce swag dans les veines et dans la plume, c'est juste appétissant au possible.
J'espère qu'on aura l'occasion de se croiser en RP.

Welcome home :ko:

_________________
I DON'T PLAY THE ODDS
I PLAY THE MAN
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


Mer 20 Sep - 21:19


TU ES PARFAIT :ko: :ko: :ko: :ko:
je viens de terminer ta chronologie et waow, JE SUIS AMOUREUSE DE RAFAEL :ko: :ko:
dépêche-toi de terminer cette fiche que l'on se fasse un rp
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 168 Voir le profil de l'utilisateur


Jeu 21 Sep - 8:07


Raaaaaaf et Cilliaaan avec le look de Peaky Blinders en plus, je meurs (et on notera aussi que je fais dans l'originalité, mah bon Arrow)
Bienvenue parmi nous, bon courage pour la suite, hâte de voir ça

_________________


― rock bottom

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


Jeu 21 Sep - 13:07


Cllian. Le personnage. La manière dont tu le décris.

Bienvenue, je réfléchi déjà à un lien entre confrères
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


Ven 22 Sep - 16:56



Moooo', vous !

Merci beaucoup de cet accueil, et pour vos gentils mots, ça inspire et motive d'autant plus!

J'ai essayé d'appréhender un maximum l'univers, je ne connais aucune des inspirations du contexte ! J'espère ne pas m'être éloigné par moment !

Puiiiis, j'espère que la fin de ma fiche vous plaira autant que le début, aha. C'est quelle genre de pression que vous m'avez mit, là ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 165 Voir le profil de l'utilisateur


Ven 22 Sep - 18:01


Alors alors Môssieur Welsh, sachez que je vais avoir BEAUCOUP de plaisir de travailler avec vous Déjà parce que la plume est alléchante, que le perso est parfaitement compris et tout et tout… et aussi, parce qu’il a bien été comblé çà et là, dans les trous qui avaient été laissés à l’interprétation du joueur, alors c’était un régal de te lire !
Et quel baratineur, ce Welsh, sur le plateau télé
Me gusta
Conclusion: bien joué, t’es validé

félicitations, tu es validé(e)
bienvenue dans les sombres rues de detroit
Sur vos crocs ou dans vos veines coule le sang bouillant de ceux qui piétinent le bitume de Detroit. Prenez un instant pour respirer, avant d'aller vous perdre dans les obscurs recoins de la ville.

Après la validation, il est important d’aller recenser vos diverses propriétés — votre visage, votre habitation ainsi que votre occupation — dans cette cette section pour ne pas qu’ils vous passent sous le nez. Ensuite, direction cette section pour créer votre fiche de lien, un modèle (facultatif) se trouvant à votre disposition au besoin.

En cas de questions, n’hésitez à rejeter un coup d’œil aux annexes et textes explicatifs mais si vous êtes toujours perdus, rendez-vous ici pour poser vos questions au staff. N'oubliez pas de suivre régulièrement la section intrigue pour vous tenir au courant des sujets en cours et des articles parus.

Bienvenue parmi nous, et bon jeu sur FAB !

_________________
(Don’t you have any remorse ?)
None at all.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

FATE IS FOG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fate : Unlimited Codes (system 246)
» jouer a bfh en ecoutant escape the fate
» Castlevania LoS Mirror of Fate bientôt sur PS3 et 360 ?
» Sky-Flamboyant souhaite intégrer Night Fate
» Castlevania : Lords of Shadow - Mirror of Fate [N3DS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OF FLESH AND BONE :: PLAYING TIL YOUR SOUL COMES OUT :: FICHES-