soutenir le forum

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 we were born sick - a.r.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Invité


Jeu 21 Sep - 16:42


ava rowe
I'll tell you my sins and you can sharpen your knife
ta pureté ressemble à la mort et la révolution
dont tu rêves n'est pas la nôtre: tu ne veux pas changer le
monde, tu veux le faire sauter.

i. (peur) créatures à huit pattes se glissant de fil en fil, ça met ses nerfs en boule, ça lui donne une envie de hurler. arachnides de tout genre, ça la fou en rogne. phobie des plus sordides, mais des plus fréquentes, elle ne peut s'empêcher de craindre ces bestioles au corps velu. ii. (croyances) Elle se croit belle âme éthérée en route pour le purgatoire, encore coincée entre l'athéisme et la chrétienté. Encore bancale, pas pleinement dévouée. Persuadée que son errance cessera une fois qu'elle aura trouvé la clé de voûte de cette existence absurde de fantôme humanisé où elle meurt à la chaîne. iii. (2001) le géniteur dormait, cette nuit-là. ses ronflements se faufilaient partout dans la petite maisonnette sombre, froide, terne... elle avait glissé le peu de vêtements qu'elle possédait dans le sac poussiéreux et avait chaussé ses plus confortables chaussures. elle était prête, mais partir abandonner le veuf lui faisait un pincement au coeur. elle avait embrassé son front alors qu'il était bercé par les bras de morphée et elle avait prit la fuite. elle était disparue, quittant les sanglots, les silences interminables, le cocon chaleureux qui était devenu un tombeau glacial. elle avait fui cette prison et ses pas feutrés avaient fait craquer le plancher. son père n'avait jamais arrêté de ronfler. à l'extérieur, la vie lui caressa la nuque, entremêla ses doigts à ses mèches, elle lui avait dit pars avant la fin, pars avant la fin des tiens. et la gamine était partie ne se doutant pas du sourire mesquin qu'arborait la vie. iv. (2001) Sur sa poitrine inviolée, se cristallise la croix dentelée, ce qu'elle a parfois tenté de réfuter. Ciselée, décorée de fer forgé, elle extrait le bijou de ses doigts tremblants, blasphématrice du Christ, entre ses doigts brûlants, elle laisse croître une prière éplorée. abandonnée par l'être tant respecté et aimé, la voilà, la belle athée, qui croit que la vie s'est bien foutue d'elle, parce que y'a que Jésus qui peut ressusciter après tout... v. (2005) il lui sembla sentir les doigts du client s'emmêler dans sa chevelure noiraude. il jouait avec les mèches de sa crinière noisette et soudain, il serra bien trop fort. elle sut alors qu'elle n'aurait jamais dû accepter les avances de ce client nébuleux. la lame du canif vint embrasser sa gorge et de sa force, il plaqua son corps contre la tôle encore fumante de sa voiture. l'homme laissa place à la bête. premier client violent, premier client qu'elle ne peut gérer. Elle continue de jurer, jolie démone aux yeux voilés. Et quand sur ses joues perle cette monstruosité salée, gamine, elle se met à hurler. « Espèce d'enfoiré. » Ava craches ses vices. Elle éviscère. La colère lui donne la nausée, mais elle ne peut rien faire. Elle ferme les yeux, la mâchoire contractée. Elle prie pour sa mort. L'ange de la mort miroite derrière le client, être au corps de jais, ses griffes s'enfoncent dans la chair, le cri d'agonie du misérable finit dans un gargouillis, le liquide vermeil éclaboussa la peau de lait d'ava et le ciment. la gamine posa avec lenteur ses prunelles sur l'être, mais celui-ci disparaissait déjà. vi. (2010) Elle était trop parfaite. Ava le savait. Sirène à la voix ensorcelante, aux lèvres délicieuses, tel un vulgaire homme de mer, la sulfureuse brunette s'est retrouvée sous son charme. Celle-là, c'était le premier amour. Les papillons dans l'estomac, les frissons dès que les peaux se frôlent, les montagnes russes, dure de garder la tête froide avec une femme aussi insondable et immodérée. vii. (2012) Coeur émietté, coeur amer, elle a la rage au fond des entrailles. on s'est foutu d'elle avec une facilité déconcertante. elle monte les murailles de pierre autour des ruines fumantes de son coeur brisé. elle ne voit pas l'intérêt d'aimer une autre personne si c'est pour se sentir de nouveau aussi vulnérable. elle préférait qu'on lui arrache le coeur que remonter dans ce manège étourdissant. viii. (2012) L'alcool et la drogue empoisonnent son système et elle sombre, elle tombe dans l'abîme et elle s'éperd de cet endroit sans foi ni loi, atteinte du syndrome de Stockholm pour cet enfer. Elle veut juste oublier, se changer les idées, se rebeller contre la tyrannie de ce monde, se rebeller ce monde qui tente de l'enterrer, de la faire sombrer dans l'oubli. Elle a atteint le fond. Elle a l'impression que c'est la fin, mais dieu ne lui accordera pas cette faveur malgré la volonté à la gamine de mourir. ix. (2013) le client invisible, le client qui espère sauver l'âme en perdition... il y en a toujours des comme ça. ils aiment trop les yeux innocents, les sourires naïfs, ils ont des rêves de candeur avec la damoiselle. le client invisible, l'homme mystérieux, y'a quelque chose de différent. la délicatesse des touchers presque inexistants pourtant, les discussions diversifiées, les sourires sincères, ava apprécie ces moments aussi étranges peuvent-ils être parfois. elle avait perdu l'habitude de voir le côté bon des humains, de voir le bon en général et pourtant, cet homme aux allures timides et hésitantes lui rappellent que tous les hommes ne sont pas forcément mauvais. x. (morts) la mort est quotidienne, elle frappe généralement sans prévenir. lorsque les personnes meurent, elles ne reviennent pas. c'est l'ordre naturel des choses. on est pas tous des jésus ambulants après tout. pourtant, ava, la mort a levé le nez sur cet enfant de dieu. elle lui a levé le nez si souvent dessus qu'il est impossible de calculer. ava a tout fait pour tenter de goûter aux délices de la mort, mais rien à y faire. la mort n'aime pas ava.
LIENS RECHERCHÉS

(f) premier amour : (2010) Elle était trop parfaite. Ava le savait. Sirène à la voix ensorcelante, aux lèvres délicieuses, tel un vulgaire homme de mer, la sulfureuse brunette s'est retrouvée sous son charme. Celle-là, c'était le premier amour. Les papillons dans l'estomac, les frissons dès que les peaux se frôlent, les montagnes russes, dure de garder la tête froide avec une femme aussi insondable et immodérée. (2012) Coeur émietté, coeur amer, elle a la rage au fond des entrailles. on s'est foutu d'elle avec une facilité déconcertante. elle monte les murailles de pierre autour des ruines fumantes de son coeur brisé. elle ne voit pas l'intérêt d'aimer une autre personne si c'est pour se sentir de nouveau aussi vulnérable. elle préférait qu'on lui arrache le coeur que remonter dans ce manège étourdissant.
(m/f) clients : ava se vend depuis longtemps, depuis bien longtemps. que ce soit pour sa chair au goût exotique ou encore pour atteindre le septième ciel, tendez les billets et ava saura satisfaire.
(m/f) type de lien : description du lien
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


Jeu 21 Sep - 16:43


+1
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité


Jeu 21 Sep - 16:43


+2
à vous
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

we were born sick - a.r.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OF FLESH AND BONE :: PLAYING TIL YOUR SOUL COMES OUT :: AUTRE-