soutenir le forum

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 intrigue commune : concert de grave rubber

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage

avatar

Messages : 185 Voir le profil de l'utilisateur
http://fleshandbone.forumactif.com


Ven 27 Oct - 20:24


Le membre 'Jacó Veloso' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'INTRIGUE DÉ #2' :


--------------------------------

#2 'INTRIGUE DÉ #3' : 6
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 71 Voir le profil de l'utilisateur


Ven 27 Oct - 20:31


Il rentre dans la salle et se retient de faire demi-tour immédiatement. Bordel, c’était quoi tout ce monde ?! Et cette musique ! Il était persuadé que ses oreilles saignaient depuis quelques secondes. Il y avait des gens qui aimaient ce genre de choses ? Très certainement pas lui. Oh, Lyall aimait la musique, ce n’était pas le problème. Mais aussi fort ? Il tenait à ses oreilles lui, merde ! Serrant les dents, il suit Ezechiel à travers la foule, grinçant ses gencives à chaque fois que quelqu’un se cognait contre lui. « Ça m’étonnerais que j’en croise ici. » lui répondit-il en grognant presque. Trop d’humains. Lui-même ne serait jamais venu sans la chimère. C’était clairement pas le genre d’endroit qu’il appréciait. A travers la marée humaine, Ez se mit à danser. De derrière son masque, Lyall l’observa. L’homme était honnête avec lui-même, il savait qu’il trouvait la chimère physiquement attirante. Faudrait être con pour ne pas se rendre compte que l’ancien humain était un bel homme. Et Lyall était beaucoup de choses, mais con il ne l’était pas. Pas dans le sens premier en tout cas. Dommage que la personnalité ne fût pas au même niveau. Il n’avait jamais été attiré par les petits cons suicidaires trop bornés pour leur propre bien. Trop d’emmerdes à l’horizon. C’était positivement ironique qu’il soit forcé d’en héberger un. Il blâmait totalement son père et son sens des responsabilités.

Il a conscience d’être tendu comme un arc. Et son malaise devait être aussi évidant qu’une panthère dans une bergerie. Quelqu’un le bouscule une nouvelle fois et il sent sa mâchoire craquer sous son masque. Ezechiel se moque légèrement de lui comme d’habitude et ouais, qu’il aille se faire foutre. « Je vais boire au bar. » lâche-t-il sèchement avant de tourner les talons sans attendre la réponse de l’autre suicidaire. Au Diable le fait de la garder à portée de vue pour pas qu’il fasse de conneries, si Lyall ne s’éloignait pas de la foule rapidement, c’était lui qui allait faire un massacre.

Il arriva rapidement au bar. Il n’y avait pratiquement personne et les verres étaient gratuits. Parfait. Lyall souleva son masque, attrapa un verre au hasard et le vida presque d’une traite. Yup, il était officiellement de mauvaise humeur. Le verre à la main, il observe la foule d’un air mauvais, se demandant si Ezizi avait vraiment besoin de sa présence et s’il pouvait partir en lui disant de se démerder. Mais ce choix lui fut arraché lorsqu’il entendit le grésillement de l’écran. A sa vue, les humains arrêtaient de danser et Lyall lui-même leva la tête pour voir ce qu’il se passait. L’écran de fait noir et le silence devient assourdissant dans la salle. Et puis, un visage apparut. Et prononça une simple phrase qui jeta un hélant de panique dans la salle toute entière.

Lyall écarquilla les yeux devant les images montrées. Merde, merde, merde, merde ! Il jeta son verre au sol, et couru presque à travers la foule tout en jurant fortement. Putain, ils devaient se casser d’ici ! Ça allait être un massacre ! Et l’autre con ne savait pas se défendre ! Il trouve rapidement Ezechiel et l’attrape par le bras pour le tourner vers lui. « Faut qu’on se casse d’ici ! » Sans lui laisser le temps de répondre, il le tire vers lui et cours vers la sortie et zigzagant entre les corps paniqués.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 185 Voir le profil de l'utilisateur
http://fleshandbone.forumactif.com


Ven 27 Oct - 20:31


Le membre 'Lyall Campbell' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'INTRIGUE DÉ #2' :


--------------------------------

#2 'INTRIGUE DÉ #3' : 7
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 142 Voir le profil de l'utilisateur


Sam 28 Oct - 9:39


Dans la précipitation et le regard toujours levé en direction du balcon, il bouscula plusieurs personnes sans prendre la peine de s’excuser. Obnubilé par ce Marvin, il ne remarqua pas de suite l’écran qui venait de s’allumer et ce n’est que le silence qui le figea lui-aussi. Des mots, des images et un compteur s'affichent, annonçant une funeste nouvelle pour ceux qui se retrouvaient désormais enfermé entre quatre murs. Une fois le message terminé, la plupart des gens se précipitèrent dans un mouvement de foule certains en direction des portes, tandis qu’il restait immobile, le regard partagé entre ceux qu’il venait de quitter et celui qui se trouvait encore à l’étage. Ce qui se passait dans ce concert était forcément en lien avec Marvin, il en était plus que certain, mais ne pouvait absolument pas expliquer en quoi.

Aux dernières nouvelles, Marvin était en plus d’un ami, un chasseur et n’aurait jamais voulu une telle chose. Pourtant, il le revoyait en train de faire de grands gestes à son égard depuis le balcon, confirmant qu’il savait très bien ce qui allait se passer. Un mélange de colère et d’incompréhension montait en Milo, qui serra les poings et la mâchoire tout en essayant de ne pas se faire malmener par la foule. Que pouvait bien faire son ami dans un tel endroit ? Depuis quand était-il de retour dans les rues de Détroit ? Pourquoi n’avait-il rien dit ? Et pourquoi se retrouvait-il lié à un tel événement ? Tant de questions sans réponse, qui l’empêchait de réfléchir calmement à la suite des événements. Chimère depuis peu, il n’était pas certains d’être capable de se contrôler, drogué ou pas drogué, ce qui faisait de lui une menace importante. Si bien qu’il décida de ne pas rejoindre ses proches (tybalt, joe, myung et jaco) et de continuer de chercher un accès pour monter en haut, bien décidé à retrouver l’autre imbécile (marvin) qu’il ne reconnaissait définitivement pas dans de tels actes.

_________________
" i want pluto to be a planet again " Whoever fights monsters should see to it that in the process he does not become a monster. And if you gaze long enough into an abyss, the abyss will gaze back into you.


Dernière édition par Milo Hopkins le Sam 28 Oct - 9:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 185 Voir le profil de l'utilisateur
http://fleshandbone.forumactif.com


Sam 28 Oct - 9:39


Le membre 'Milo Hopkins' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'INTRIGUE DÉ #2' :


--------------------------------

#2 'INTRIGUE DÉ #3' : 7
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 58 Voir le profil de l'utilisateur


Sam 28 Oct - 17:37


La musique bat dans l’air comme le sang bat contre ses tempes. Ça pulse dans sa poitrine et il danse sur ce rythme, presque en transe. Pas besoin d’alcool pour s’amuser, se défouler. Il veut juste profiter de sa liberté, en toute sécurité. C’est ce qu’il ressent actuellement, avec l’autre goule à ses côtés.
Il ouvre les yeux pour l’observer. Lyall est aussi glacial qu’à l’accoutumée. Il s’isole et refuse de se mêler à la foule l’air crispé. Ezechiel aimerait bien le dérider alors il se contente de le bousculer. Habituellement il sait que ça a pour effet de l’indifférer alors qu’elle n’est pas sa surprise en le voyant tourner les talons l’air grognon.
La chimère hésite quelques instants à le suivre, soudainement moins rassuré en le voyant s’éloigner. Pourtant sa fierté le force à rester et il se contente de lâcher un bruit agacé, lui tournant le dos, vexé. C’est la première fois que Lyall ne réplique pas ou ne lui jette pas un regard blasé. La première fois qu’il réagit réellement
« De toute façon j’ai pas besoin de lui… » marmonne-t-il. « Cet idiot… qu’il aille se bourrer et se trouver un autre mec à faire chier… »
Il se déhanche à nouveau en s’efforçant de ne pas y penser bien que son regard ne vienne dériver un peu trop souvent vers l’endroit où se situe le bar. C’est bizarre. Il est toujours celui qui cherche à fuir la goule et, pourtant, maintenant que cette dernière est partie, il se sent bien démuni…
Des corps se pressent contre lui et il est assailli par une multitude d’odeurs qui font frémit ses narines. Des monstres de sa nouvelle espèce et des humains dont l’appétissant parfum le fait légèrement vaciller. Un instant il hésite à courir rejoindre Lyall avant de se raviser. Il peut le faire. Seul. Il peut le…

L’écran grésille et il lève les yeux avant de les plisser. Des images défilent et il peine à saisir ce qu’il se passe alors que la panique enfle autour de lui. Il regarde la foule s’agiter et hurler avant de se mettre à s’éparpiller alors qu’il reste planté là, figé. Il ignore ce que représente ces fameux sachets mais de toute évidence ça a l’air assez effrayant.
« Qu’est-ce qu’il se passe… ? » tente-t-il de demander à l’une des personnes à côté de lui.
L’humain lui lance un regard effaré avant de se sauver et, bientôt, tout ce qu’il est capable de sentir, c’est l’odeur du sang qui envahit son esprit. Les gens se font bousculer, marcher dessus et ça commence à saigner de tous les côtés.
Ezechiel plaque une main sur son nez, à son tour paniqué alors qu’il sent sa mâchoire craquer sous l’envie. Bientôt la fin du mois. Bientôt l’heure fatidique. Il se tourne de tous les côtés avant qu’une poigne ne vienne enserrer son bras.
« Lâchez-mo… » commence-t-il avant de s’arrêter en voyant Lyall. « Idiot ! Il se passe quoi ici ? »
Il crie pour couvrir le bruit, se forçant à ne pas montrer son soudain soulagement. Son colocataire le force à courir à sa suite et il obéit sans broncher, restant pratiquement collé à son flanc en tentant de faire taire le noir qui menace d’envahir ses orbites.
« Lyall ! » crie-t-il en utilisant son prénom. « Attends, ralentis ! Je… J’ai mal au cœur… »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 185 Voir le profil de l'utilisateur
http://fleshandbone.forumactif.com


Sam 28 Oct - 17:37


Le membre 'Ezechiel Moriarty' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'INTRIGUE DÉ #2' :
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 67 Voir le profil de l'utilisateur


Dim 29 Oct - 12:11


Il emboîte le pas de Joe et se serre un verre “spécial goule” au bar, jetant un regard mi-critique mi-intrigué à Milo, qui s’acharne encore à prétendre qu’il n’est pas une chimère. Néanmoins, il garde le silence et ne fait aucune remarque, comme il n’a fait aucune remarque sur les circonstances peu crédible de sa rencontre avec Jaco. De toute manière, même s’il avait voulu, le court des événements l’en empêche.

Puis c’est la confusion la plus totale. Un flot d’information, d’images, de panique, Tybalt n’a pas le temps de tout comprendre, si ce n’est l’essentiel : ghoul ghist. Son regard va de son verre à Joe, dont le visage paniqué lui confirme que tout est en train de très mal tourner. Il ne la jamais vu comme ça: et il aurait préféré ne jamais la voir dans cet état. Alors qu’il commence à prendre conscience de ce que tout cela signifie et prendre une teinte livide, il guette les alentours pour trouver les autres (Jaco, Milo, Myung)

Mais il ne voit plus Milo qui a déjà dû s’éloigner — ce qui ne le rassure pas plus que ça. Il jette alors un regard à Jaco, ouvre la bouche pour parler, mais Joe tire déjà plus fort sur son bras et il décide de la suivre. Tybalt n’est pas sûr que rester groupé soit la meilleure solution— mais ils sont entourés de centaines de personnes et à moins de sortir d’ici, il ne voit pas comment tout ça peu mieux finir. Il serre la main de Joe un peu plus fort alors qu’il continue de chercher frénétiquement une sortie, se frayant un passage parmi la foule paniquée. Il aimerait dire des mots pour la rassurer, mais il n’en mène pas plus large qu’elle. Tybalt prend la direction d'une sortie, prenant les devants, toujours sans lâcher Joe en jetant des coups d'oeil par dessus son épaule régulièrement, pour ne pas la perdre. Il est venue avec Joe — hors de question de la laisser seule dans ce bordel.

_________________
For all I know
The best is over and the worst is yet to come.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 185 Voir le profil de l'utilisateur
http://fleshandbone.forumactif.com


Dim 29 Oct - 12:11


Le membre 'Tybalt Monroe' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'INTRIGUE DÉ #2' :


--------------------------------

#2 'INTRIGUE DÉ #3' : 15
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 25 Voir le profil de l'utilisateur


Dim 29 Oct - 12:15


Victoria saisit le citron que la rousse (Clara) lui tend mais ne fait absolument rien avec. On dirait une enfant qu'on a besoin d'assister. A sa décharge, sa tête tangue étrangement, mais elle met ça sur le compte de la fatigue et de l'alcool. Et heureusement (ou malheureusement), le malaise n'a pas le temps de proliférer.
Voila que l'écran géant se met à grésiller. Les sourcils se froncent et comme la majorité de la foule, Vicky observe la silhouette qui se dessine sur les pixels. Les mots lui glacent le sang et un frisson endommage l'échine.

« Ghoul Gist ?... Non... Non, non, non, non, non, non... »

La foule commence à s'agiter. Victoria laisse la panique piquer la moindre parcelle de sa peau. Elle ne peut pas se retrouver avec cette cochonnerie dans le système, surtout pas avec des gens autour. Ses yeux parcourent sa jolie robe blanche tâchée de carmin et ses mains tremblantes, puis remontent vers Clara.

« Vous êtes humaine, pas vrai ?... »

Elle la sent. L'odeur rouille. Elle la sent de plus en plus fort, qui entrave les narines et qui bouche les artères. Ce n'est pas seulement les gens qui bousculent les gens, et les cris qui élèvent les cris. C'est le chaos. C'est la rousse. Instinctivement, elle cherche Lilian du regard sans réussir à la trouver. Et l'attention retourne à l'humaine. A ses pulsions. A cet instant, elle aurait pu être droguée, ou ne pas l'être, la paranoïa soulevée par l'effet de foule lui aurait toujours susurré la pire option. Tu as ingéré cette merde, Victoria.

« Vous devez partir. Vous devez partir, maintenant. Cachez-vous... Partez. Partez, loin ! »

Elle la pousse à deux paumes avec une violence moins nuancée que ce qu'elle aurait voulu.


Dernière édition par Victoria Ingram le Dim 29 Oct - 12:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 185 Voir le profil de l'utilisateur
http://fleshandbone.forumactif.com


Dim 29 Oct - 12:15


Le membre 'Victoria Ingram' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'INTRIGUE DÉ #2' :


--------------------------------

#2 'INTRIGUE DÉ #3' : 3
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 204 Voir le profil de l'utilisateur


Dim 29 Oct - 14:13


Autour de lui, la panique monte en flèche et bon nombre de personnes essayent désespérément de fuir ou de trouver une issue. Pourtant lui garde son sang-froid et refuse de se laisser aller à la peur, s'il baisse les bras maintenant, autant directement se jeter dans la gueule du loup. Mew a apprit la survie c'est devenue une seconde peau pour lui. Mais bien qu'il ne veuille pas l'admettre, Mew est persuadé qu'il n'y a pas d'issue et s'il y en a une, tout le monde ne pourra pas sortir. C'est pour ça qu'ils doivent partir. Maintenant. Le coréen ne sait pas à quel moment c'est devenu "ils" en parlant de lui et Jacó ; ni pourquoi il persiste à ne pas vouloir lâcher sa main. Si l'autre à tant envie de sauver ses amis (milo, tybalt et joe), qu'il fasse ce qui lui chante. Mew ne veut pas finir en chair à patté une autre goule.
Mais il y a quelque chose dans sa voix qui brise le coeur de la chimère. Jacó ne l'écoutera pas, il va foncer tête baissé, comme l'idiot qu'il est. Mew ne peut pas comprendre parce qu'il a déjà perdu ceux en qui il tient ; mais il sait aussi qu'il n'est pas à le perdre lui, maintenant. Dans une tentative espéré il enlace Jacó et laisse sa propre voix se briser, laissant sa tête reposer sur l'épaule de son partenaire. « S'il te plaît, Jacó. Il faut qu'on parte. »  Il relève la tête et croise son regard. Mew a toujours cru que Jacó était invincible. Il s'est d'ailleurs, persuadé que le voir dans un autre état le répugnerait. Mais tout ce qu'il ressent, c'est le désespoir pur et il ne sent pas de l'abandonner à son sort. Tout ça à trop un air de déjà vu. Il ne veut pas répéter les mêmes erreurs, pas maintenant qu'il lui a offert un toit, une chance d'avoir à nouveau une existence paisible. Il s'en voudrait trop.
Mew s'en voudrait toute sa vie de l'avoir abandonné. « Je t'en supplie, c'est trop dangereux ! Tu risque de te faire tuer ! »   Et Mew sait que quoi qu'il choisisse, où qu'il aille il le suivra.

_________________
† I'm scared that I'll miss you Happens every time I don't want this feelin' I can't afford love I try to find a reason to pull us apart It ain't workin' 'cause you're perfect And I know that you're worth it  I can't walk away  
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 71 Voir le profil de l'utilisateur


Lun 30 Oct - 12:18


Merde, merde, merde, MERDE ! Putain il savait qu’ils n’auraient jamais dû venir ici, il le savait ! Il entendait les gens paniquer, il sentait déjà l’odeur du sang se répandre dans l’espace fermé de la salle de spectacle. Et l’autre abrutit (Ezechiel) qui avait encore refusé de se nourrir aujourd’hui ! Il aurait dû mettre sa menace à exécution et l’attacher à une chaise et le forcer à avaler sa bouffe. Même sans la drogue il risquait de péter un câble à cause de tout le sang maintenant ! Et lui qui avait touché à leur saloperie de cocktail ! Putain il allait faire un massacre s’il était infecté ! Et il allait sans aucun doute attaquer Ez qui n’était qu’une proie facile. Putain, il fallait qu’ils se cassent d’ici !

Il court presque dans la foule et trouve la chimère assez facilement. Celui-ci a la main écrasée sur son nez, comme pour bloquer une odeur. Merde ! Il l’attrape par le bras et lui ordonne pratiquement de le suivre avant de commencer à courir vers la sortie. Mais bien sûr l’autre abrutit proteste. « Pas le temps d’expliquer, faut qu’on sorte maintenant ! » lui crit-il pratiquement dessus. Il a pas le temps de lui expliquer la situation en long en large et en travers comme il le fait d’habitude, et toute l’urgence de la situation se lisait dans sa voix. Ils sont presque arrivés à la porte d’entrée quand il entend l’Ez crier son nom. Ça devait bien être la première fois que la chimère l’utilisait à la place de ses insultes pour le désigner. En temps normal il lui en aurait fait la remarque, rien que pour le voir s’énerver. Mais ils n’avaient vraiment pas le temps. Il avait mal au cœur ? Putain oui il s’en doutait ! « Bouche toi le nez et respire par la bouche le temps qu’on sorte d’ici ! » Il espérait sincèrement que ça suffirait à calmer ses pulsions. Parce que s’il perdait les pédales et que Lyall était bel et bien infecté, il n’y aurait personne pour arrêter l’autre.

Bien trop lentement au goût de Lyall, ils arrièrent aux portes d’entrée. La goule essaya de les ouvrir mais elles refusèrent de bouger. Se contre fichant d’être affiché comme goule à ce niveau, il recula un peu, et frappa son pied de toutes ses forces contre une des portes. Les portes tremblèrent, son pied laissa une trace dans le métal, mais toujours elles ne bougèrent pas. La porte était blindée. Lyall jura lourdement en gaélique. Il pourrait surement l’enfoncer, mais ça prendrait trop de temps. Il fallait trouver une autre sortie. Et mettre l’autre abrutit à l’abri. Il se retourna et leva la tête. L’étage ferait l’affaire. Tenant toujours Ez par le bras, il courut dans l’autre sens. « T’as vu les escaliers qui donnent à l’étage ?! »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 82 Voir le profil de l'utilisateur


Lun 30 Oct - 18:59


« Là ! Par là. » Haletants, ils s'élancèrent à deux dans la foule.

Elle avait bien du mal à se frayer un chemin, les gens se poussaient, déjà prêts à se faire violence pour une place au-dehors de cet enfer sur Terre. Joe n’arrivait pas à croire qu’en moins d’un an elle se retrouvait par deux fois dans une situation aussi incroyable qu’horrible. Manquant de trébucher sur un autre individu masqué, l’étudiante resserra sa prise sur le bras de son ami avant de continuer à avancer.

Son regard se jeta nerveusement sur le bas de son propre tee-shirt. Il n’était pas maculé de sang, pas comme l’autre fois. Il y avait peut-être une chance pour qu’elle s’en sorte, songea t-elle même dans une bouffée d’optimisme inexplicable. Elle avait déjà vécu ça, elle saurait comment se contenir – inconsciemment, un rire sardonique parut résonner à ses oreilles en guise de réponse.

Plusieurs personnes lui coupaient le passage et à bout de patience, Joe finit par se mettre à crier, se faisant plus brusque qu’elle n’aurait du – elle le savait pertinemment, la panique ne résoudrait rien et empirerait tout. « Poussez-vous, poussez-vous bordel de m-merde ! » Sans faire exprès, elle poussa une jeune femme un peu plus violemment que les autres, celle-ci faillit presque chuter au sol. Joe fuit son regard et s’enfonça un peu plus vers les hautes portes. D’autres y étaient déjà … mais rien ne bougea quand ses doigts poussèrent le métal froid.

Une fois, deux fois, trois. Dix. Elle tambourina de toutes ses forces aux portes, à s’en faire mal aux mains, à en sentir son cœur battre dans le bout de ses dix doigts. Elle continuait de marteler le métal avec douleur et force, une force qu’elle percevait peu à peu palpiter. Pendant une seconde son corps se voûta, les mains appuyées contre le mur. « Tybalt… » hoqueta t-elle. Elle finit par relever la tête et son regard éclairé par les lumières du lieu dilatent un peu plus ses pupilles. A ce qui semble être une éternité pour eux – mais seulement quelques poignées de mètres en réalité -, la vision de Jaco lui rappelle brusquement l’égoïsme de son comportement. Elle l'avait honteusement, dégueulassement oublié dans la folie hystérique qui l'avait gagnée. Lui aussi devait les rejoindre, ils devaient tous s’en sortir tant qu’ils pouvaient. Ou alors ils s'entre-tueraient. « JACO ! JACO PAR ICI ! » s’époumona t-elle brusquement, les silhouettes paniquées et les visages se pressant dans une course folle, de sorte que sa voix se perdait déjà certainement dans la foule.

_________________
Remember everything will be alright.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 58 Voir le profil de l'utilisateur


Ven 3 Nov - 7:31


Il panique, oiseau sauvage mis en cage. Tous ses pores dégoulinent d’effroi alors qu’il se débat contre son autre soi. Il le sent lentement prendre le pas sur ses pensées et ses actes et ça lui donne envie de fuir. Loin, très loin d’ici.
Son poignet prisonnier de la poigne de Lyall lui fait mal et il tire dessus arrivé devant les lourdes portes blindées. Mal au cœur. C’est peu dire pour décrire le mal qui l’habite. Ce dégoût de lui-même et cette faiblesse qu’il tente tant bien que mal d’étouffer sous sa fierté d’être arrivé à danser au milieu de la foule.
Le Ravageur semble avoir perdu son habituel masque de froideur et c’est loin de rassurer la chimère. Si Ezechiel a retenu une chose à propos de Lyall, c’est qu’il perd rarement son calme et sa nonchalance. Le voir dans cet état ne fait qu’accentuer son anxiété et il se sent presque suffoquer.
« Il se passe quoi ?! » réussit-il à articuler une nouvelle fois.
Il observe son colocataire frapper la porte, sans succès. Elle ne bouge pas d’un millimètre. Ses yeux cherchent les siens et tout ce qu’il peut voir, c’est l’inquiétude et la rage étalées sur son visage. En temps normal il aurait donné n’importe quoi pour voir Lyall péter un câble. Seulement il a à présent du mal à en profiter sachant que les issues sont condamnées et qu’il pressent que quelque chose de grave, de très grave est sur le point d’arriver.

« Il y a du monde qui vient par ici, allons-nous-en ! » crie-t-il presque en voyant la foule de gens se précipiter vers les sorties possibles.
Il se retient donc de protester en sentant la goule agripper son bras et il se hâte de le suivre, zigzaguant entre les corps puant la sueur et le sang. Trop concentré sur son propre contrôle, il met quelques secondes à comprendre la question de Lyall et il lui désigne immédiatement les escaliers qu’il a aperçu à son arrivée. Une sale habitude qu’il a écopé de Mew. Chercher les issues, toujours les issues.
« Là ! »
Il se dégage de sa poigne et s’y précipite comme un beau Diable, ne pensant qu’à une chose : s’isoler pour pouvoir enfin respirer. Par chance, la porte s’ouvre et il s’y engouffre avant de se positionner dans le coin le plus reculé de la pièce, dos au mur. Ça sent le cuir et la poussière et il peut d’ores et déjà sentir son rythme cardiaque revenir à la normale. Il regarde alors la goule qui entre à sa suite et il pousse un petit rire nerveux.
« On pourra dire qu’on a fait notre exercice physique du mois, pas vrai ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 142 Voir le profil de l'utilisateur


Dim 12 Nov - 18:24


Sans surprise, l’accès pour monter à l’étage était clos, tout autant que les portes de sorties. Dans peu de temps, la situation allait clairement dégénérer et Milo commençait légèrement à craindre la suite. Chimère depuis peu de temps, il n’était pas certain de se contrôler, drogué ou pas drogué. Néanmoins, il préférait ne pas trop y penser, temps qu’il ne ressentait aucun effet chez lui. Omnibulé par la présence de son ami dans cet endroit, il resta le plus concentré possible. Frappant un grand coup dans la porte, il s’usa un peu les cordes vocales. « Marvin, descends immédiatement ! » Pas certain que l’autre le voyait ou l’entendait, il avait besoin de se défouler un peu pour relâcher cette colère qui montait en lui. Derrière lui, quelques cris se faisaient déjà entendre, annonçant le début de l’apocalypse. L’ouverture de la porte ne se faisant tout bonnement pas, il s’écarta un peu des cris et sans s’en rendre compte retourna plus ou moins à son point de départ.

Regardant partout autour de lui, il remarqua Joe qui s’époumonait à crier le nom de celui avec qui il était venu à la soirée. Jaco ne devait pas être loin, mais la foule l’empêchait déjà de se concentrer, à moins que ce ne soit autre chose. Son coeur s’accélérait et en moins de quelques secondes, il savait que quelque chose clochait. Son regard s’affola un peu, tandis qu’il commençait à sentir les premiers effets de cette drogue. Immobile, il regardait dans le vide, en essayant comme il pouvait de se contrôler avec de grandes respirations. Sa tête tournait et sa respiration devenait de plus en plus compliqué, si bien qu’il fut forcé de se tenir au comptoir en jetant un dernier regard à l’étage, comme pour montrer son erreur à Marvin s’il le regardait encore.

_________________
" i want pluto to be a planet again " Whoever fights monsters should see to it that in the process he does not become a monster. And if you gaze long enough into an abyss, the abyss will gaze back into you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 185 Voir le profil de l'utilisateur
http://fleshandbone.forumactif.com


Dim 3 Déc - 17:43


Ils courent vers les portes ; ils tentent de fuir la mort. En haut, les anges déchus ricanent. Les portes de l'enfer sont verrouillées, impossible de s'évader. La foule s'agite et hurle, la folie se fait une place dans la masse et se glisse dans les cranes de plusieurs, certains désirant déjà dévorer. Certains ayant déjà du sang, sur les dents et les lippes. On prie, dans la foule. On prie pour un miracle, tandis qu'à l'extérieur, des sirènes hurlent déjà de vive voix. Le CCG est déjà présent dans le bâtiment ; équipes d'intervention, inspecteurs haut placé. La presse fait déjà vautour, dans les alentours. On guette l'ouverture des portes de l'enfer. Ce n'est qu'une question de minutes avant que les portes ne s'ouvrent, avant que les agents n'interviennent. Les démons commencent déjà à disparaître dans l'ombre, à contre coeur. Les minutes s'écoulent. Et le sang, lui, coule. La fin approche, mais l'enfer ne fait que commencer.

N.B.:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 27 Voir le profil de l'utilisateur


Dim 3 Déc - 19:10


Le souffle est en suspens. Les doigts tremblent, et le cerveau s'assimile pas les informations qui lui parviennent. Sans mouvements, tandis que les mots sont dits à l'écran, puis tandis que les gens s'affolent, Marvin le ( Milo ) dévisage en silence. Il ne comprend pas.
Ne cherche pas à comprendre, non plus. Ne peut que ressentir un élan puissant le prendre par les tripes, puis lui broyer l'estomac et ne laisser que des merdes en lambeaux, derrière. Et Milo court, forcément. Il court vers l'escalier et hurle des saletés qui lui collent bien à la langue, qui résument assez bien la situation. Marvin n'écoute pas. D'un part car il ne l'a jamais fait, et surtout car il en est incapable, sur le moment. Il cherche quoi faire, mais personne n'est là pour lui dicter des ordres, et son corps ne l'écoute pas.
- Le CCG va se ramener bientôt, il faut partir, dit un gars, derrière. Surement l'éléphant.
Marvin ne l'écoute pas et dévisage encore Milo, en bas.
Et une seconde, une brève seconde, le roux entend sa voix et amorce un pas vers l'escalier. Le blond lui hurle de descendre. Une main se pose sur son bras, en même temps.
- Marv' assez, dit le même gars, avec plus de conviction. La brute le dévisage, confus et un peu furieux, sans savoir quoi faire. La pression ne relâche pas. On doit dégager, maintenant.
Il lance un regard derrière lui, aperçoit Milo contre le comptoir. Lorsqu'il détourne le regard, il a cette impression de percevoir une iris rouge dans l'oeil de son ami, mais ne prend pas le temps d'y penser. Il suit l'autre. Il suit les ordres et quitte l'enfer qu'ils ont semés.

_________________

fear the gods
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 90 Voir le profil de l'utilisateur


Dim 3 Déc - 19:49


Le palpitant palpite, forcément. Plus qu'à l'ordinaire, pourtant. Jacó essaie de ne pas se perdre dans ses pensées, mais les souvenirs restent et forment un filtre devant ses iris. Il ne voit que le passé. Que ceux qui, autrefois, étaient dans des cages. Que lui-même et les siens, prisonniers, et les bêtes - eux ou les hommes, il ne peut savoir - qui se déchainent et brisent tout.
Sa peau.
Son âme.
Son être.
Les bras de Myung autour de son corps lui permettent, faiblement, de garder un pied dans la réalité. La chose n'est pas forcément bonne. Elle est horrifiante. Elle lui donne envie de vomir et de pleurer, de fuir mais d'agir, aussi. Les mots de Myung n'aident pas ; Jacó y cède presque, à son regard et à ses mots. Il est tenté de fuir, lui aussi. Il est tenté de les laisser derrière et de fuir, comme un lâche. Car il l'est, lâche. A-t-il beau se cacher ou croire le contraire, il l'est malgré tout, au final.
Jacó amorce un pas, faiblement. Un pas, avant d'entendre une voix ( Joe ). D'un geste vif, il tourne la tête et lève les yeux ; les larmes dans son regard sont reflétées les lumières et il est aveuglé brièvement, mais il parvient tout de même à l'apercevoir, dans la foule.
- Joe, qu'il souffle bas, car elle est là. Elle est là et elle l'appelle. Jacó est lâche, certes, mais sa stupidité et son grand coeur sont plus présents. Il se déloge des bras du coréen, alors, et glisse ses doigts dans les siens, le tire à sa suite tandis qu'il avance - ou essaie d'avancer - vers la blonde.
La foule est forte, et la folie l'est encore plus. L'odeur du sang est déjà là, et même en possédant le nez d'un simple homme, Jacó peut la sentir. Il ferme les yeux et secoue sa tête, légèrement,
pour se contrôler. Il n'est pas dupe. Il sent ; il sent le monstre qui gronde en lui et le vert de ses yeux qui s'efface doucement. Lorsqu'il ouvre les yeux, il voit Milo, dans la masse.
- Milo ! qu'il dit, bas, trop bas. Il le voit affaisser contre le comptoir et s'inquiète, aussitôt. Il pense au blond et à sa vie. Il pense à Milo et ses ennuis et oublie les siens. Jacó oublie ses merdes, préfère ceux des autres, toujours. Il ne pense pas à la faim qui gronde déjà ses veines. Il ne pense pas, non, car Jacó ne pense jamais, et s'il s'approche du chasseur avec bon coeur, il le rejoint avec bon ventre, un regard sombre brillant carmin, des crocs au bord des lippes.

_________________


i feel like shit ; it must be love
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 82 Voir le profil de l'utilisateur


Jeu 14 Déc - 18:50


Mais qu’est-ce qu’il foutait ? Pourquoi est-ce qu’il (Jacò) venait pas ? Son pas s’était suspendu, ses gestes s’étaient arrêtés pour se tourner vers un autre côté de la salle, vers quelqu’un d’autre (Milo) que Joe n’arrivait pas à identifier. Ses yeux se plissèrent mais elle voyait rouge – en fait elle ne vit bientôt plus que des silhouettes, des ombres, puis des formes indistinctes, inhumaines. Le tout dansait devant elle, l'enveloppait progressivement, l’appelait à relâcher la main serrée sur cette poignée de porte qui ne s’ouvrait pas pour se laisser aller. Une par un, les phalanges cédaient, se dépliaient lentement et à contrario c’était celles de son autre main valide qui se crispaient, blanchissant chaque millimètre de sa peau tendue.

Elle peinait de plus en plus à se contrôler. Elle sentait quelque chose la gagner, ce sentiment étrangement familier et lointain, comme s’il revenait après des années d’absence. La faim cette fois-ci tambourina plus fort mais Jolene persista comme elle put à ignorer ses appels du pied : Tybalt, resté derrière, avait besoin qu’elle reste sous contrôle pour lui. Il était une goule, il y avait des risques, bien plus de risques et –

Un choc, brutal et douloureux. En pleine poitrine, le corps d’un homme inconnu venait de se projeter sur elle, la maintenant brusquement plaquée contre la porte pour l'étrangler. Face aux tentatives de morsure ratées, elle se débattait. Ses poumons étriqués se serrèrent, le bruit étouffant mêlé à la chaleur suffocante de ce combat qu’elle n’avait en rien déclenché, Joe sentit ses dernières barrières tomber alors que l’odeur du sang montait à ses narines et l’enivrait – quelqu’un, près d’elle, devait être blessé et la seule chose qui lui venait à l’esprit n’était vraiment pas de la sauver mais plutôt de s’y abreuver sauvagement.

Ca lui revint en tête d’un coup d’un seul, bien plus froidement et facilement qu’elle ne le craignait. Ses ongles se plantèrent dans les chairs de celui qui la tenait encore prisonnière - et qui relâcha instantanément sa prise -, son corps entier devenant habité par une violence malsaine qui n’était pas la sienne. Elle ne se souviendrait pas du coup de poing dans la mâchoire qu’elle asséna à ce type, pas plus que des frappes qu’elle continua à lui envoyer alors qu’il reculait peu à peu, trébuchant pour chuter au sol. Comme si ça ne suffisait pas à étancher cette soif maladive, Joe s’apprêtait à se pencher sur lui – pour accomplir elle-ne-savait-quel-acte – mais quelque chose l’en empêcha. Un mouvement normalement imperceptible dans le coin de son oeil gauche, un grondement rauque.

La seconde suivante, Tybalt se ruait droit sur elle et ses yeux n’avaient plus rien de chaleureux.

_________________
Remember everything will be alright.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

intrigue commune : concert de grave rubber

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OF FLESH AND BONE :: SO THIS IS YOUR WILDERNESS :: downtown :: motorcity casino-