soutenir le forum

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

  little light | tybalt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Messages : 142 Voir le profil de l'utilisateur


Lun 6 Nov - 19:07


phase 4
ce sont les actes qui font les gens
Les réverbères éclairaient uns à uns le visage des passagers, tandis que Milo maintenant l’accélérateur enfoncé. Le volume de la musique masquait à peine le bruit du vieux moteur de la coccinelle, comblant le silence pesant qui s’y trouvait. Déterminé, le chasseur restait concentré, sans décrocher un mot à celui qui se tenait à ses côtés dans le flou le plus total. Bien qu’il serait plus que judicieux de lui faire un rapide résumé de la situation avant de se lancer la tête la première dans la gueule du loup, seulement les mots restaient coincés dans la gorge. Une sensation étrange situé à mi-chemin entre l'excitation et l'appréhension montait en lui, l’empêchant de penser à autre chose. Sa vengeance n’avait jamais été si proche, il le sentait au fond de lui, cette fois il pourra tourner la page, à condition que la destination soit la bonne.

Bien que son intuition était rarement mauvaise, rien ne garantissait que le lieu où ils allaient soit réellement le bon. Les quelques informations récupérées dans la vidéo étaient faibles et pouvaient sûrement correspondre à un bon nombre d’endroits. Seulement, pour une fois, Milo restait optimiste, lasse de chercher dans le vide l’homme qui avait ruiné sa vie. Et si jamais cela devait se révéler être une fausse route, il continuera ses recherches, avec ou sans Tybalt. A l’approche de la douane, il frena cherchant dans sa boite à gants ses papiers pour les montrer à la police. « Donne tes papiers. » Un regard en direction de son passager, avant de baisser la vitre de sa voiture et de présenter leurs papiers à l’homme. Comme tout était parfaitement en règle, ils purent rapidement entrer sur le continent Canadien.

Après quelques minutes, Milo prit la direction du lac, longeant la rive en direction de Toronto. Windsor était la ville la plus proche de Détroit et y ressemblait d’ailleurs grandement. Depuis la route, on pouvait aisément voir les tours de Détroit, ainsi que Belle Isle Park qui semblait dormir sur la rivière. Cette route, il la connaissait par coeur et l’espace d’un instant, il se laissa aller à une certaine nostalgie. « Quand on était plus jeune, on allait souvent à Toronto et mon père adorait longer la rivière puis le lac. Sur Riverside, y avait un vieux panneau publicitaire avec des donuts, mon frère en réclamait à chaque fois. » Il revoyait sans la moindre difficulté son petit frère en train d’expliquer pourquoi il avait réellement besoin d’un donuts pour terminer le voyage, tandis que leur père racontait mille histoire sur le lac pour passer le temps. Des souvenirs futils qui lui paraissaient soudainement incroyablement joyeux, représentant cette époque où tout allait bien dans le meilleur des mondes. Il promettait à de grandes études, avait des amis géniaux et enfin profitait encore d’un statut d’humain.

Ses mains se resserrèrent sur le volant, alors qu’un air des Who le tira de ses pensées. Les arbres commençaient à encerclé la route de Riverside et peu à peu ils quittèrent la civilisation. « L’endroit est assez reculé de Windsor, idéal pour se cacher tout en ayant le courant. » A partir de maintenant, il fallait commencer à être vigilant, pour trouver quelque chose d’anormal dans le paysage. Après quelques minutes, ils se retrouvent devant le panneau publicitaire et Milo gara la voiture le long de la route et coupa le moteur ainsi que les feux pour disparaître dans la noirceur de la nuit.
electric bird.

_________________
" i want pluto to be a planet again " Whoever fights monsters should see to it that in the process he does not become a monster. And if you gaze long enough into an abyss, the abyss will gaze back into you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 67 Voir le profil de l'utilisateur


Ven 10 Nov - 19:54


there is a light that never goes out
4ème phase
La musique semble lointaine et distante, masquée par le ronronnement du moteur — Tybalt est bien trop perdu dans ses pensées pour réellement prêter attention aux morceaux qui se succèdent. La musique est là uniquement pour combler le silence qui s’est installé, troisième passager de ce voyage imprévu et incongru. La tête appuyée contre la vitre de la coccinelle, la goule songe plusieurs fois à prendre la parole pour poser des questions puis se ravise; choisit plutôt de contempler la route, les panneaux, les lampadaires qui se suivent et défilent alors que la nuit tombe petit à petit. Milo ne semble pas plus intéressé par la musique, et pas non plus décidé à lancer une conversation. Tybalt soupire, baisse les yeux et sentant l’arme dans la poche intérieure de sa veste, se demande à nouveau dans quelle merde il est allé se fourrer.

Puis, ils laissent derrière eux Detroit et ses routes familières et éclairées; Tybalt décolle un peu sa tête de la fenêtre, déchiffre un panneau avant qu’il ne le dépassent — englouti par l’obscurité. Windsor, Canada. Il se redresse sur son siège, d’un coup plus attentif et jette un regard inquisiteur à Milo alors qu’ils s’approchent de la frontière; il ne décroche que trois petits mots. Tybalt fronce les sourcils, mais obtempère — ils semblent toucher du doigt une forme de conclusion, se retrouver bloqués à la frontière à cause de son mauvais caractère semble plus que stupide. Il tend sans commentaire ses papiers à Milo avant de s’enfoncer de nouveau dans son siège; le doute tente de s'immiscer sournoisement — et s'ils se plantent totalement? et si l’endroit qu’ils cherchent n’est absolument pas au Canada? — Tybalt serre les poings, chassant ces pensées avant qu’il ne se décourage.  Bizarrement, il fait confiance à Milo.

Detroit se reflète sur les eaux calmes de la rivière, semblant paisible et ses habitants sont bien loins de s’imaginer les choses qui peuvent se passer dans l’ombre, ou parfois, juste sur l’autre rive. Ils croisent peu de voiture à cette heure-ci; les gens étant déjà probablement tous dans leur foyer, à profiter des dernières heures du dimanche avant de commencer une nouvelle semaine. Milo se décide enfin à parler, tire Tybalt de ses pensées.

Ah ouais? commente-t-il avec un regard en coin au blond — il ne voit toujours pas le rapport entre Elle, le mec de la vidéo, Milo, le donut et ses souvenirs de famille. Néanmoins, Milo semble y voir quelque chose et rien que pour ça, Tybalt décide de mettre ses réserves de côté et ne pas le questionner plus que ça. Il se contente simplement de lui adresser un regard confus et sceptique.

Mais ce n’est pas pour autant que Milo se décide de continuer sur cette voie, à ressasser des vieux souvenirs ou juste à discuter. Presque aussi soudainement qu’il s’est mis à parler, le blond semble retomber dans son silence, reportant son attention sur la route — et Tybalt, après quelques secondes, soupire et fait de même, montant un peu le volume de la radio.
Petit à petit, ils abandonnent les routes larges et éclairées pour des routes plus étroites, plus sombres à travers des arbres — qui, aux yeux de Tybalt, à tout du décor parfait pour un film d’horreur. Il laisse échapper un rire sans joie à la remarque de Milo.

L’endroit parfait pour un psychopathe, donc. Rassurant. Il balaye la zone du regard — il ne va pas mentir en prétendant savoir ce qu’il fait; tout ses espoirs repose sur Milo, priant silencieusement pour que lui en sache au moins un peu plus.

Le moteur se coupe, révèle le vrai silence — l’absence de bruit que Tybalt se dépêche de briser en tapant des doigts nerveusement contre le tableau de bord alors que ses yeux s’habituent à l’obscurité et qu’il scrute le paysage, à la recherche du moindre indice, du moindre signe de vie ou de passage.

On attend quoi? dit-il finalement, après quelques secondes. On a pas de temps à perdre. Tybalt sort sans plus attendre de la voiture. Ce n’est pas l’envie qui lui manque de prendre de l’avance, et s’élancer seul pour trouver Elle; elle est peut-être juste là, il ne supporte pas de rester inactif plus longtemps alors qu’il peut peut-être agir — mais la raison lui souffle d’attendre l’autre plutôt que de foncer sans réfléchir.
electric bird.

_________________
For all I know
The best is over and the worst is yet to come.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 142 Voir le profil de l'utilisateur


Dim 12 Nov - 13:57


phase 4
ce sont les actes qui font les gens
Les portes du véhicule claquèrent à l’unisson, tandis que Milo perdait son regard sérieux entre les arbres qui les entouraient. Le mal pouvait se cacher n’importe où, il fallait rester vigilant, même si un silence des plus pesant régnait sur le bois. Ne voyant rien au loin, il alluma une cigarette, comme pour se préparer mentalement, tandis que l’autre relevait le capital peu accueillant des lieux. « En même temps, tu n’imaginais pas aller à disney ? » Relâchant une bouffée de fumée, il se dirigea en direction du coffre pour s’armer au cas où la situation deviendrait catastrophique. A l'intérieur de ce dernier, il y avait l’embarra du choix et alors que Tybalt montrait son impatience, il attrapa une arme au hasard, ainsi qu’une batte de baseball avec qui il avait mené ses premières batailles. « Elle va pas s’envoler en cinq minutes, puis faut mieux être prêt. » Sa prudence lui avait plus d’une fois sauvé la vie et il préférait mettre toutes les chances de son côté avant de se lancer dans la gueule du loup.

Sans prévenir, il s’approcha du brun pour attraper l’arme qu’il cachait dans la poche intérieur de son manteau, histoire de lui faire un petit résumé rapide de son utilisation. « Tu retires la sécurité comme ça, tu te positionnes comme ça. » Ses gestes étaient lents et précis, afin d’être un minimum compris par l’autre. Milo se sentirait plus que coupable s’il perdait son compagnon de fortune dans la bataille, donc autant prévenir que guérir. Doucement, il passa dans son dos pour le placer correctement. Jamais ils ne s’étaient tenus aussi proche l’un de l’autre, mais le chasseur préféra ne pas faire de remarque et rester dans une démarche pédagogique. « Là tu vises et tu tires, attention au recul. » Maintenant que la théorie avait été expliqué, ils pouvaient Relâchant l’autre, il jeta sa cigarette au loin, avant de lui faire signe de le suivre dans les sous-bois.

Les minutes défilaient tandis qu’ils avançaient à petit pas de chat dans l’obscurité. Hormis des feuilles mortes et des arbres, les deux individus de trouvait rien de réellement signifiant sur leur passage, si bien que le doute commençait à s’installer. Peut-être qu’à force de patauger il avait fini par voir des signes là où il n’y avait pas ? Peut-être qu’ils étaient à mille lieux du bon endroit ? Peut-être que ce qu’il cherchait n’existait pas et qu’il perdait tout simplement la boule ? Seulement, il ne pouvait pas faire demi tour aussi rapidement, pas maintenant. Évitant le regard du brun, il continuait d’avancer sans rien dire, mettant tous ses sens en action.

Au détour d’un chêne, une odeur étrange lui chatouilla les narines, sûrement porté par le vent. Ses nouvelles facultés de chimères lui avait aiguisé ses sens et même s’il n’arrivait pas réellement à en définir la nature, il décida de la suivre. Tybalt étant une goule de naissance devait sûrement sentir la même chose, si bien que Milo n’expliqua pas pourquoi il obliquait soudainement sur la droite. Après quelques minutes de marche, il remarqua une lumière au loin, et s’arrêta pour la pointer du doigt. Bien sûr, cela pouvait-être n’importe quoi, mais autant s’attendre au pire. « Restes derrière et surtout pas de bruit. » En tête de file, il s’avança en direction de la lumière, qui se trouvait être une sorte de maison en bois, qui ne payait absolument pas de mine. Bien sûr, cela pouvait parfaitement être la maison d’un garde forestier ou d’un chasseur, mais pour en être certain, il fallait y entrer.

Cachés derrière un tronc d’arbre assez large pour deux, il marqua un arrêt histoire d’expliquer un peu la suite des événements. « Ok, je ne sais pas vraiment sur quoi on va tomber, mais si tu veux partir, c’est maintenant ou... » Avant qu’il ne puisse terminer sa phrase, un cri s’échappa de la maison en bois, qui semblait confirmer toutes leurs hypothèses. L’heure de la discussion s’était envolée, il fallait passer à l’action et vite. La chasse pouvait commencer.
electric bird.

_________________
" i want pluto to be a planet again " Whoever fights monsters should see to it that in the process he does not become a monster. And if you gaze long enough into an abyss, the abyss will gaze back into you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 67 Voir le profil de l'utilisateur


Lun 13 Nov - 19:05


there is a light that never goes out
4ème phase
Tybalt tourne le dos à Milo, levant les yeux au ciel sans qu’il ne puisse le voir et il ne prend même pas la peine de répondre à sa remarque. Sans s’imaginer atterrir dans un lieu accueillant et magique, il y a une marge entre les deux extrêmes: les lieux sont tout simplement lugubre, menaçant et le parfait endroit pour tomber sur un fou furieux et finir mort dans la rivière. Tournant en rond, revenant sur ses pas et orbitant autour de Milo, il est clair que la goule ne tient pas en place — le coeur battant, les nerfs à fleur de peau, il a bien du mal à se contenir.

Ouais. Mais plus on prend de temps plus on risque d’arriver trop tard, grince Tybalt avec réticence. Il soupire, fait déjà quelques pas pour s’éloigner — cette simple pensée lui retourne presque l’estomac. Ne pas arriver à temps, avoir échoué à la sauver; cela fait partie des nombreuses possibilités et il ne peut pas s’empêcher d’en faire la liste mentale.

Tybalt manque par ailleurs, en sursautant, de mettre un coup de coude dans le nez de Milo, sans prévenir d’un coup derrière lui. Apparement pas plus perturbé que ça, il attrape l’arme de sa poche intérieure. La précision mécanique des gestes de Milo traduit son habitude — le blond n’en est pas à son premier coup d’essai, bien au contraire. Tybalt suit chacun de ses gestes, à la fois curieux et un peu impressionné par l’aisance dont il semble faire preuve. Moins d’aisance, en revanche, quand c’est lui qui se retrouve l’arme en main.

Ca va, je te gêne pas, fais comme chez toi, marmonne Tybalt lorsque Milo empiète un peu plus sur son espace personnel, tout contre son dos alors qu’il dirige ses gestes. Décidément, cette petite escapade lui en apprends de plus en plus sur le blond, pas toujours de la manière qu’il aurait voulu les apprendre. Néanmoins, il garde ses petits commentaires pour lui et hoche la tête aux explications. Dit comme ça, le fonctionnement et le maniement de l’arme à l’air simple, presque à la portée de n’importe qui. Une pensée à la fois rassurante et terrifiante. Bien compris. fait-il, avant d’emboîter le pas de Milo.

Il n’y a rien. Des feuilles, des arbres, des petits animaux nocturnes effrayés par le bruit de leur pas mais aucune trace de vie humaine, aucune trace de passage récent — rien. La mâchoire serrée, le regard rivé sur le dos de Milo devant lui, Tybalt compte les minutes qui s’écoulent, sans que rien ne se passe.

L’odeur, inhabituelle, étrange et en même temps, presque familière le stoppe presque dans sa marche. Il ne remarque qu’après quelques secondes que Milo emprunte la même direction, sans aucun échange entre eux — le confirmant un peu plus dans les hypothèses qu’il a déjà commencé à formuler. Il hoche la tête, les yeux rivés sur la lumière et déjà, son sang ne fait qu’un tour. Si Elle est vraiment là-bas, il touche du doigt son but. Cette maison n’a l’air de rien, mais si elle est bel et bien à l’intérieur, pourquoi sont-ils encore ici?
Légèrement appuyé contre le tronc, Tybalt cache à peine sa nervosité et son impatience mais il comprend quand bien même les précautions de Milo — prudence est, après tout, mère de sûreté. Ce moment de calme avant la tempête semble être le moment idéal pour poser la question qu’il meure d’envie de poser depuis un moment. Maintenant si proches, il n’en aurait probablement plus l’occasion avant un moment.

Milo — commence-t-il en même temps que le blond, mais ils sont rapidement interrompus avant même d’avoir pu dire quoi que ce soit. Le cri qui transperce le silence et résonne contre les arbres les stoppent net. Un poids dans son estomac, le sang battant à tout rompre contre ses tympans, Tybalt ne réfléchit plus. Qu’il s’agisse d’Elle ou de quelqu’un d’autre, Tybalt avait raison: il n’y a plus de temps à perdre. On y va. fait-il à mi-voix.

La main serrée sur la crosse de l’arme à s’en faire blanchir les jointures, Tybalt passe devant Milo sans attendre de réponse, l’heure n’est plus au doute. Tant pis s’il se lance clairement dans le danger les yeux fermés. Il refuse de rester inactif plus longtemps, à attendre les ordres de Milo. Toujours à pas feutrés mais plus urgents à présent, Tybalt se dirige vers la source du cri, jette à peine un coup d’oeil par-dessus son épaule pour vérifier que le chasseur soit sur ses talons. Milo peut bien faire ce qu’il veut — s’il veut attendre, qu’il attende.
electric bird.

_________________
For all I know
The best is over and the worst is yet to come.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 142 Voir le profil de l'utilisateur


Mar 14 Nov - 17:39


phase 4
ce sont les actes qui font les gens
Déchirant la nuit, le cri s’échappant de la maison confirmait désormais la piste et il n’était plus l’heure de faire preuve de prudence. Sûrement plus par amour qu’autre chose, Tybalt s’élança le premier en direction de la maison, rapidement suivit par le blond. Le chasseur ne comptait pas le voir mourir ce soir et encore moins laisser une chance à ce scientifique de prendre la fuite. En grimpant les quelques marches menant à la porte, Milo vérifia une dernière fois que son arme était bien chargé, espérant que son compagnon d’arme n’aura pas à tuer si la situation dégénère. Malgré son côté parfaitement agaçant, Tybalt n’en restait pas moins un innocent et il fallait au delà de le protéger, le préserver. Tuer impliquait des responsabilité et même lui qui avait l’habitude de le faire face à ses monstres sentait un certain stress l’envahir. Sa volonté de se venger lui avait presque fait oublier que s’il tue ce scientifique, ce sera le premier être humain qu’il tue de sang-froid. Un tournant dans sa vie, qu’il devra assumer chaque jour en se levant. A ce moment précis, il ne put s’empêcher de toutes ses disputes avec Marvin à ce sujet, avant de finalement conclure que cet homme par ses actions devenait à monstre, tout comme les osseux. De toute manière, il était trop tard pour douter, surtout maintenant que l’autre venait de défoncer la porte à coups de pieds.

Une entrée fracassante, dénuée de discrétion qui créait de toute évidence la surprise. La porte donnant sur la pièce principal, les deux invités surprises fut rapidement baigné dans l’ambiance morbide des lieux. Au sol se tenait déjà plusieurs corps inertes, tandis que deux personnes se tenaient à genoux en sanglots. Face à eux, l’homme qu’il avait vu à son réveil, ce visage qu’il ne pourra jamais oublié, accompagné de trois personnes inconnues, sûrement ses sbires. L’un d’eux tenait une rousse par les cheveux et lui enfonça son couteau dans l’abdomen, tandis que les autres restaient immobiles, sûrement étonnés par cette arrivée. La situation se montrait plus compliquée que prévue et sans prévenir Milo prit rapidement les devants. Passant devant, il tira sur rapidement sur celui qui venait de planter son arme et le corps tomba immédiatement raide sur le sol.

La suite des événements fut extrêmement rapide. Elle tomba sur le parquet, tandis que le prisonnier qui se trouvait près d’elle se jeta comme il pouvait sur un autre homme de main. La troisième sbire, une jeune femme au cheveux roux aussi -à croire que le roux était tendance, se mit rapidement à tirer dans leur direction, en s’échappant avec le scientifique. Sans même attendre, Milo s’élança à leur poursuite, évitant difficilement les balles, ce qui lui faisait perdre beaucoup de temps. Les deux autres prenaient de l’avance en direction de l’arrière de la maison, certainement pour gagner leur véhicule. Milo refusait de rater sa vengeance si bêtement et ne se priva aucunement sur les tirs, afin de les ralentir au maximum.
electric bird.

_________________
" i want pluto to be a planet again " Whoever fights monsters should see to it that in the process he does not become a monster. And if you gaze long enough into an abyss, the abyss will gaze back into you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 67 Voir le profil de l'utilisateur


Dim 19 Nov - 14:36


there is a light that never goes out
4ème phase
Il ne pense à rien — une sorte de bruit blanc résonnant dans ses oreilles, alors que chacun de ses gestes semblent être issus d’un pilotage automatique. Tybalt voit la scène se dérouler devant ses yeux sans avoir réellement conscience d’y être; il ouvre la porte d’un coup de pied et abandonne toute tentative de discrétion. Devant leurs yeux, le théâtre lugubre et morbide se dévoile: l’odeur du sang, métallique, acre; les corps qui jonchent le sol, inertes, son coeur semble comme rater un battement alors qu’il cherche rapidement des yeux les cheveux roux parmi les victimes et en rater encore un autre lorsqu’il la voit enfin, à la merci de cet inconnu. Sans même hésiter, sans même montrer la moindre trace de regret ou de pitié, cet homme n’attend pas qu’ils agissent pour continuer son geste et poignarder la rousse. Tybalt, lui, reste immobile, figé par ce qui est en train de se passer — incapable de faire quoi que ce soit pour empêcher le geste, avec le sentiment qu’il est déjà trop tard et bientôt une colère sombre et brûlante l’envahit, l’envie de se ruer sur l’homme pour lui faire payer en milles ses actions, de ne laisser aucun des responsables quitter ce lieu —

Brutalement ramené à la réalité des choses par le coup de feu de Milo, Tybalt ressent comme s’il venait de se faire projeter dans l’action là où il n’était qu’un simple spectateur passif, incapable de savoir combien de temps s’est écoulé entre le moment où il a franchit la porte et maintenant . Prenant conscience de la situation, il n’a pas vraiment le temps de réfléchir lorsque l’autre femme pointe son arme dans sa direction et que la balle tirée termine sa course dans son bras, déchirant douloureusement la chair. Il lâche un juron mais parvient quand même à se convaincre de lever son arme, le besoin de faire payer à ces personnes ce qu’ils ont fait subir à Elle l’incitant à riposter;  il parvient à maîtriser le léger tremblement de son bras, visant à peu près dans la direction de la rousse et tirant — surpris par le recul, il ne prend pas par la peine de regarder s’il a bel et bien atteint sa cible. Il lâche l’arme lorsque ses yeux se posent sur Elle, se désintéressant alors du monde autour. De toute manière, Milo semble prendre la situation en main, s’élançant à la suite des survivants et c’est suffisant pour que Tybalt ne se concentre uniquement sur sa petite amie.

Merde, merde, merde, jure-t-il entre ses dents, partagé entre la douleur lancinante de son bras là où la balle l’a touché et l’horrible prise de conscience en voyant Elle au sol, la tache sombre au niveau de son abdomen s’élargissant de seconde en seconde. Il tente comme il peut de stopper le saignement, faisant abstraction du corps du coupable gisant tout proche. Il ne peut pas perdre Elle — pas maintenant, alors qu’il la retrouve enfin. Il regarde frénétiquement autour de lui à la recherche de n'importe quoi pouvant se réveler utile, mais il est livré à lui-même. Merde!

Il essaye de ne pas penser au sang d’Elle sur ses mains, mais seulement à une seule chose: ils vont partir d’ici et les choses reprendront leurs cours, un jour ou l’autre. Il l’a déjà vu dans de sales états, souvent lorsqu’elle travaillait jusqu’à s’en rendre malade, mais la pâleur de son visage dans ses moments là n’a rien à voir avec celle-ci, cette blancheur morbide.

Milo ! Il se tourne vers le blond avant qu’il ne disparaisse, à la poursuite des coupables. Bien qu’il comprenne l’envie d’en finir avec cette histoire, le besoin de vengeance, il a encore besoin de Milo pour sauver Elle. Un seul regard à la jeune femme et il apparaît clair qu’ils ne peuvent pas se permettre de rester ici trop longtemps. Il faut qu’on se casse d’ici. Il faut qu’on l’aide. Réellement désespéré, sa phrase sonne comme une supplique car Milo peut très bien choisir de leur tourner le dos — et Tybalt aurait du mal à lui en vouloir: il ne la connaît pas après et n’ont jamais été proches et il peut très bien choisir sa vengeance. Mais dans l’ombre d’un espoir il se surprends à espérer que Milo revienne sur ses pas.
electric bird.

_________________
For all I know
The best is over and the worst is yet to come.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 142 Voir le profil de l'utilisateur


Mar 21 Nov - 11:19


=
there is a light that never goes out
4ème phase
Le bruits des balles tirée lui faisait bourdonner les oreilles, alors qu’il traquait sa proie tel un chasseur. Obnubilé par sa vengeance, il continuait d’avancer derrière la rousse et le scientifique. Le couloir étroit de la maison ne laissait que très peu de place pour se couvrir, si bien qu’il manqua de peu de se prendre une balle dans la jambe. Bien qu’il était désormais censé guérir rapidement, il n’avait pas spécialement envie de tenter le coup et essaya de faire preuve d’un peu plus de prudence. Alors que les deux autres prenaient un peu d’avance, il entra dans la première pièce qu’il trouva et s’extirpa de la bâtisse par la fenêtre pour tenter de coincer les ravisseurs. Aucune voiture se trouvait dehors, ce qui sous-entendait une course poursuite dans les bois qui lui laissait toutes ses chances pour les avoirs. Pluton savait y faire en traque, il ne devrait avoir aucune difficulté à les piéger, surtout dans la pénombre qui ne le gênait plus.

Les deux silhouettes sortirent finalement de la maison et les coups de feu reprirent entre eux, alors que les coupables s’élancèrent vers les bois. Bien décidé à avoir sa vengeance, Milo se précipita à leur poursuite, avant de se stopper en entendant la voix de son compère dans son dos. Avec tout ça, il avait oublié Tybalt et les survivants, et se rappela soudainement du coup de couteau qu’avait pris la rousse. Un dilemme gargantuesque s’imposa à lui, tandis qu’il restait immobile dans cette brume naissante. Son besoin de vengeance lui criait de reprendre sa course, s’opposant à sa nature première, celle d’aider les innocents. La véritable question était désormais de savoir qu’elle était le prix qu’il était prêt à mettre pour sa vengeance.

L’hésitation dura quelques secondes, qui ressemblaient à des heures dans sa tête. Puis finalement, la tentation était trop grande, il s’élança en direction de la forêt avec détermination. Sa colère était trop grande, il n’arrivait pas à se contenir, par si proche du but. Puis une voix dans sa tête l’arrêta, celle de Diane, qui lui rappelait pourquoi ils étaient censés faire ça. S’il tournait le dos à Tybalt et Elle maintenant, il prouvera à la brune qu’elle avait raison depuis le début sur son sort. Milo soupira avant de faire demi tour et regagner la maison au pas de course. Sa vengeance devait attendre, même si cela ne le réjouissait pas le moins du monde.

Sans prévenir, il passa la porte d’entrée et pénétra dans la maison comme ils l’avaient fait quelques minutes plutôt. La détresse de Tybalt se lisait dans son regard tandis qu’il s’approchait de la rousse qui souffrait le martyr. « Détache le. » Rapidement, il compressa la plaie de la jeune femme, histoire d’arrêter l'hémorragie, afin qu’elle ne se vide pas entièrement de son sang. L’odeur alléchante lui chatouillait les papilles et il sentait son coeur s’accélérer, tandis qu’il essayait de garder le contrôle. Ils pourraient appeler les secours, mais vu le lieu isolé dans lequel il se trouvait, il fallait mieux se débrouiller eux-même. Si bien qu’il se leva, embarquant dans ses bras la rousse, direction la voiture. « Les clefs sont dans ma poche, on va vite à l'hôpital de Windsor. » Sans réellement regarder si tout le monde suivait, il se précipita hors de la maison, à la recherche de la voiture, qui les attendait toujours sur le bord de la route.

Naturellement, il alla à l’arrière avec la blessée, histoire de garantir les premiers gestes de secours, retournant dans ses brillantes années de médecine. Milo savait ce qu’il faisait et encore plus, qu’il faudrait mieux ne pas perdre de temps à moins de vouloir la perdre. La panique se lisait sur les visage, tandis que le chasseur évitait de penser à tout ce sang qui se trouvait à portée de main et qui lui donnait étrangement envie.
electric bird.

_________________
" i want pluto to be a planet again " Whoever fights monsters should see to it that in the process he does not become a monster. And if you gaze long enough into an abyss, the abyss will gaze back into you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 67 Voir le profil de l'utilisateur


Mer 22 Nov - 18:54


there is a light that never goes out
4ème phase
Les minutes se suivent, aussi longues et pénibles que des heures, l’angoisse et l’incertitude grandissant de secondes en secondes. Milo disparaît hors de la maison — et Tybalt songe déjà qu’il est maintenant le seul à pouvoir s’occuper d’elle, que sa survie ne dépends plus que de lui; il n’arrive même pas à être en colère envers Milo d’avoir choisi de les suivre. Les minutes passent.
Et c’est la silhouette de Milo qui apparaît dans l’embrasure de la porte, semblant prendre la situation en main. Son soulagement est bref, mais présent.

Milo. Il pose sa main sur le bras du blond avec un regard inquisiteur et nerveux, le stoppant quelques instants pour confirmer ses doutes. Il y a des signes qui ne trompent pas, surtout quand on est une goule — l’odeur du sang, chaud et abondant représente la tentation parfaite pour une goule et ce n’est pas ce qui manque dans cet endroit — comme la sclère habituellement blanche virant au noir.  Si Tybalt parvient lui à se contrôler, c’est sûrement plus compliqué pour quelqu’un qui ne l’est pas depuis longtemps. L’idée que Milo puisse ne pas se contrôler et s’en prendre à Elle… Il ne préfère pas y penser, mais garde un oeil sur le chasseur quand bien même, prêt à agir à la seconde.

En le suivant des yeux, il analyse chacun des gestes réalisés avec une précision médicale, la manière dont il comprime la plaie pour stopper le flot; et, dans un autre contexte, Tybalt n’aurait pas étouffé la jalousie qui naît lorsque Milo porte Elle jusqu’à la sortie, endossant alors le rôle du “sauveur” tandis que lui se retrouve relégué au statut de chauffeur. Il se contente de vaguement hocher la tête, la mâchoire serrée et attrape les clés dans la poche arrière du jean de Milo, juste après avoir détaché le dernier survivant.

Il démarre la voiture, laissant derrière eux cet endroit, en espérant ne jamais y retourner. Bientôt, ils retrouvent la route, puis les traces de civilisation et ses lampadaires, dont la lumière blafarde reste malgré tout un brin rassurante. La route défile sous les yeux de Tybalt et aucune parole ne vient pour meubler le silence. Chacun reste muré dans son mutisme, un air grave sur le visage.
Chaque minute, un nouveau coup d’oeil dans le rétroviseur intérieur, ne quittant jamais Elle des yeux plus de quelques secondes. Quelque chose ne le rassure pas réellement, de la savoir à l’arrière en compagnie de Milo, quand bien même il est, paradoxalement, la personne la mieux placée pour lui sauver la vie. Tybalt garde ses réserves pour lui, les minutes étant trop précieuses pour qu’il se permette quoi que ce soit. L'amener à temps jusqu’à l'hôpital le plus proche est sa première priorité.

Arrivé à l'hôpital, Tybalt bondit hors de la voiture à peine le courant coupé, ouvre la portière arrière et sans attendre, décide de porter Elle jusqu’à l’intérieur, l’arrachant à Milo avant que celui-ci ne puisse être tenté plus longtemps. Avec le recul, il se rappelle balbutier quelques mots confus pour expliquer la situation à l’infirmière — mais assez pour qu’on les prenne rapidement en charge.
Il atterrit sur un siège du couloir, les yeux rivés sur Elle alors qu’ils s’affairent à faire on ne sait quoi — il n’est pas médecin, il n’a aucune idée de ce que signifie leur jargon médical; du moment qu’elle est prise en charge, il n’est même pas sûr de vouloir savoir. Tybalt les regarde, répond à peine aux questions qu’on lui pose — se relève de son siège uniquement quand ils l’emmènent finalement.
Résigné, il sait qu’il ne peut plus rien faire maintenant qu’Elle est entre les mains des médecins; il n’a plus qu’à attendre et espérer. L’adrénaline qui le guidait jusqu’à présent laisse place au poid des récents événements, Tybalt commence à prendre conscience de tout ce qui vient de se dérouler jusqu’à cet instant. Son regard se détache enfin des portes closes derrière lesquelles sa petite amie a disparu pour se poser sur Milo, alors qu’aucun d’eux n’a encore décroché un mot.

Faut qu’on parle, Milo. Il l’attrappe par le bras sans plus d’explication et l’entraîne un peu à l’écart, au détour d’un couloir. Il le lâche enfin et s’appuie contre le mur, détaillant le blond de la tête au pied avant de soupirer. Il croise les bras, fixe le sol en lino bleu-vert, relève les yeux pour croiser ceux de Milo, et soutient son regard sans ciller. Depuis quand t’es une goule? Depuis que t’as mystérieusement réapparu ? demande-t-il.
electric bird.

_________________
For all I know
The best is over and the worst is yet to come.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 142 Voir le profil de l'utilisateur


Jeu 23 Nov - 9:56


phase 4
ce sont les actes qui font les gens
La main de son partenaire de fortune la retena un peu, sentant sûrement que quelque chose n’allait pas. Milo se contrôler comme il pouvait et bien qu’il comprenait l’inquiétude du brun, ils n’avaient pas réellement d’autres options ou même du temps pour en trouver une autre. « Vite, on a pas le temps. » Restant à sa place de leader de la mission de sauvetage, il se précipita dans la voiture, attendant que les deux autres hommes ne se décident à la démarrer. Les lumières de la ville finirent rapidement par arriver, tandis que la respiration du chasseur se faisait de plus en plus saccadée. Un véritable combat intérieur se déroulait dans l’esprit du chasseur qui peinait à resister en cessant de se répéter dans son silence qu’il devait gérer. S’il dévorait la rousse, il ne se le pardonnera pas et si Tybalt ne le tue pas pour ça, il le fera lui même. Pourtant, peu importe à quel point il résistait, ses yeux changeaient doucement de couleur et ses mains tremblaient plus en plus. Le sang qui s’y trouvait l’appelait et l’espace d’un instant, il porta une de ses mains à sa bouche, pour en prendre la substance, avant de finalement se reprendre.

Le regard perdu à travers la vitre de la voiture, Milo réussissait l’impossible, se contrôler devant tout ce sang qui se déversait sur sa banquette arrière. Son coeur battait la chamade et quand la porte s’ouvrit, un sentiment de libération se fit automatiquement sentir en lui. Non seulement, il venait de résister, prouvant qu’une part d’humain vivant encore en lui, mais surtout il n’avait pas laissé échapper sa vengeance pour rien. Elle allait se retrouver entre les mains d’un personnel compétent et lui pouvait enfin reprendre son souffle. Alors que les autres s’étaient déjà rués dans les couloirs de l'hôpital, lui restait sur la banquette, à bout de souffle du sang partout sur lui -même sur son visage pâle.

Une fois vaguement plus propre, il se décida finalement à entrer dans l'hôpital, à la recherche de Tybalt, qui broyait déjà du noir. Elle n’était pas encore hors de danger et seul le temps pourra offrir des réponses. Se trouver dans un hôpital était d’ailleurs un nouveau challenge pour la chimère qu’il était et il espérait d’ailleurs sincèrement qu’aucun patient ne passera trop proche de lui. Seulement, s’il pensait avoir la chance de se poser pour se remettre de ses émotions internes, c’était sans compter sur l’autre qui lui voulait des explication. Milo n’était pas stupide, il se doutait bien que son secret venait de voler en éclat et ne savait pas réellement quoi dire.

« Ce type m’a trouvé à moitié mort dans la rue, quand je me suis réveillé j’étais un monstre. Fin de l’histoire. » Le résumé était glaçant, tandis qu’il se frotta un peu la joue, qu’il voyait rouge dans la vitre teintée du couloir. La fatigue commençait à se sentir, chez celui qui ne se supportait plus lui-même, même s’il venait de sauver une innocente. « Tu sais, tu peux faire comme si de rien était. Ta copine est sauvée, je ne te suis plus d’aucune utilité. » Quand les médecins annonceront le final de toute cette histoire, il disparaîtra, reprenant le petit train train de sa vie.
electric bird.

_________________
" i want pluto to be a planet again " Whoever fights monsters should see to it that in the process he does not become a monster. And if you gaze long enough into an abyss, the abyss will gaze back into you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 67 Voir le profil de l'utilisateur


Mar 28 Nov - 17:43


there is a light that never goes out
4ème phase
Les néons de l’hôpital ont cette teinte blanchâtre qui donnent à presque tout le monde un air blafard; agressifs, Tybalt mets quelque instants à s’habituer à cette nouvelle luminosité après quelques heures dans la pénombre. C’est sous cette même lumière artificielle qu’il laisse à regret la rousse disparaître derrière les portes battante, le coeur et la gorge serrés.

Heureusement, avant qu’il n’ai le temps de trop se morfondre sur son sort et ruminer de sombres pensées, Milo arrive comme une distraction bienvenue. Tybalt n’attend pas une seconde, n’accorde même pas un moment de répit au blond qui pourtant, tout comme lui, en aurait bien besoin. Il a accepté les non-dits et les silences de Milo assez longtemps et estime qu’il a le droit à ne serait-ce qu’un semblant d’explications, de réponses. Les bras croisés devant lui, il attend que le blond décroche un mot ou une confirmation.

Un monstre, hm. Tybalt marque une petite moue, mais s’abstient de commentaires. Après tout, le dédain dans la voix de Milo peut sembler blessant mais compréhensible de la part d’un chasseur. Il y a une sorte d’ironie dans cette situation, d’ailleurs — le chasseur devenu goule, un espèce de retour de karma malsain dont Tybalt aurait, habituellement, noté l’existence avec quelques ricanements. Mais dans cette situation et qu’Elle vient de — peut-être — subir le même sort, il n’arrive pas à en rire. Je vois. offre-t-il comme conclusion, alors qu’il a encore plus de questions. Pourquoi lui? Pourquoi Elle? Quel est le plan derrière tout ça? Milo n’est sûrement pas celui qui a ces réponses-là.

Faire comme si de rien était? Un plan bien ambitieux. Tybalt est doué pour prétendre que tout va bien pendant un certain moment; preuve étant qu’il a réussi à berner Joe jusqu’à ce qu’il craque et vide son sac. Combien de temps pourra-t-il agir comme si de rien était, avant de craquer de nouveau? En tout cas, si lui peut éventuellement en parvenir, il doute qu’Elle puisse. Éventuellement, tout finirai par ramener Milo dans la conversation et ce serait beaucoup de mal pour au final, pas grand chose. Il hausse les épaules. Au final, après ces quelques semaines, il a fini par s’habituer à la présence de Milo, voire l’apprécier.

Tu fais comme tu veux, si t’arrives à faire comme si de rien n'était, vas-y, je t’en empêche pas. Il se décolle enfin du mur, enfonce les mains dans les poches de son jean. Déjà je pense qu’Elle voudra te parler. Et puis tu vas faire quoi? Te lancer à la poursuite de ce gars pour enfin te venger? Tout seul? Il rit très brièvement. Ca te regarde, mais je pense pas que ce soit une bonne idée. Mais comme je disais, tu fais comme tu veux.

Se lancer dans une chasse à l’homme, à ses yeux, est un mauvais plan — mais l’idée que le gars qui ai fait ça à Elle court toujours lui en donne envie. Mais il faudrait être stupide pour se lancer tête baissée dans un tel projet: rien que cette fois-ci, la surprise a joué un grand rôle, il n’en sera sûrement pas la même deux fois. Et ce gars a visiblement des gens qui travaillent pour lui; Milo, même excellent tireur ou quoi que ce soit, aux yeux de Tybalt, aurait rapidement des problèmes face à deux ou trois personnes. Non pas qu’il s’inquiète pour Milo — comme il le répète comme pour se persuader que ce n’est pas le cas, Milo fait ce qu’il veut.
electric bird.

_________________
For all I know
The best is over and the worst is yet to come.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 142 Voir le profil de l'utilisateur


Mer 29 Nov - 13:23


phase 4
ce sont les actes qui font les gens
La tournure de la discussion ne lui plaisait pas réellement, surtout qu’il ne jugeait pas mériter ce genre de commentaire. La manière dont parlait Tybalt semblait un poil méprisant, comme si lui savait mieux que lui comment gérer une situation pareil. Les derniers évènements de sa vie n’avait rien de simple, il avait tout de même le droit de se montrer patibulaire à l’occasion, pas la peine de le souligner. « Tu n’as aucune idée de ce à quoi ressemble ma vie depuis mon retour, alors ne me juge pas. » Le chasseur essayait réellement de faire pour le mieux, même si ce n’était visiblement pas une réussite. Cela faisait déjà des mois qu’il ignorait le QG des chasseurs, répondant à peine aux messages de Rosa, préférant de pas avoir à leur expliquer ce qui se passait réellement. De plus, il devait composer avec de nouvelles personnes en qui il n’avait pas réellement confiance, mais qui lui offrait de quoi servir. Faire ami avec l’ennemi n’était pas spécialement une bonne idée pour un chasseur de renom comme lui et dans quelques mois, il se retrouvera certainement dans une situation délicate. Seulement, pour le moment, il jonglait encore avec Milo et Pluton, comme un parfait acrobate qui fermait les yeux pour ne pas voir le vide.

Tybalt se tenait proche de lui, indiquant que cette conversation devait être privé, ce qui dissuadait les passants du couloir à trop s’approcher. A sa manière, l’autre essayait de rendre logique et stable une situation qui ne l’était pas, proposant sa stratégie. Seulement, il faisait fausse route en pensant que tout cela était si simple et s’il regardait bien le visage fatigué et triste que Milo portait chaque jour, il lui parlerait peut-être pas de cette façon. « Elle pourra me parler si elle le souhaite, mais je n’ai rien à lui offrir. Je ne sais rien de ce type que tu ne sais pas aujourd’hui, donc désolé pour elle. » Le blond faisait constamment des efforts pour se contenir et ne pas céder à la faciliter, mais personne ne semblait le remarquer -plus facile de simplement jouer les étonnés après un retour mystérieux. A croire qu’il n’avait pas d’émotions, comme-si tout le monde le voyait comme un glaçon. Seulement, si Milo était de glace, il relevait plus d’un iceberg qu’autre chose et en profondeur, il se cachait un bon nombre de secrets, de regrets et enfin de douceur cachée que tout le monde s’amusait à écraser du pied.

Le promeneur de chien de faisait aucun effort pour essayer de comprendre ses motivations, qui à ses yeux semblaient pourtant assez honnêtes. « Si je ne fais rien alors que j’en ai les moyens, je me sentirais coupable. Puis entre nous, ça m’occupe un peu. » La plupart s’accordaient à dire qu’il était néfaste et pourtant dans l’ombre, il oeuvrait pour le bien-être de tous, même les goules. Parce que Pluton faisait preuve de miséricorde, malgré ce que les autres pouvaient penser et en supprimant les osseux, il ne défendait pas seulement les humains. Bien sûr, il s’était déjà montré menaçant face à des goules, mais c’était plus pour les garder dans le troupeau qu’autre chose. Jamais il n’avait tué autre chose que ces monstres avant aujourd’hui, mais ça encore Tybalt devait l’ignorer. Peindre un tableau sanguinaire du chasseur était plus simple que d’essayer de le voir comme une sorte de berger protégeant les brebis.

Cela dit, Milo ne lâchera pas sa vengeance aussi rapidement. Non seulement il en avait besoin pour avancer de l’avant, mais en plus il en était de son devoir. Si le brun ne pouvait pas le comprendre, tant pis pour lui, dans tous les cas, lui n’abandonnera pas. « Je le trouverais un jour ou l’autre, peut-être pas demain, ni dans une semaine, mais un jour il répondra de ses actes. » Tout le monde un jour se récolte ce qu’il a semé, et si le karma ne le faisait pas, lui s’en assurerait. Tybalt était dur avec lui et Milo commençait sérieusement à accuser le coup, cherchant agacé son paquet de cigarette imbibé lui aussi de sang. « Et s’il te plait, arrête de me sous-estimer, je suis pas n’importe quel débile avec une arme à feu tu sais ? Toi et ta copine êtes en vie, tu pourrais me remercier au lieu de m’accuser de je ne sais pas quoi. » Dans sa voix, une sorte de vulnérabilité se fit légèrement entendre, lassé de cette manière dont les gens le traitaient.
electric bird.

_________________
" i want pluto to be a planet again " Whoever fights monsters should see to it that in the process he does not become a monster. And if you gaze long enough into an abyss, the abyss will gaze back into you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 67 Voir le profil de l'utilisateur


Mer 13 Déc - 17:29


there is a light that never goes out
4ème phase
Je te juge pas, tu fais comme tu veux., répète une nouvelle fois Tybalt, marmonnant à voix baisse. Milo a raison; Tybalt ignore ce que Milo a bien pu traverser et même s’il voulait le savoir, Milo n’en aurait pas parler. L’accuser de ne pas savoir alors qu’il ne fait aucun effort pour essayer de lui faire comprendre semble un peu injuste — Milo ne veux pas qu’il sache, c’est une chose. Mais on ne peux pas lui en vouloir de ne pas savoir juste après. Cette conversation semble être vouée à foncer dans le mur et Tybalt soupire, prêt à y couper court.

Peut-être, oui, que Milo n’a rien de plus à offrir à Elle comme explications que celles que Tybalt pourrai lui donner. Mais il a joué une grande part dans son “sauvetage” et sans doute Elle voudrait en connaître plus sur lui. D’un autre côté, la goule se sent vaguement mal à l’aise à l’idée qu’Elle rencontre Milo: pas parce qu’il s’agit d’une goule, non, mais il ne pourrait l’expliquer. Alors quelque part, l’idée que Milo et Elle ne se parlent pas n’est pas si déplaisante.

Compris, je lui transmettrai le message,, raille Tybalt, un peu agacé. Il se doute que la fatigue joue un grand rôle dans leur irritation mutuelle, mais quand bien même, Tybalt a le sentiment d’être empêtré dans un dialogue de sourds. Et bien sûr, si Milo ne semble pas disposé à l’entendre, il serait stupide de croire qu’il est lui-même plus ouvert. Tybalt est conscient d’être aussi muré dans sa vision des choses — et pas prêt dans décrocher, pour l’instant.

S’il admire la détermination et l’acharnement de Milo — d’une certaine manière, il a cette tendance à admirer cette capacité qu'ont les gens à insister et continuer à se battre de manière symbolique ou non, là où Tybalt aurait lâché l’affaire depuis longtemps — il ne peut pas s’empêcher de soulever les failles, les dangers ou les incohérences et cela peut évidemment donner l’impression qu’il ne prend pas Milo au sérieux. Pourtant, c’est sa manière de rationaliser les choses et faire un peu de sens en tentant de se rassurer. Sans surprise, Milo sonne plus agacé, plus à vif — et Tybalt manque presque de se sentir coupable, pendant quelques instants.

Merci., lâche Tybalt d’un ton un peu contraint, mais pourtant bel et bien honnête. Je sais qu’on dirait pas comme ça, mais tu devrais peut-être que réaliser que je me fous pas tout le temps de ta gueule ou que je t’accuse, et peut-être que j’essayais juste d’être sympa et de m’inquiéter pour toi, avoue-t-il après un silence.

Tybalt n’est pas le mieux placé pour faire des remarques à Milo; mais il se sent un peu vexé d’être pris à défaut ainsi par le blond, alors qu’il tentait, maladroitement, de se soucier un peu de l’autre — ça lui apprendra: ils ne sont pas amis et ne le seront, visiblement, pas de sitôt.
electric bird.

_________________
For all I know
The best is over and the worst is yet to come.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 142 Voir le profil de l'utilisateur


Mer 13 Déc - 18:56


phase 4
ce sont les actes qui font les gens
La conversation tournait en rond et Milo hésitait déjà à retourner à la voiture pour regagner sa maison au plus vite. Seulement, il ne se voyait pas abandonner tout le monde au Canada après ce qu’il venait de se passer -au moins ramener le deuxième survivant chez lui, quand ils auront terminé de l'ausculter. Le chasseur était déjà passé par là et comprenait mieux que personne à quel point ils devaient être perdus actuellement, inutile de s’embêter avec le bus ou le train. Alors que Milo aurait pensé se poser sur une chaise et attendre patiemment, Tybalt voulait faire la conversation, ce qui ne l’enchantait pas réellement. Déjà, parce que la fatigue le frappait de plus en plus, mais surtout parce que parler de sa nouvelle identité le mettait automatiquement en rogne. L’autre ne pouvait pas sûrement pas comprendre à quel point il se sentait honteux d’être ce qu’il était et ses réponses pleines de mépris commençaient sérieusement à le gonfler.

Et pourtant, alors qu’il hésitait de plus en plus à lui tourner le dos, Tybalt se montra sous un nouvel angle. Le blond marqua un arrêt, plus perplexe que jamais devant cet aveux mystérieux. « Toi ? Tu t’inquiètes pour moi ? » Le scepticisme alimentait l’ironie de la situation et Milo croisa les bras en observant son interlocuteur. Certes, en passant du temps ensemble, ils avaient appris à composer ensemble, néanmoins jamais Tybalt n’avait réellement montré d’attachement ou d'intérêt pour lui. D’ailleurs, il ne se souvenait que trop bien, de son sarcasme en s’étonnant de son retour à la vie. Lui comme beaucoup d’autres se moquaient bien de ce qui pouvait lui arriver, après tout c’était un méchant monsieur.

Maintenant que Tybalt s’était aventuré sur un terrain vierge, le chasseur s’essaya non sans un peu d’amertume. « Parce que j’ai sauvé ta petite amie ? Tu ne devrais pas, c’est mon boulot après tout. » Pluton chassait uniquement pour sauver les plus démunies, il en valait de même pour un psychopathe qui s’amusait avec l’éthique humaine. Il avait fait de la justice sa plus grande arme et bien que la majorité s’obstinait à le voir comme un monstre, il ne faisait que protéger. Cela dit, il n’était pas là pour débattre sur la légitimité de ses actions, Milo ne doutait pas un seul instant de faire ce qu’il fallait faire de toute manière. Et si l’autre l’avait critiqué à maintes reprises, il venait de prouvait à son tour en tirant sur un homme qu’il serait parfaitement capable de le faire aussi.

« Puis honnêtement, je ne vois pas vraiment quoi dire. Je suis devenue une chimère contre mon gré et j’ose à peine regarder mes amis dans les yeux. Je risque de perdre tout ce que j’ai dans les moins à venir, du coup pour ne pas y penser, je chasse un presque fantôme. » Malgré son air patibulaire, Milo venait d’en dire à l’instant bien plus qu’il ne le pensait et d’une certaine manière, offrir sur un plateau d’argent une sorte de résumé de la situation. Sa vie n’était plus ce qu’elle avait été et bien qu’il essayait de faire comme si de rien n’était, son regard parlait de lui-même.
electric bird.

_________________
" i want pluto to be a planet again " Whoever fights monsters should see to it that in the process he does not become a monster. And if you gaze long enough into an abyss, the abyss will gaze back into you.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

little light | tybalt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Fiche de jeu] Touhou Gensoshoku ~ Dark Purple and Light Black Entanglement
» Light painting
» [mid] US Tank Light Company
» La planète de Light-Gemini
» Combat antique light

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OF FLESH AND BONE :: ALL THE DEVILS ARE HERE :: THE WORLD IS NOT ENOUGH-