soutenir le forum

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 angel | joe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Messages : 49 Voir le profil de l'utilisateur


Jeu 16 Nov - 13:53


i will follow you
laissons, laissons entrer le soleil.
La pluie battait son plein, comme bien trop souvent dans cette zone, ce qui rendait cette ville encore plus triste que d’habitude. Parfois le soleil de son pays natal lui manquait, mais pas au point d’entacher son sourire naturel qu’il arborait comme à son habitude. Accompagné de sa guitare, Romeo batifolait dans les rues, tel un enfant émerveillé, à l’instar de la plupart des passants qui s’activaient à rentrer chez eux, sans même remarquer les éclairs qui illuminaient le ciel au loin. Les orages avaient quelque chose d'apaisement et de grandiose à la fois, qui fascinait toujours autant le jeune portugais qui longeait tout de même un peu les murs, afin de ne pas être trempé jusqu’aux os. A force de perdre son regard n’importe où, Romeo ralentissait la marche de certains passants, qui n’hésitaient pas à le bousculer parfois. Bien qu’il ne répondait jamais, il se souciait un peu de sa guitare, qui prenait parfois quelques coups. L’objet comptait autant qu’un membre de sa famille et il n’avait pas la moindre idée de ce qu’il ferait sans elle.

Marcher le détendait, mais pas dans cette foule de fin d’après midi, marqué par la sortie du boulot qui l’oppressait légèrement. De plus, l’orage approchait dangereusement et il serait plus que préférable d’être au chaud quand il s'abattra sur la ville. Le Page Turner étant trop loin, il lui fallait en chercher un dans ce quartier et si possible à des prix abordables. Au détour d’une rue un peu plus calme, il trouva une enseigne à l’aspect chaleureux, où se trouvait proche de la vitre une jolie blonde au visage bien soucieux. Marquant une pause dans sa marche, Romeo l’observa quelques instants, se demandant ce qui pouvait inquiéter autant cette fille aux allures d’anges. Le destin semblait avoir frappé et le portugais décida rapidement de pousser la porte du café pour y entrer. Afin de ne pas gêner les autres tables en se faufilant, il laissa sa guitare dans un coin, indiquant à la serveuse d’y jeter un oeil de temps en temps.

Maintenant allégé d’un point, il se glissa entre les tables, en direction de la fenêtre où se trouvait la jolie toujours plongé dans son livre. Sa table était pleine de paperasse et elle ne semblait visiblement pas attendre quelqu’un. Après avoir hésité une ou deux secondes pas plus, Romeo se pencha un peu vers elle pour ne pas avoir à parler trop fort. « Tu sais, ce n’est pas si grave la pluie. » Un sourire incroyablement chaleureux, tout en admirant d’un peu plus près ses jolis traits de visage. La jeune femme était très belle et ne ressemblait à aucune fille qu’on pouvait trouver au Portugal. Sa beauté avait quelques chose de poétique et Romeo pourrait sûrement la regarder pendant des heures, bien que ce serait vraiment malaisant. « Je peux ? Je t’ai vu en passant, j’ai trouvé que c’était dommage un air si soucieux sur un si joli visage. » Sans même attendre la réponse, il tira une chaise pour s’y installer, espérant qu’elle ne demandera pas son départ imminent.

Les compliments étaient sincère et bien qu’il avait conscience que ce genre de chose ne se faisait pas vraiment, c’était sa façon à lui d’aborder les gens. Romeo ne s'embêtait jamais du superficiel et restait toujours le plus honnête possible, s’offrant comme il était et rien d’autre. « Romeo, mais tu peux dire Romy si tu veux. » Une petite présentation succinte, qui se voulait la plus amicale possible, tandis que ses yeux se posèrent sur les multiples papiers qui occupaient la table. « Tu travailles sur quoi ? » Ce n’était pas réellement de la curiosité pour dire vrai, il ne comprendrait sûrement pas si elle lui expliquait, après tout ce n’était pas lui le cerveau de la famille. L’inconnue, lui rappelait un peu sa soeur quand elle ramenait ses cours d’université à la maison et rien que pour ça, il était content d’être entré dans le café -sans parler de la douce odeur qui s’échappait d’une cheminée au coin de la pièce.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 82 Voir le profil de l'utilisateur


Dim 19 Nov - 16:55



I really need some help
you wanna study with me ?

Les livres empilés devant elle comme une barrière physique au moindre contact venu de l’extérieur, Joe était penchée sur ses notes avec une attention toute particulière. Ses yeux plissés sur l’écran d’ordinateur ouvert à sa droite furetaient, les doigts de sa main droite tapant parfois quelques mots dans la barre de recherche automatique. Cela faisait déjà un moment qu’elle n’avait pas vérifié l’heure – elle devait bien avoir installé son camp de fortune de recherche depuis le début de la seule après-midi libre dont elle disposait cette semaine.

D’ailleurs, c’était déjà le troisième grand café qu’elle commandait à la serveuse, bien heureuse de voir là une potentielle cliente qui irait jusqu’à commander son repas du soir avant de faire la fermeture. Pour autant, l’air concentré et soucieux de la blondinette n’attirait pas davantage l’envie des serveurs de s’occuper d’elle, elle qui était tellement absorbée par ce qui s’apparentait à des « révisions » qu’elle en marmonnait des merci brefs et jetait à peine un regard sur les employés.

Sûrement perçue comme l’ermite du jour, Joe se moquait en réalité bien de ce que le reste de la clientèle ou même de l’établissement pouvait bien penser. Ils étaient trop loin du compte pour qu’elle s’en inquiète. Derrière les couvertures médicales des ouvrages étalés devant elle, il y avait tout autre chose. Des textes sur les goules et leurs dons aussi extraordinaires que leurs handicaps terrifiants, des coupures d’articles sur les derniers incidents qui s’apparentaient à des victimes de la Ghoul gist affichés sur la page de navigation privée de son portable – son smartphone, lui, ne servait qu’à envoyer de vagues textos pour demander une précision à Tybalt ou à Jaco quand quelque chose lui venait à l’esprit. Oui, parfois, les amis de Jolene s’apparentaient peu ou prou à un Wikipedia goulesque.

Elle avait reposé le fameux téléphone après un nouveau message rempli de questions toutes les plus décousues les unes que les autres, son regard se perdant pendant quelques secondes hagardes sur la vitre embuée et pleine de gouttes du café. L’étudiante se résolvait à faire mine de tourner une énième page du passionnant « Chirurgie des artères » après s’être arrêtée sur les lignes d’une vague et hypothétique explication des comportements agressifs des goules les plus affamées, quand une voix l’interrompit.

Coup de tonnerre qui résonnait dans l’océan de bouquins et de tasses vides, Joe leva brusquement les yeux vers la tête nouvelle, sa main refermant aussi sec l’ouvrage. Non, elle n’avait pas l’air du tout bizarre. « Hein, quoi ? » Qui était ce mec ? Pas un étudiant de la faculté, encore moins un résident de l’hôpital, pas non plus un voisin de pallier … Non sérieusement, pourquoi est-ce qu’il venait la voir ?

Pour la draguer ? Jolene avait presque oublié ce que pouvait faire l’effet d’un compliment, et il était sûrement probable qu’en effet ce jeune arrivant se soit approché d’elle uniquement dans l’espoir d’avoir son numéro. Mais même si elle doutait sincèrement en voyant le jeune homme et son air aussi souriant qu’innocent que son crâne pouvait cacher des plans réellement vicieux derrière la tête, elle ne pouvait se défaire d’une sensation de méfiance extrêmement subtile. « Euh, je … merci ? »  fut la seule réponse dont elle fut capable face à la gentillesse désarmante de sa remarque. Lui se faisait déjà sa place devant elle, à sa table – et les mains de Jolene de s’agiter pour écarter un peu tout le fatras, afin de lui laisser un minimum de place. Pourtant des tables libres, il y en avait, mais lui avait choisi celle-ci. « J’imagine que oui, on est en pays libre. » Et puis il aurait été étrange qu’elle lui refuse une chaise si elle n’avait rien à se reprocher. Alors oui, il pouvait s’asseoir, à vrai dire tant qu’il ne la dérangeait pas outre-mesure, Joe pourrait espérer retourner à ses recherches sans trop devoir discuter.

Ca démarrait mal, puisqu’il lui donnait déjà son prénom – et son petit surnom, au cas où lui prendrait l’envie subite d’être déjà familière avec lui. « Enchantée. Joe. »  Machinalement, elle lui adressa un petit sourire sympathique avant de reporter son attention sur son écran. Trois secondes plus tard, une autre question lui pleuvait dessus et Jolene répondit mécaniquement. « Oh, des trucs de médecine, des articles scientifiques sur les pathologies nerveuses ou sur de la chir’. »  Du charabia qui devait paraître affreusement ennuyeux pour les autres, c’était souvent ce qu’on lui disait. Peut-être que ça le dissuaderait d’aller plus loin – les garçons avaient souvent horreur de sortir avec des Miss-je-sais-tout. « Rien de très intéressant. »  voulut-elle résumer un peu rapidement, elle qui pensait que la chirurgie était tout sauf inintéressante. Impossible de savoir sur quel pied danser avec cet inconnu qui venait l’aborder juste pour discuter – qui faisait ça encore aujourd’hui ? Jolene trouvait l’intention louable mais elle devait reconnaître que si elle déplorait l’absence de spontanéité dans la société actuelle, elle n’était en réalité pas préparée à ce genre de démonstrations. Pour autant, elle ne tenait pas à se montrer incorrecte, ce n’était pas vraiment son genre d’être impolie et ce bien que ce type tombait au mauvais endroit au mauvais moment.
made by black arrow

_________________
Remember everything will be alright.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 49 Voir le profil de l'utilisateur


Mar 21 Nov - 16:03


i will follow you
laissons, laissons entrer le soleil.
La surprise évidente que la blonde affichait sur son visage confirmait l’idée que dans ce monde-ci, les gens abordaient rarement les autres de cette manière. Les compliments étaient tellement rares, qu’on finissait par les trouver louches, seulement il en fallait plus pour arrêter le jeune Veloso. « C’est moi qui devrais te remercier, on ne voit pas de si jolis yeux tous les jours. » Un sourire charmeur en tirant la chaise pour s’asseoir, bien conscient que cette approche déstabilisait sûrement l’inconnue qui avait au moins le mérite de ne pas l’envoyer valser -rien que pour ça, elle lui apparaissait comme une bonne personne. Bien que cela lui ai parfois porté préjudice, Romeo essayait toujours de comprendre les gens, acceptant par conséquent leurs défauts. Néanmoins, la blonde ayant l’air sympathique, il se plaisait à se dire que la suite devrait bien se passer.

Les feuilles qui parsemaient la table ne laissaient plus entrevoir le moindre centimètre de bois clair, tandis que la blonde s’arrangea pour lui laisser un peu d’espace. Le portugais lui adressa un sourire, avant de commander à la serveuse un chocolat chaud, une boisson de circonstance avec l’orage menaçant qui s’abattait sur la ville. Avant de replonger dans son travail, la blonde lui accorda tout de même le privilège de son prénom, ce qui lui dessina un sourire presque enfantin. Joe, trois lettres, le genre qu’on oublie pas et qui lui donnait automatiquement un air fougueux. Pourtant, malgré tout ça, elle restait incroyablement studieuse, le tout accompagné d’une mine soucieuse. Il ne la connaissait certes absolument pas, mais il se plaisait à se dire qu’il pourrait peut-être par sa nature lui décontracter un peu les muscles du visage.

Si pour lui faire connaissance à la table d’un café semblait être une évidence, cela ne semblait pas forcément être partagé par sa compère qui abrégeait au maximum ses réponses. Néanmoins, comme elle répondait toujours, il continua son petit bout de chemin en essayant de proposer son meilleur anglais. « Tu me fais penser à ma soeur avec cet air studieux. Elle est comme toi, elle adore ce genre de chose. Enfin pas la médecine, mais les études tout ça. » Un sourire innocent, alors que ses yeux se promenaient sur les multiples papiers incompréhensibles qui se dressait devant lui. Si l’anglais était encore parfois un problème pour lui, la médecine anglaise elle prenait des airs de chinois avec tous ses mots inconnus. « Perso, je suis plus musi… C’est quoi ça ? » Un papier, légèrement caché sous les autres attira son regard et sans réfléchir il l’attrapa. Sur ce dernier, on pouvait lire deux termes qu’il connaissait bien, à savoir “goule” et “ajin”. Cette fille cachait bien son jeu et ses études pourraient bien être liés à cet air si soucieux qui l’habitait.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 82 Voir le profil de l'utilisateur


Mer 29 Nov - 17:54



I really need some help
you wanna study with me ?

C’était un drôle de phénomène. Quand elle remontait dans le temps, sa mémoire ne se rappelait pas avec exactitude de la dernière fois qu’on l’avait complimentée avec autant d’applications – les lourdauds n’étaient pas une population rare à la faculté, mais les beaux-parleurs de l’acabit de cet inconnu ne couraient pas vraiment les rues. Piquée par une nervosité qu’elle n’expliquait pas, Joe prit tout de travers et au lieu de se contenter d’un sourire poli et appréciateur, répondit un peu précipitamment. « Oh c’est juste l’éclairage qui doit – » Inutile de lui faire un cours sur le fonctionnement des ampoules et la réfraction, il s’en fichait pas mal et elle allait passer pour la gourde de service. Elle se tut avant de reprendre un peu plus calmement et sobrement. « Hum. C’est gentil. »

Son visage se réfugia dans la multitude de livres ouverts, pensant y trouver une issue de secours salutaire. C’était sans compter sur l’esprit de persévérance du jeune homme qui commanda un chocolat chaud, preuve qu’il comptait rester un moment face à elle. Faire mine que sa présence ne la dérangeait pas demeurait l’option la plus sage et Joe pouvait s’y tenir tout le temps qui serait nécessaire, mais s’il continuait de parler, elle allait avoir plus de mal à l’ignorer courtoisement.

Pour un type qui cherchait à la draguer, la comparer à sa sœur avait un côté un peu curieux que la blonde choisit délibérément de ne pas relever. Seule la commissure de ses lèvre se retroussa tandis que ses yeux remontaient jusqu’à ceux de Romeo. « Pas toi ? » On ne jugeait pas un livre par son unique couverture mais au vu de la chemise pour le moins originale et de l’attitude lunaire du jeune homme, Joe l’imaginait mal sur les bancs d’une quelconque école – sauf celle de la vie, qui lui correspondait infiniment mieux.

Avant même qu’elle n’ait le temps de dire ou de faire quoi que ce soit, la main de son interlocuteur vint tirer du tas de paperasses un papier. Le papier, le seul qui n’était pas en rapport avec une quelconque opération de médecine ou un essai clinique d’un médicament au nom obscur. Satané destin, foutu hasard, la blonde maudit instantanément le dit Romeo d’être ce qu’il semblait être – un fameux fouineur doué pour mettre les pieds là où il ne fallait pas précisément pas. « Non ! » s’était-elle d’ores et déjà exclamée, tuant d’un coup de couteau sa crédibilité par cette réaction trop vive et prompte.

L’air interrogateur du brun attendait une réponse. La blonde le regarda, alternant entre son visage et la feuille couverte de ses gribouillis. « C’est … » Ses iris s’arrêtèrent enfin sur lui pour fournir un début d’explication. « Un truc qui n’a rien à faire là. Un client avant moi a du l’oublier là. » S’il gobait ça, elle pouvait automatiquement fêter le mensonge le moins convaincant de son existence. Décidément piètre menteuse, Joe ne comptait pas baisser les bras et s’enfonça dans sa mascarade bas de gamme. « Tu peux me le donner ? Je vais le jeter. » demanda t-elle le plus ingénument possible, main tendue vers lui.
made by black arrow[/color][/b]

_________________
Remember everything will be alright.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 49 Voir le profil de l'utilisateur


Ven 1 Déc - 19:13


i will follow you
laissons, laissons entrer le soleil.
La chaleur des lieux contrastait clairement avec l’apocalypse qui commençait sérieusement à s’abattre sur la ville et quand sa boisson arriva sous ses yeux, il ne put cacher un sourire sincère. Romeo était content d’être entré dans cette boutique et encore plus de pouvoir profiter d’une petite douceur en compagnie de quelqu’un. Le genre de détail qui illuminait son quotidien de plus en plus morose avec l’arrivée de l’hiver. L'excitation des premiers jours le quittait et le portugais cherchait comme il pouvait des moyens de rester un minimum joyeux dans cette ville terriblement grise. Bien sûr, son enthousiasme visible ne semblait pas réellement partagé à la blonde qui profitait de chaque silence pour se replonger dans ses livres. Néanmoins, il comprenait parfaitement sa gêne, mais espérait tout de même qu’elle finisse tout de même par s’ouvrir un petit peu, histoire de passer un bon moment avant le retour de beau temps. « Non pas vraiment, mais je respecte beaucoup ceux qui travaillent avec autant de panache » Son anglais lui jouait encore des tours et Romeo cédait encore à la facilité quand il ne trouvait plus un mot. La blonde ne comprendra peut-être pas sa phrase, mais ce n’était pas réellement important. Les études n’étaient pas réellement sa tasse de thé et bien qu’il aurait pu exceller en musicologie, il n’en avait tout bonnement pas la foi. Venir en cours tous les matins relevait d’un effort surhumain pour lui, qui préférait vivre d’amour et d’eau fraîche.

Un choix de vie que sa soeur n'appréciait certes pas, mais qui devenait plus tolérable depuis sa nouvelle nature. Son immortalité, à défaut de lui retirer encore plus de sens à sa vie, avait au moins le mérite de pouvoir aider un minimum sa soeur à trouver sommeil la nuit. Les ajins ne courraient pas les rues et pour dire vrai, il n’en avait pas lui-même rencontré un depuis son arrivée ici. La plupart vivaient cachés, sûrement par peur de ce qu’il pourrait se passer pour eux si cela venait à s’ébruiter. Bien que Romeo pouvait parfois paraître un peu simplet, il n’était pas encore stupide et se doutait bien qu’il pourrait à tout moment devenir un rat de laboratoir si jamais de mauvaises personnes l’apprenaient et pour une fois, il préféra jouer la prudence et ne se fier à personne. La vidéo postée sur les réseaux sociaux était encore fraîche, et il n’était pas rare d’entendre des gens en parler entre eux, ou même chercher à en apprendre plus, comme cette blonde.

La manière dont elle s’exclama trahissait ses réelles intentions et il était évident qu’elle mentait en disant que ce papier ne lui appartenait pas. La réaction étonna un peu le portugais, autant qu’elle le faisait sourire. La blonde se sentait visiblement coupable de s'intéresser à ce genre de chose, alors que la plupart des humains y portaient naturellement un intérêt. Après tout, ces créatures remettaient immédiatement en cause leur existence. Le cerveau humain cherche continuellement à donner du sens, alors plutôt logique de vouloir comprendre ce qui pouvait bien se tramer dans l’ombre. De plus, en criant ainsi, elle se rendait automatiquement suspect et attisa la curiosité du Veloso qui garda la feuille entre les mains, en faisant parfaitement semblant de la lire. « Bah non, ne le jette pas, c’est intéressant. » Une innocence plus que fausse dans sa voix, alors qu’il lui tendit le morceau de papier, comme pour montrer qu’il ne la jugeait pas pour ce genre passion secrète.

Peut-être que s’il n’avait pas été un junkie, il aurait aimé lui aussi chercher à comprendre ce monde et ces règles. D’une certaine manière, sa nouvelle nature l’avait amené à le faire dans ces heures perdues et ce qu’il avait découvert du jour au lendemain lui avait plus que glacé le sang. Romeo avait toujours préféré vivre loin de ce genre de chose paranormal et s’y retrouver du jour au lendemain l’avait quelque peu déboussoler. La blonde était peut-être comme lui, ce qui serait décidément un gros hasard d’ailleurs. « Tu y crois toi à l’immortalité ? Tu ferais quoi si demain tu devenais immortelle » Sa question n’était pas si futile qu’il pouvait le laisser sous-entendre et il se doutait bien qu’il finirait par captiver l’attention de l’étudiante.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 82 Voir le profil de l'utilisateur


Jeu 7 Déc - 17:56



I really need some help
you wanna study with me ?

Ses sourcils se plissèrent, le dernier mot qui ponctua sa phrase lui échappant totalement. Ca ne devait sûrement pas être une insulte ou un terme péjoratif, mais Joe ne pourrait pas deviner ce qu’il avait voulu dire. Aussi s’abstint-elle de toute réponse pour éviter d’être à côté de la plaque – après tout, il venait de soulever un lièvre fâcheux qui faisait passer tout le reste au dernier plan.

Le brun, lui, n’avait aucunement l’intention de jeter cet insignifiant bout de papier, ce ridicule morceau de feuille arraché que Joe aurait mieux fait de ne jamais laisser traîner. « Intéressant, je sais pas, mais ça n’a rien à voir avec mes bouquins. » Qui espérait-elle convaincre en jouant les filles plus intéressées par leurs études que par un phénomène qui secouait l’entièreté de leur société ? Elle se maudissait encore d’être parfois si peu précautionneuse qu’elle en gardait la main figée en l’air, prête à récupérer son bien à tout moment. Par chance et sûrement aussi un peu par pitié, le fameux étranger lui rendit la preuve de son attitude on ne peut plus suspecte sans trop opposer de résistance. Tant mieux, songea une Joe soulagée qui aurait pu en d’autres circonstances faire face à un interlocuteur bien moins compréhensif. Un type à la Milo Hopkins, têtu comme une mule et prêt à tous les vices pour vous tirer les vers du nez.

Défouler ses nerfs stressés sur le blondinet lui permit au moins de se détendre un minimum alors que ses mains froissaient le papier en une boule compacte.

Dans sa mémoire, le rappel vivace de ce type encagoulé qu’on avait blessé refit surface. Si les Ajins existaient ? Nul doute qu’ils étaient là, quelque part, attendant sans aucun doute une heure plus clémente pour pouvoir s’afficher au grand jour. « Je pense bien, oui. » Ne pas y croire, c’était comme accepter l’obscurantisme qu’une partie de la population proposait volontiers en guise d’alternative à ce monde de fous. Si tu ne veux pas les voir, eh bien ne les regarde pas. Comme si l’existence de toute une catégorie d’individus se résumait à un cauchemar que l’on pouvait chasser en un clin d’œil, cette vision simpliste séduisait plus de personnes que prévu. Joe, bien sûr, était loin de tout ça, elle qui préférait de loin se confronter aux goules et autres formes humaines hybrides. « Toi aussi, non ? » Vu le personnage, il devait être adepte aux théories étranges et aux histoires loufoques – alors un brin d’immortalité dans cette vie ne lui déplairait pas.

D’ailleurs, qu’est-ce qu’elle ferait d’un tel don du ciel ? Joe haussa les épaules spontanément, perplexe devant une si vaste question. « Grande question … Déjà, je fuirais le DRA comme la peste. » Un fait qu’elle releva avec ironie et qui pourtant était on ne peut plus proche de la réalité. « J’en sais rien, j’y ai jamais réfléchi … pour être honnête je crois que c’est pas quelque chose qui rassure les gens. Après tout, mourir et revivre sur commande, ça doit être loin d’être agréable. » Ni agréable, ni aisé à expliquer aux autres. Imaginer vivre la découverte d’un tel pouvoir pouvait donner le vertige. « Dis-moi c’est souvent comme ça que tu abordes les gens ? En leur demandant des trucs sur les Ajins ? »
made by black arrow

_________________
Remember everything will be alright.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 49 Voir le profil de l'utilisateur


Lun 11 Déc - 13:41


i will follow you
laissons, laissons entrer le soleil.
Pour une raison qui lui échappait, la blonde semblait réellement gênée de sa trouvaille, malgré le fait qu’il soit parfaitement légal de s'intéresser à un sujet d’actualité -surtout aussi existentiel que celui-ci. Si les goules occupaient désormais le paysage urbain depuis plusieurs année, l’arrivée d’être immortels bousculaient plus que jamais la chaine alimentaire et menaçait directement la place de l’homme sur cette terre. L’humanité se retrouvait relégué au second plan, tandis que des créatures aux pouvoirs hors du communs sortaient du néant pour se retrouver sous les projecteurs. Une remise en cause difficile pour certains qui continuaient d’ailleurs de rejeter l’idée en l’assimilant à celle de la célèbre zone 51 qui s’appuyait elle aussi sur une simple vidéo. Si certains refusaient d’y croire, c’était sûrement plus par peur qu’autre chose et d’une certaine manière, le portugais pouvait les comprendre -après tout, il était le premier à ignorer certaines choses. Cependant, bien que la jolie blonde niait en bloc son lien avec cette fameuse feuille, elle se montrait au moins réceptive à l'existence de ces mêmes êtres. Romeo n’étant pas non plus débile, comprenait bien que Joe cachait quelque chose et sa curiosité enfantine désirait automatiquement en savoir plus. « Je suppose que oui. » Un sourire en coin, qui lui allait si bien, avant de boire un peu de son chocolat chaud. La boisson le réchauffa immédiatement, tandis que la blonde tentait comme elle pouvait de répondre à sa question des plus philosophique.

Sa remarque sur la DRA amusa légèrement Romeo qui la fuyait au maximum, se doutant que leurs activités ne devaient pas être très plaisante pour des gens comme lui. L’histoire était bourrée de passages sinistres où l’homme était près à massacrer l’autre simplement pour obtenir ce qu’il voulait et pour lui, un tel don ne pouvait pas passer inaperçu et le désir constant de pouvoir de l’humain allait forcément le pousser à vouloir le conquérir. Pourtant, une question demeurait à son esprit, sans jamais trouver de réponses : Pourquoi vouloir devenir immortel ? D’accord la peur de mourir restait un sentiment des plus humains, mais n’était-ce pas retirer tout sens à la vie que de n’avoir peur que du temps ? Tout comme lui, la blonde ne semblait pas avoir réponse à cette question, ce qui la rendait immédiatement plus humaine à ses yeux. L’innocence que Joe dégageait par son visage, son regard ou ses réponses touchait sincèrement le Veloso, heureux de se trouver face à quelqu’un de bon, à l’instar de beaucoup d’autres.

Néanmoins, si lui semblait passer un bon moment, cela n’était visiblement pas réellement le cas de la blonde qui répondait plus par politesse que par envie. D’une certaine manière, il ne pouvait pas lui en vouloir, après tout il n’était personne et venait la déranger dans son travail. Seulement, Romeo avait l’habitude de ce genre de réaction et ne se braquait pas pour si peu. « Non, mais comme le sujet se présentait, je me suis dis que ça pouvait engager la conversation. » Le portugais avait depuis son plus jeune âge une sorte de talent naturel pour jouer avec les sentiments de gens et bien que cela ne soit pas forcément volontaire, il avait vite compris que sa petite bouille n’y était pas pour rien d’ailleurs.

Un léger silence venait de s’installer, tandis qu’il se réchauffait doucement les mains -des mains qui souffraient à cause du froid- autours de sa tasse, toujours les yeux posés sur la blonde. « Tu savais que certaines personnes deviennent des goules ? Je parle pas de ceux qui prennent de la ghoul gist, mais des chimères. Je ne savais même pas que c’était possible avant de venir à Détroit. Il paraît que c’est extrêmement douloureux, enfin c’est ce que l’on m’a dit. » A force de fréquenter le Page Turner, Romeo avait entendu un bon nombre de récit de vie parfaitement incroyable et découvrant que finalement, il était encore loin de connaître ce monde dans lequel ils avançaient. La blonde pouvait mentir tant qu’elle voulait, Romeo savait qu’elle s'intéressait d’une manière ou d’une autre à cet univers, et il comptait bien en apprendre plus à son sujet. Elle qui lui était apparu comme un ange depuis la ruelle.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 

angel | joe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OF FLESH AND BONE :: SO THIS IS YOUR WILDERNESS :: eastside-