soutenir le forum




actuellement en ville
Detroit, MI, USA
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez
 

 c r a c k e d (hatari)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Hatari Rose
c r a c k e d (hatari) Tumblr_pbomxrfmNr1skawvvo4_400
Messages : 11 Voir le profil de l'utilisateur


14.06.19 5:43
HATARI ROSE
you better watch yourself when you jump into it cause the mirror's gonna steal your soul
NOM ET PRÉNOM : Hatari prévient, attention, danger ! Son parfum est suave et entêtant mais cette Rose n'a pas d'épines ; Hatari crie au loup. ÂGE : Il vient d'avoir vingt-deux ans et guette déjà l'apparition des rides chaque matin dans un miroir ébréché. Vieillir l'angoisse tellement qu'il va finir par s'en faire, des cheveux blancs. DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Un 6 mai à Atlanta, Remus d'un Romulus (on n'espère pas), fils d'une louve aux longues dents et d'un dieu ignorant. ORIGINES : Ils ont traversé des océans pour s'échouer sur les îles des Caraïbes, ont brisé leurs chaînes ou n'en ont pas eu le temps, qui sait, qui sait encore qui ils étaient, qui sait d'où ils venaient ? Hatari vient d'ici et d'ailleurs, Hatari va où il veut. OCCUPATION : Il ne touche pas souvent de salaire, il grappille. Baby-sitter, pet-sitter, promeneur de chiens, ramasseur de pommes, agent d'entretien par intérim quand vraiment faut s'y coller, boy toy professionnel quand ça paraît plus facile, de temps en temps il ment sur ses diplômes pour proposer de l'aide aux devoirs à des élèves qui rattrapent son éducation. STATUT CIVIL : Il a dû quitter en vitesse son dernier suggar daddy, depuis il est célibataire et plus seul qu'il n'y paraît. Il ne s'attarde jamais assez pour réchauffer les draps, ces temps-ci, à moins qu'on y mette le prix. ORIENTATION SEXUELLE : Pansexuel, pourvu que ça morde, que ça fasse un peu trop mal ou que ça paye un peu trop bien. SITUATION FAMILIALE : Dévastée. Séparé de sa mère infanticide et ses deux frères depuis la petite enfance, son père lui a été enlevé par la DRA en 2012. Sa route n'a recroisé celle de son aîné August que l'année dernière, et quelques semaines plus tard il apprenait sa mort. Il craint de ne retrouver Cheedo que pour le perdre à son tour, comme s'il était porteur d'une malédiction. MORT ET CAPACITÉS : Hatari ignore combien de fois il est mort avant ses trois ans. La première fois, il n'était qu'un nourrisson fauché par une mort subite ; la dernière fois, son père a surpris sa mère en train de planter les crocs dans son corps inanimé. Elle a promis que ce n'était jamais arrivé avant, un accident, mais impossible de s'en assurer. Depuis que son père l'a embarqué pour Détroit, Hatari a serré la pince à la Faucheuse par deux fois. C'est à quinze ans qu'il a consciemment invoqué son IBM pour la première fois — s'il l'a fait bébé, il ne s'en souvient pas. La créature prend la forme d'un monstre gentil tout en rondeurs digne d'un film pour enfants, mais sa mâchoire à la largeur disproportionnée lui donne un air vorace qui trouble Hatari autant que ça le fascine. PARTI : Il se dit neutre en terrain inconnu, pro-créatures en présence de celles-ci. Il fréquente occasionnellement The Page Turner et approuve secrètement certaines actions des Cavaliers, mais pour le moment s'engager ne lui dit rien — il se dit qu'il n'a pas envie de donner de son temps, en réalité il a surtout la trouille. Ajin non-déclaré, son secret aurait pu éclore au grand jour plus d'une fois mais jusque-là il a su sauver les meubles, au prix d'autres sacrifices. TRAITS DE CARACTÈRE : charmant charmeur, soucieux de plaire - confiant - souple - souriant - vaniteux - fougueux - tête-en-l'air - joueur - taquin - immature - direct - téméraire mais pas courageux - lunatique et inconstant - occasionnellement obsessionnel - débauché - vénal - morbide - en perdition - fonceur - peu enclin à l'introspection - (mélancolique)
CHRONOLOGIE

06 mai 1997 : naissance à Atlanta, en même temps que son jumeau Cheedo.
18 juin 1997 : mort subite du nourrisson... et renaissance immédiate. Sa mère en est témoin et garde le secret, posant maintenant des yeux avides sur le petit corps dodu — elle se contient, un temps.
fin août 2000 : découverte de la folie maternelle par le père et fuite de la maison, Hatari sous le bras. Disparition de sa femme et des deux autres enfants avant qu'il ait pu les récupérer.
03 septembre 2000 : installation à Détroit et rencontre d'Hatari avec Elio et Volans.
octobre 2008 : disparition d'Elio, ses parents annoncent à Hatari qu'il est mort — une demi-vérité. Il a raté l'enterrement.
2012 : son père lui apprend qu'il est un ajin et la vérité sur sa mère et leur fuite. Hatari pète les plombs, se procure une arme et se tire une balle dans la tête. Le bruit rameute les voisins. Son père tue le concierge, seul témoin direct de la résurrection du gamin, et ordonne à Hatari de fuir avant l'arrivée de la DRA, déjà prévenue. Son père se fait embarquer à sa place. Hatari quitte Détroit.
2012-2017 : il vogue de ville en ville, survit en parasitant de nouveaux amis ou en se donnant au plus offrant.
janvier 2018 : après plusieurs mois de vie commune avec un fétichiste sadique, il se fait torturer et tuer. Il fuit, traumatisé, pour rejoindre Détroit.
février 2018 : il retrouve son frère aîné, August.
mars 2018 : mort d'August.
début 2019 : emménagement chez Hannibal, c'est gratuit.


THE FLESH TO THE BONE
pseudo : Kenny. âge : 27. avatar : Reece King. crédit : who knows? (btw accorder les images c'est trop dur jpp c r a c k e d (hatari) 1624160531 ).



i. Il consomme sans problème un kilo de pommes par semaine et est assez friand de chicken wings. Il a souvent mal au ventre. Il était végétarien jusqu'à ses quinze ans, mais dans la rue on ne fait pas la fine bouche. En parlant de bouche, il aime qu'on le morde. Jamie Foxx est l'homme de tous ses fantasmes. La figue est son parfum de gel douche préféré. Il passe souvent du coq à l'âne, ça évite de trop creuser. ii. Il se cherche avec plus ou moins d'obstination selon les périodes, croit parfois s'être trouvé, tourne la page et se dit que non, finalement, il n'est pas encore arrivé à destination, convaincu que sa vie devrait être autre chose qu'une succession de passades. iii. Il a appris le langage des signes tout petit en fréquentant Elio, maintenant il ne l'utilise que rarement pour communiquer avec son IBM, plutôt par jeu. iv. Il se trouve beau la plupart du temps mais il aime se sentir désiré, éveiller la convoitise même s'il n'est pas intéressé, marquer les esprits quitte à semer des ouragans derrière lui. Dans son monde, les gens l'envient ou ont envie de lui, en tout cas ils devraient. Il vit mal les rejets et l'indifférence. v. Quand il se déteste, il s'abandonne à d'autres ou se brise les poings contre les murs et les miroirs jusqu'à ne plus rien sentir. vi. Il s'enthousiasme facilement pour des idées à la con, dangereuses ou extrêmes, et ne résiste pas à un défi même quand il se l'est lancé lui-même. vii. Il est attiré par l'argent, le luxe, le confort, les belles choses qu'il ne trouve pas toujours belles mais dont la valeur est certifiée par leur prix ou le nombre d'envieux qu'elles font saliver. Il n'a pas peur de s'avilir pour les toucher du doigt, pour en faire partie, peu conscient du paradoxe. L'art, c'est étrange, il n'est jamais touché par les œuvres qu'il faudrait, ou pas pour les bonnes raisons, alors il fait semblant et répète tout ce qu'il entend, garde ses véritables sentiments comme un talisman, honteux donc délicieux. Quelques fois ça lui arrive avec des êtres vivants. viii. Son père lui a longtemps caché sa propre histoire avec sa mère et la vérité sur leur nature à tous les deux. Il a éduqué Hatari dans la méfiance envers les goules, voire l'intolérance, mais il n'a jamais rien pu faire contre la fascination de son fils pour ces créatures et leur voracité. Même quand il a fini par cracher le morceau, Hatari ne s'est pas senti aussi répugné qu'il aurait dû à l'idée de leur servir de buffet à volonté. Ça l'a plutôt rendu triste d'être forcé de se cacher, de devoir les tenir à distance, de n'avoir pas pu grandir auprès de sa mère à cause de ce qu'il est. Entre dieu et monstre, ambroisie et poison. Encore aujourd'hui, il n'arrive pas à lui en vouloir à elle, il culpabilise plutôt. ix. Un patch sur un de ses sacs à dos proclame carpe diem et Hatari fait de son mieux pour en faire sa philosophie de vie, éviter de ressasser le passé et nier absolument ses angoisses quant à l'avenir. Il cueille le jour, il cueille la nuit, noctambule et fêtard, grégaire le plus souvent, épicurien si possible, mais capable d'expérimenter tous les extrêmes pour se distraire et ne vivre qu'au présent. x. Fin observateur de la nature humaine et monstrueuse, le faux insouciant ne rate pas une miette de ce qui se joue autour de lui. Créature de sensualité, il sait tout des plaisirs charnels et des supplices, mais il cerne aussi bien les cœurs et les esprits. Plus qu'un simple témoin, il s'en fait le reflet, miroir fantasmagorique qui révèle et incarne tout ce qu'il y décèle, désirs secrets, terreurs enfouies, profondeurs insoupçonnées — ou bien c'est peut-être le contraire, lui qui n'a de cesse d'observer sa propre image reflétée par le monde entier, décomposée comme par un prisme, reflets de reflets de reflets de reflets. Miroir, miroir, dis-lui seulement qu'il est le plus beau.



Dernière édition par Hatari Rose le 01.07.19 16:24, édité 43 fois
Revenir en haut Aller en bas

Hatari Rose
c r a c k e d (hatari) Tumblr_pbomxrfmNr1skawvvo4_400
Messages : 11 Voir le profil de l'utilisateur


14.06.19 5:44
raw
throw all his trash away, look out he's here to stay

1997

Atlanta, six heures du matin. L'aube dépose sa lueur ténue sur le berceau des nouveaux-nés. L'ombre des barreaux de bois trace des stries sur les deux petits corps étendus tête-bêche. L'un s'époumone et gesticule, le visage moite et rougi par sa rage d'exister. L'autre gît à coté, inerte et la peau marbrée de mauve, il pourrait presque dormir mais indéniablement quelque chose lui manque, quelque chose comme un souffle de vie. Le cœur dans la gorge, leur mère le regarde sans y croire. C'est pas possible. C'est pas vrai, se dit-elle sûrement.
Une poussière noire surgie de nulle part enveloppe le cadavre encore tiède et le dérobe à ses yeux. En prenant soin de ne pas la toucher elle soulève l'autre enfant du berceau et recule en le protégeant de ses bras. Quoi que ce soit, elle ne le laissera pas le dévorer lui aussi. Elle ne fuit pas, pourtant, elle n'appelle pas son mari qui dort à poings fermés dans la pièce voisine. Elle veut voir où elle ira ensuite, cette poussière, et ce qu'elle lui laissera à enterrer.
Rien.
La poussière s'évapore comme elle est apparue et son bébé n'a pas bougé. Il est entier. Il est vivant.
C'est pas possible. C'est pas vrai.
Hatari ouvre ses petits poings et tend les mains vers le plafond à la recherche d'un parent pour le rassurer, et bientôt il hurle à pleins poumons en réponse aux pleurs de son frère, comme si le souffle ne lui avait jamais manqué.

2002


« Moi j'veux une maman ! Les mamans c'est mieux qu'les papas, t'es trop nul, t'es trop nul ! » tempête le gamin à l'arrière de la voiture. Il hurle et geint sans discontinuer depuis la sortie de l'école, se tortillant dans son rehausseur pour marteler de coups de pieds le siège conducteur. Mais ses jambes sont trop courtes, et ça aussi c'est la faute de son père. Tout est la faute de son père. Détroit, la tache d'humidité qui gagne du terrain sur le plafond de sa chambre et qui lui fait faire des cauchemars, l'absence de sa mère quand il sort de classe. Certains de ses petits camarades n'ont pas de papa, mais il est le seul à ne pas avoir de maman. Il avait des frères aussi avant que son père ne l'emmène. Il peut prétendre connaître encore le visage de Cheedo — c'est facile, papa dit que c'est le même que le sien, Hatari sait que ce n'est pas vrai mais c'est mieux que rien. D'August, il n'a qu'une photo de plus en plus datée, il est même plus petit que lui dessus, guère plus qu'un bébé. Il la sort quand même de temps en temps du portefeuille de son père. Mais il n'a aucun souvenir du visage de sa mère, seulement des émotions conflictuelles qui lui tordent le ventre quand il essaie de se le remémorer. Papa a brûlé la seule photo qu'il avait d'elle un jour et Hatari pense qu'en même temps il l'a fait disparaître de la surface de la Terre, un tas de cendres vite dispersées par le vent.

2008


« Elio est mort. » Il fait claquer la porte derrière lui et envoie ses clés percuter la porte de la salle de bain. « ELIO EST MORT. » Il colle un coup de pied au porte-manteau qui le lui rend bien en lui tombant dessus. Hatari se laisse dégringoler avec, se couvre de la tête aux pieds des vêtements qui prennent la poussière là-dessus toute l'année et se recroqueville contre le mur. C'est son tour de disparaître. Ça aurait dû être lui plutôt qu'Elio, c'est lui le casse-cou, c'est lui qui fait la course avec les voitures à vélo. Elio, il dessine. On peut pas se tuer en dessinant. « ELIO EST MORT, T'ENTENDS ! » gueule-t-il depuis sa tente de fortune pour se le rentrer dans le crâne. Il a pas voulu croire ses parents, à Elio. Il arrive toujours pas à y croire et pourtant ça doit être vrai, parce que des parents n'inventeraient rien de tel, même des parents qui craignent comme ceux d'Elio. Et il s'y connaît, son père l'a enlevé à sa pauvre mère.
Il ouvre la bouche pour crier encore mais sa voix s'étrangle, n'est plus qu'un chuchotement. « Mais non justement, il entend rien, il l'a pas entendue la bagnole... »
Il fait déjà nuit quand son père rentre pour le trouver endormi sous la pile de manteaux, le visage en feu et l'air fiévreux. « Qu'est-ce que tu fais, il fait cinquante degrés là-dessous. »
Au lieu de lui sauter à la gorge comme il en a l'habitude, Hatari pose sur lui un regard un peu vitreux. « Tu sais, Elio ? » Bien sûr qu'il sait, Elio, Elio et Volans, à défaut de ses propres frères. Pour un père indigne il tend à montrer de l'intérêt pour la vie de son fils. Un hochement de tête, des mots lus sur des lèvres, une étreinte d'un genre nouveau pour l'un et l'autre, et l'aube qui se lève sur un monde dont Elio est absent et dans lequel Hatari et son père peuvent échanger plus de quelques mots sans faire trembler la terre.

2012


Il va le faire. Il va vraiment le faire. C'était pas si dur de trouver un flingue, ça lui a juste coûté toutes ses économies et une pipe. Il y a pas mal réfléchi, le plus simple aurait été de sauter du haut de l'immeuble, pas moyen de se rater, mais en admettant que son père dise vrai il a quand même peur que son corps se répare de traviole s'il en fait de la bouillie. Ça aurait pas été hyper discret non plus. Maintenant qu'il est là, dans la salle de bain — il allait pas se vider de son sang sur le canapé, il a du savoir-vivre —, il se dit qu'une overdose aurait été plus discrète qu'un coup de feu qui risque aussi de rameuter tous les voisins, mais c'est un peu tard pour reculer. Et puis il préfère la symbolique d'une balle dans la tête.
« Hatari, fais pas ça... » Il n'avait jamais autant vu le blanc des yeux de son père. Il ne s'était jamais demandé si les larmes et la sueur avaient le même goût avant de les voir inonder ses joues, des petits torrents qui dégringolent de ses yeux et des nappes phréatiques qui débordent un peu partout sous sa peau.
« Qu'est-ce que ça peut faire, si t'as pas menti ? C'est juste un peu de ménage. » Il se passe la langue sur les lèvres, là aussi c'est moite et salé.
« Hatari, crois-moi c'est tout. Je t'en supplie...
— Tu m'as vu revenir. T'as peur de quoi ?
— Je veux pas te voir mourir, Hatari ! Putain, c'est évident ! Donne-moi ça, arrête ton numé— »
Clic. Le gars qui lui a vendu lui a tout montré, comment charger, déverrouiller, tirer. Il a jamais atteint une bouteille mais à bout portant ça peut pas être sorcier.
« Et si j'avais préféré avoir une mère, même une goule ?
— Elle te... Elle t'a.... Je pouvais pas te laisser avec elle, réfléchis un peu !
— ELLE M'A BOUFFE, J'AI SAISI. » Le gars lui a dit de faire gaffe quand même, de pas agiter les bras avec un flingue chargé à la main. Il s'en souvient et le ramène doucement contre sa tempe. « Mais c'était qu'une fois, c'est pas sa faute, on choisit pas ce qu'on est. J'ai pas choisi moi. Et elle savait qu'elle me faisait pas vraiment de mal...
— Pas de mal ?! Elle savait rien du tout, Hatari. On savait pas à l'époque, on n'avait jamais entendu parler de... résurrection ou... Elle savait pas ce qu'elle avait vu, elle aurait pu être folle. Elle était folle ! Elle est folle, sûrement, et elle te tuerait encore si elle te revoyait. Fais pas ça pour me punir... C'est elle qui t'aimait p— »
BANG !

*


Six dollars. Il aurait pu manger avec six dollars. Il les regrettera peut-être dans quelques temps, quand il aura plus rien à se mettre sous la dent. Six dollars, c'était le prix de l'entrée du musée, c'était le prix de la sécurité. La DRA ne viendra pas le chercher là-dedans, se dit-il en examinant la momie sous toutes les coutures. C'est ce que lui promettaient la façade digne d'un temple et ces mots importants gravés sur le fronton, Institute of Arts. Ils doivent s'en foutre de l'art, les types en blanc. Il ne sait même pas s'ils le cherchent, à vrai dire. Papa a buté le seul témoin direct. Mais le rejeton d'un ajin, en fuite, ça risque de les intéresser.
Fais pas ça pour me punir.
Il se demande à quel point il voulait le punir, si une part infime de lui-même avait anticipé que le concierge s'empresserait de venir voir ce qui s'était passé, quitte à entrer sans y être invité, qu'il ne perdrait pas une seconde pour gueuler à tout l'étage qu'il y avait un ajin chez les Rose, et qu'un voisin appellerait aussitôt les autorités. Mr Morris s'est toujours mêlé de tout et n'a jamais caché qu'il était du genre à faire du zèle pour ce qui est de la lutte contre les monstres — et aussi les immigrés clandestins.

Son père le tenait serré dans ses bras quand Hatari est revenu à la vie, il lui répétait des excuses et des promesses incohérentes en pleurant si fort qu'il n'a pas entendu Morris ouvrir la porte. Hatari non plus. S'exploser la cervelle n'aiguise pas les sens. Quand il a retrouvé l'usage de son corps, le concierge avait la tête éclatée contre le mur du couloir. La massive créature noire — noire comme la nuit, pas noire comme lui — avait encore la main posée dessus. Mais c'est son père qui avait le regard assassin, le blanc des yeux encore plus exposé qu'avant, si c'est possible, et la veine de son front paraissait sur le point de rompre.
« Elles sont complètement sèches tes veines à toi hein ? T'es mort pour de bon, toi... J'espère, » dit Hatari à la momie, puis il se retourne pour jeter un œil autour de lui. Y a personne dans la salle, le musée est quasiment désert à cette heure-ci, en semaine. Il a passé la nuit dehors après avoir fui l'immeuble, obéissant à son père qui lui a collé du fric dans les mains avant de le pousser vers la sortie. Il a à peine eu le temps d'attraper quelques affaires et de lui promettre de ne pas y remettre les pieds, quoiqu'il puisse voir en partant. Il les a regardés l'embarquer, de loin, dissimulé dans l'ombre de son propre IBM — et d'une poubelle. Et maintenant il n'a plus rien au monde que son sac à dos et son monstre fait d'ombre. Il ressemble à celui de son père en moins féroce mais plus imbécile, à peine bon à rester planté là on le lui dit. Il n'est plus là, pour le moment, mais Hatari sent qu'il pourrait le faire surgir à nouveau, et peut-être qu'un jour lui aussi cassera le crâne d'un homme aussi facilement qu'un œuf.
Quand il entend les pas d'autres visiteurs résonner depuis la salle voisine, Hatari remet en place son sac à dos et repart dans la direction opposée, murmurant un « bye bye » à la momie qu'il ne reverra peut-être plus jamais. Il est déjà tard, il faut quitter Détroit.


2018



Revenir.

Il marche sur le bord de la route enneigée, le pouce levé sans même y penser. Il a sillonné des dizaines d’États comme ça, par tous les temps. C'est devenu une seconde nature. Il y a tant de choses qu'il est capable d'endurer stoïquement, maintenant, parfois même avec bonne humeur, c'est pas un peu de neige sous ses pieds nus qui va l'arrêter. Jaw lui a docilement amené les vêtements et le sac à dos que Hatari avait préparés d'avance, mais l'IBM n'a pas assez d'initiative pour avoir pensé à prendre aussi les chaussures posées avec le reste. Hatari ne peut s'en prendre qu'à lui-même, il aurait dû préciser. Et il était hors de question de faire marche arrière pour aller les récupérer. Il n'approchera plus jamais cet entrepôt. Il n'approchera même plus jamais cette ville. Il est mort là-bas, dans un sous-sol glauque aux murs drapés de bâches en plastique. Quand il est parti, son sang était partout et son amant-bourreau gisait dans la marre écarlate, seulement sonné par un coup à la tête.

Lawrence ne lui avait jamais caché qu'il était fasciné par les snuff movies. Même s'il n'a pas osé lui dire à quel point, au début, Hatari l'avait senti et ça s'est confirmé rapidement en fouinant dans ses affaires. Il savait qu'il était dangereux, ce type, mais il était aussi attentionné, charmant, propre sur lui et suffisamment fortuné pour l'entretenir sans poser trop de questions. Et puis il avait de l'espoir. Pour en profiter plus longtemps, il n'est pas impossible que Hatari ait proféré quelques mensonges et lui ait fait miroiter la possibilité d'assouvir son fantasme le plus fou, avec son consentement. « Quand tu seras prêt, ça presse pas, » lui répétait Lawrence de plus en plus fréquemment sur l'oreiller. Quand tu seras prêt, je te tuerai après t'avoir torturé passionnément face à la caméra. Hatari pensait voir venir le moment où l'impatience de Lawrence arriverait au point de non retour. Il comptait se volatiliser juste avant. En attendant, il se pliait quand même juste assez à ses petits jeux sadiques pour retarder l'échéance. Mais il a fini par s'habituer à son quotidien devenu presque confortable malgré le malaise que son amant traînait toujours dans son sillage. Il avait peut-être fini par croire que Lawrence ne passerait jamais à l'acte, que le fantasme était assez. Et puis l'autre soir, Lawrence a ouvert une bouteille de vin, a servi un verre à Hatari, deux verres, lui a tenu la main chastement en travers de la table. Hatari ne s'est pas méfié. C'est vrai que le vin qu'il lui servait était meilleur, d'habitude.

Fixant la route droit devant lui, Hatari essaie de chasser de ses pensées les souvenirs de Lawrence et son sous-sol, les images et les sensations qui reviennent le hanter vingt-quatre heures par jour. Il se pensait invincible. À un moment, il n'aurait rien demandé de mieux que de mourir pour de bon. « Eh bah, t'as une sale gueule, gamin. » Il n'avait pas remarqué qu'un poids-lourd s'était arrêté à quelques mètres devant lui. Une femme dans la cinquantaine avec une masse impressionnante de cheveux bouclés s'approche en lui tendant une cigarette. Il ne fume pas. Il en prend une quand même et approche son visage de la flamme que lui présente la camionneuse.
« Tu vas où ?
— Détroit, je crois. Vous passez par là ? » Sa propre voix lui paraît étrangère. Le monde entier a changé depuis que Lawrence l'a tué.
Mais il peut tout endurer. Rien ne l'effraie. Il est immortel. Intouchable.
Quelque chose en lui le pousse à revenir sur ses pas, revenir à Détroit d'abord, à Atlanta si ça ne suffit pas, retrouver quelque chose de ce qu'il a été, peut-être son insouciance. Ce n'est pas la première fois qu'il l'égare, il est certain qu'il lui remettra la main dessus en cherchant bien.




Dernière édition par Hatari Rose le 30.06.19 17:30, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas

Harlow Vaughan
c r a c k e d (hatari) 09a429772a70ccf9b9db8ed82838a3cb
Messages : 139 Voir le profil de l'utilisateur


14.06.19 5:51
c r a c k e d (hatari) 3372002556 c r a c k e d (hatari) 3372002556 c r a c k e d (hatari) 3372002556

Bienvenue c r a c k e d (hatari) 1214638137 J'ai tant entendu parler d'Hatari par-ci Hatari par-là, j'ai si hâte que tu complètes tout :ko: Le début est déjà génial c r a c k e d (hatari) 4036988170 c r a c k e d (hatari) 1214638137

Et oui, accorder les images c'est la pire chose au monde, on est d'accord là-dessus c r a c k e d (hatari) 1273856791

Bon courage petit c r a c k e d (hatari) 2816949861



don't bark if you can't bite

Revenir en haut Aller en bas

Elio Tremblay
c r a c k e d (hatari) Tumblr_poz10mSW8j1qd9lqbo9_400
Messages : 84 Voir le profil de l'utilisateur


14.06.19 7:09
Aaaaah j'aime tellement ce début c r a c k e d (hatari) 1691192208
J'ai tellement hâte de te lire encore, merci d'avoir pris Hatari, il va être parfait c r a c k e d (hatari) 3264979626
Bienvenue Kenny c r a c k e d (hatari) 1214638137

J'ai ri en voyant qu'il avait un sugar daddy c r a c k e d (hatari) 1273856791 (et que ça a l'air d'être une habitude  c r a c k e d (hatari) 2863956101)
Elio est pas assez vieux et pas assez riche mais il lui cuisinera des cookies c r a c k e d (hatari) 1585457339
Et il lui dira qu'il est moche quand il sera contrarié (avant d'avoir le hoquet parce qu'il ment et de se faire griller)


My imaginary friend
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

Erin Goodacre
c r a c k e d (hatari) Tumblr_pj5e9eVoNg1tzvelz_400
Messages : 19 Voir le profil de l'utilisateur


14.06.19 11:04
c r a c k e d (hatari) Giphy

Bon bah bienvenue officiellement du coup ! c r a c k e d (hatari) 3411591677
En tout cas je suis content de voir ta bouille sur le forum et que t'ai craqué bien avant que ce que tu avais prévu, huhuhu !
Du reste tu le sais déjà mais excellent choix de personnage et tout. Puis Reece... je ne peux qu'approuver mais encore une fois je ne suis surtout pas surpris c r a c k e d (hatari) 1273856791
Quand au personnage... c'est du grand toi, hahaha ! J'adore ! Il est tellement grandiose et barré. Je veux tellement des liens de ouf avec lui, ça va être géant c r a c k e d (hatari) 1273856791

Bon courage ! c r a c k e d (hatari) 1214638137
Revenir en haut Aller en bas

Volans Elkabetz
c r a c k e d (hatari) LKQhgt8
Messages : 290 Voir le profil de l'utilisateur


14.06.19 13:33
TOI c r a c k e d (hatari) 1214638137
trop heureuse de te voir sur FAB kenny :ko: tu fais mon bonheur
faudra parler lien x10000, ok. pas le choix. cette fois, on va rp pour de vrai c r a c k e d (hatari) 1381221205
j'adore déjà le début du petit et j'ai hâte de voir la suite c r a c k e d (hatari) 3036882628



But he had eyes like rain and hair like waves and a soul as vast and deep as the ocean. And I guess I didn’t mind drowning in him.


Revenir en haut Aller en bas

Hannibal Yeats
c r a c k e d (hatari) Large
Messages : 256 Voir le profil de l'utilisateur


14.06.19 18:16
c r a c k e d (hatari) 4084462032
Love. c r a c k e d (hatari) 2007717296 c r a c k e d (hatari) 2007717296 c r a c k e d (hatari) 2007717296 c r a c k e d (hatari) 2007717296 c r a c k e d (hatari) 2007717296
c r a c k e d (hatari) 2006194546 c r a c k e d (hatari) 2006194546 c r a c k e d (hatari) 2006194546
(ce début, Cheedo va tant souffrir c r a c k e d (hatari) 2318322420 )
(mais Hatari est le plus beau c r a c k e d (hatari) 3908006942 )
(je l'aime trop fort c r a c k e d (hatari) 3530335446 c r a c k e d (hatari) 3530335446 )


Revenir en haut Aller en bas

Hatari Rose
c r a c k e d (hatari) Tumblr_pbomxrfmNr1skawvvo4_400
Messages : 11 Voir le profil de l'utilisateur


15.06.19 10:32
@Harlow Vaughan merciiiiii c r a c k e d (hatari) 1585457339 contente que ça te plaise pour l'instant (et que je sois pas la seule à m'être arraché les cheveux sur ces images  c r a c k e d (hatari) 1273856791 ) c r a c k e d (hatari) 1214638137

@Elio Tremblay youuuu c r a c k e d (hatari) 1214638137 c r a c k e d (hatari) 1214638137 c r a c k e d (hatari) 1214638137 J'espère vraiment qu'il te plaira même si j'en fais un sacré phénomène c r a c k e d (hatari) 2861414189 et quoi t'as pas de suggar daddy, tu vis comment ?
Hatari sait que c'est pas vrai qu'il est moche d'abord  c r a c k e d (hatari) 970652684 (nooo le hoquet trop mignon jpp  c r a c k e d (hatari) 2750210969 ) J'ai hâte qu'ils se retrouuuvent

@Erin Goodacre  c r a c k e d (hatari) 1738360765 j'ai failli mettre ce gif en header
et je retiens qu'il faut que je trouve un moyen de te surprendre quand même donc c r a c k e d (hatari) 507409707
en tout cas merciii j'ai hâte de le faire rencontrer tes énergumènes à toi c r a c k e d (hatari) 4142697668

@Volans Elkabetz TOI-MÊME c r a c k e d (hatari) 1214638137 c'était obligé que je vienne à un moment c'est si cool c r a c k e d (hatari) 1832877520 et bon vous autres avec vos persos ça gâche rien
ET OUI là on a vraiment pas le choix anyway c r a c k e d (hatari) 2543665867

@Hannibal Yeats c r a c k e d (hatari) 2007717296 c r a c k e d (hatari) 2007717296 c r a c k e d (hatari) 2007717296
pk souffriiiiiiiir Hatari bouffe pas les gens lui au moins
(mais il est d'accord il est même plus beau que Cheedo)
à plus coloc c r a c k e d (hatari) 1426655501 (OH) (POTATO)
Revenir en haut Aller en bas

Myung Welsh
c r a c k e d (hatari) Tumblr_oqivzjT7k21uv71q3o1_400
Messages : 70 Voir le profil de l'utilisateur


21.06.19 13:42
Aaaaaah je suis trop contente de voir ce perso c r a c k e d (hatari) 1635497164 Arrow
Bienvenue (en retard) j'ai beaucoup trop hâte de lire vos rps avec elio et han ! c r a c k e d (hatari) 4021782751 c r a c k e d (hatari) 952740014 c r a c k e d (hatari) 952740014


Revenir en haut Aller en bas

Hannibal Yeats
c r a c k e d (hatari) Large
Messages : 256 Voir le profil de l'utilisateur


22.06.19 8:07
Je viens te mettre la pression même si je sais que t'as écrit la fin (parce que je veux lire c r a c k e d (hatari) 1624160531 )

expiration du délai
tu veux du rab ?
Ben alors mon petit lapin ? Des problèmes pour finir ta fiche dans les temps ? La semaine de délai que tu avais est désormais écoulée, mais si tu en as besoin, tu peux demander un délai bonus d’une semaine pour la terminer en bonne et due forme
Il suffit pour cela de poster à la suite de ce message et de nous indiquer que le délai te serait utile

Si d’ici trois jours, nous n'avons toujours pas de nouvelles de toi, ta fiche sera archivée et ton compte supprimé. Ça serait dommage de se quitter sur un goût d’inachevé, non ?


c r a c k e d (hatari) 4084462032


Revenir en haut Aller en bas

Hatari Rose
c r a c k e d (hatari) Tumblr_pbomxrfmNr1skawvvo4_400
Messages : 11 Voir le profil de l'utilisateur


23.06.19 5:17
Merci Myuuuung c r a c k e d (hatari) 1738360765

Mais j'ai pas écrit la fin encore :ko:
Et justement je viens plutôt demander un délai parce que j'ai un truc coincé dans le dos et je suis pas sûre de réussir à écrire aujourd'hui c r a c k e d (hatari) 2687292723 je suis grave une mamie
Please and thank you c r a c k e d (hatari) 1832877520
Revenir en haut Aller en bas

Hannibal Yeats
c r a c k e d (hatari) Large
Messages : 256 Voir le profil de l'utilisateur


23.06.19 7:03
La fin, la suite, same thing. c r a c k e d (hatari) 970652684
c r a c k e d (hatari) Giphy
J'te mets juste qu'au 30 juin. c r a c k e d (hatari) 2007717296 Passé ce délai : c r a c k e d (hatari) 1547650836


Revenir en haut Aller en bas

Hatari Rose
c r a c k e d (hatari) Tumblr_pbomxrfmNr1skawvvo4_400
Messages : 11 Voir le profil de l'utilisateur


30.06.19 17:31
On fait genre qu'il y a 31 jours en juin ?

J'ai fini l'histoire mais il me restera juste la chrono et la demande d'ajin à faire, j'essaie demain matin promis, sorry c r a c k e d (hatari) 1832877520 c r a c k e d (hatari) 1214638137
Revenir en haut Aller en bas

Hannibal Yeats
c r a c k e d (hatari) Large
Messages : 256 Voir le profil de l'utilisateur


01.07.19 19:31
Bon tu le sais déjà mais. c r a c k e d (hatari) 3908006942 c r a c k e d (hatari) 3908006942 c r a c k e d (hatari) 3908006942 Hatari est juste la (ou l'im)perfection incarnée, j'aime tellement ses tendances autodestructrices jpp c'est le +++ mieux. c r a c k e d (hatari) 2750210969 Cheedo serait cap de manger Lawrence juste pour lui. c r a c k e d (hatari) 3432240444 Du coup t'es validée même si t'as pas demandé, nah. c r a c k e d (hatari) 3858958319

c r a c k e d (hatari) 2007717296 c r a c k e d (hatari) 2007717296 c r a c k e d (hatari) 2007717296

félicitations, tu es validé(e)
bienvenue dans les sombres rues de detroit
Sur tes crocs ou dans tes veines coule le sang bouillant de ceux qui piétinent le bitume de Detroit. Prend un instant pour respirer, avant d'aller te perdre dans les obscurs recoins de la ville. Il est possible que tu n'en reviennes pas...  

Après la validation, il est important d’aller recenser tes diverses propriétés — ton visage, ton habitation ainsi que ton occupation — dans cette cette section pour ne pas qu’ils te passent sous le nez. Ensuite, direction cette section pour créer ta fiche de lien, un modèle (facultatif) se trouvant à ta disposition au besoin.

En cas de questions, n'hésites pas à aller relire le guide du débutant, ou bien les annexes. Sinon, tu peux aussi aller ici pour poser tes questions au staff. N'oublies pas de suivre régulièrement la section intrigue pour te tenir au courant des sujets en cours et des articles parus.

Lorsque ton premier RP sera posté, nous t’invitons à aller le signaler dans la partie recensement de l’activité, qui sera vérifiée une fois par mois par l’équipe administrative afin de réaliser la liste des comptes en danger… Il s’agit donc pour toi de veiller à ne pas oublier !

Bienvenue parmi nous, et bon jeu sur FAB !  


Revenir en haut Aller en bas

Elio Tremblay
c r a c k e d (hatari) Tumblr_poz10mSW8j1qd9lqbo9_400
Messages : 84 Voir le profil de l'utilisateur


01.07.19 20:18
T'es moche c r a c k e d (hatari) 1585457339
Love you Hattie c r a c k e d (hatari) 4142697668


My imaginary friend
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 

c r a c k e d (hatari)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OF FLESH AND BONE :: SEE HELL IS EMPTY :: METALLIC TASTE :: LES FICHES VALIDÉES-