soutenir le forum




actuellement en ville
Detroit, MI, USA
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez
 

 kitchen nightmare ((ismaël))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Myung Welsh
kitchen nightmare ((ismaël)) Tumblr_oqivzjT7k21uv71q3o1_400
Messages : 70 Voir le profil de l'utilisateur


18.07.19 11:48
Mexicantown à vu grandir le petit Myung, mouchard importé de la Coréen dont la mère indigne a décidé de s'implanter dans un quartier à la hauteur de sa personne. C'est au sein de ce quartier qu'il a toujours considéré comme une village à part entière, que la chimère s'est vu grandir, au gré des altercations entre différentes communautés mais aussi dans les moments de fêtes et de fraternité. Lui s'est toujours illustré par son retrait, il était invisible ; et s'assure de toujours l'être. Visage parmi les visages, un bridé de plus pour certains. La clé de sa survie aura été de faire profil bas. Si il n'avait pas  été inspiré par les actes héroïques de son père biologique, Mew serait toujours vautré le cul dans son canapé à essayer de pénétrer les serveurs de netflix. Alors chaque fois qu'il retourne sur ses pas, il a cette sensation presque nostalgique de retourner à sa source, même s'il n'est pas né ici, aux origines du mal. C'est là qu'il a passé la majorité de sa vie, enfermé dans une petite maison et non dans l'enfer d'une tour - et c'était pas mal pour leurs revenus. Mew se sent presque dépaysé maintenant qu'il habite en plein coeur de Détroit, il a du mal à se dire que cette enfilade de logement sociaux et de lotissement fait partie de la ville qu'il connaît sous un autre angle. Toujours aussi grise, mais sans aucune doute plus vivante, moins avec cette impression de petit bourg où tout le monde connaît tout le monde et tout le monde cache des secrets à tout le monde. Le genre de coin dans une série où il ne fait pas bon d'habiter. Mais on retrouve rapidement ses marques, surtout quand on y a passé sa jeunesse, c'est quelque chose qui est inscrit dans ses gènes maintenant. Il y a des choses ici qui ne changent pas et ce depuis des années, qui restent dans le marbre, une résistance presque sourde. Presque.
Parce que tout le monde ici connaît le nom de Rosemblum.

Ses investigations l'ont menés à diverses conclusions. La petite fouine qu'il est a jeté son dévolu sur le quartier de sa jeunesse, alerté par des affaires de disparus sur lesquels même les virils et leurs gros calibres refusent de trop se mouiller. La chose l'a étonné, intrigué, au fur et à mesure qu'il découvrait que les soupçons sont là mais qu'on n'agit pas. Se faisant passer pour un livreur, pour un huissier ou encore  un gosse venu visiter sa vielle mamie, Myung a recueilli de nombreux témoignages sur la famille qui a la main mise sur le quartier. Lui se rappelle difficilement ce qu'il en était à son époque, bien qu'ils aient toujours été là. Les choses ont été occultées, puis il est passé à une autre vie et d'autres événements ont fait qu'il avait des soucis plus importants que les Rosenblum. Leurs chemins ne sont donc jamais croisés en vingt-sept d'existence. Jusqu'à aujourd'hui, où Mew s'est grimé en inspecteur sanitaire, venu mettre le nez dans la boucherie familiale. Le coréen ne se découvre pas une soudaine passion d’équarrisseur, en revanche il vient lever le voile sur des rumeurs qui font frémir certains pacificateurs.
En fait, il serait curieux de voir ce qu'il y a dans leurs congélos, ou leur cave. Quoique, pour l'instant, il préfère s'en tenir à la chambre froide, parce qu'il n'est pas certain de pouvoir s'occuper de cette affaire là tout seul et sans être réellement armé. La casquette blanche vissée sur la tête qui laisse échapper les bouclettes brunes et vêtuavec un jean légèrement baggy plus t-shirt de société,  Mew pénètre dans la boucherie sans écouter ses tripes qui se tordent d'inquiétude. Incertain, le petit coréen s'approche du propriétaire dont le visage ne lui est pas inconnu. « b'jour m'sieux. » qu'il balance, un peu trop vif, un peu trop maché ; c'est le personnel. « inspection sanitaire. ce s'rait possible de parler avec le patron s'iouplaît ? » il lui sourit de toutes ses dents dans une tentative bête de l'adoucir et surtout, de passer pour un idiot insoupçonnable.


Revenir en haut Aller en bas

Ismaël Rosenblum
kitchen nightmare ((ismaël)) WDrM9Ce
Messages : 25 Voir le profil de l'utilisateur


21.07.19 18:04
Certains pensent que la chasse est quelque chose de vil et qui manque clairement de goût. Un de tes frères te trouverait sûrement sentimental et faible à y voir quelque chose de beau. Sara aurait probablement un sourire sur le visage en t'écoutant parler, avant de déposer un baiser sur tes lèvres, se fichant bien de savoir qu'elles soient recouvertes de sang ou pas. Mais c'est un art, pas quelque chose que tu fais avec hâte ou avec précipitation et c'est bien pour ça que tu n'as pas pu t'y consacrer ces derniers jours. Détroit ne peut plus être ton terrain de jeu personnel, il te faut être prudent, surtout au vue des dernières attaques d'animaux non-identifiés, tu ne peux pas tout simplement t'élancer dans la nuit et montrer la bête pour le premier venu, non, malheureusement, tu ne peux pas.
Ton dernier repas remonte à deux semaines et demi, tu peux encore entendre les cris, les pitiés, non pas ici, pas comme ça et s'il vous plait non, tandis que tu clouais ta victime du jour au sol grâce à ton fidèle hachoir. Le jeu avait été des plus amusants, tu avais traqué le jeune homme dans plusieurs rues, à te fondre dans son ombre, à profiter du fait que toi, l'obscurité ne te dérange pas. Tu as même ramené un bout chez toi, mangeant devant Sara, lui prouvant que non, tu ne t'affaiblis pas et non tu ne te prives pas. Deux semaines et demi, c'est pas long, mais tout de même la faim gronde.
C'est sûrement pour ça que tu te rends à la boucherie aujourd'hui, guidé par ta faim et par absolument rien d'autre, tu la contrôles cependant, tout est toujours contrôlé chez toi, rien ne dépasse, tu joues très bien, tu fais semblant comme un toutou bien dressé, parce qu'Ismaël rosenblum c'est quelqu'un de parfait pas vrai? Un des employés te fait signe, te donne de la paperasse à signer et te montre des belles pièces de viande. À l'extérieur, tu hoches la tête, prends des notes et le gratifies d'une tape sur l'épaule car il fait du bon boulot, et faire du bon boulot pour les Rosenblum, c'est toujours bien vu ici. C'est à l'extérieur seulement, mais là dedans, ça grouille, ça parle et ça s'émeut, s'émeut devant toute cette chair et ta main droite te démange, rêve de trouver le hachoir et de juste tailler en pièce le premier insecte insignifiant qui respire sous tes yeux. Humain, goule, n'importe quoi du moment que l'hémoglobine jaillit sur le sol, couvre tes vêtements, ton visage et que tu sois obligé de nettoyer à grands renforts d'eau et de javel.

La pensée te réconforte, fait remuer quelque chose à l'intérieur, et tu inspires profondément, ton visage est une image parfaite du détachement, ne trahissant pas tout ce qui t'habite. Tu joues à ce jeu depuis trop longtemps pour que le masque se brise, Ismaël Rosenblum est irréprochable, il ne faut pas l'oublier. Tu quittes l'arrière-boutique, toujours aussi pensif, seulement pour être interpellé au moment même où tu jettes tes gants à la poubelle, on cherche le patron. "Bonjour."Tu salues poliment le nouveau venu, l'observes de la tête aux pieds, ne replaçant pas son visage. Et toi qui étais certain de connaître tous les inspecteurs sanitaires du coin, comme quoi, celui-ci est peut-être nouveau... et on l'envoie ici? Pas de chance pour lui. Il t'envoie un sourire, peut-être pour cacher sa nervosité, tu ne sais pas, tu te contentes de lui tendre la main, sans aucun sourire, ces dernières ne trouvent que très rarement ton visage. "Ismaël Rosemblum. Le patron... en quelques sortes. Comment puis-je vous être utile aujourd'hui ?" Non, le patron, c'est ton père tu as envie d'ajouter. Mais pas la peine de déranger Jarod pour si peu, ce genre de broutilles, tu peux les gérer, c'est ton rôle après tout. "Pour tout ce qui concerne l'administratif, c'est ici." Tu fais un signe de tête vers la pile de dossiers bien organisés, par couleurs et par années. Tu es dans le business depuis trop longtemps pour laisser passer le moindre détails, les Rosenblum passent sous le radar pour beaucoup de choses mais la plupart de vos business sont irréprochables. La plupart. [color=#0066ff]"On a déjà eu une inspection il y a peu, par un de vos collègues..."[/color ]Fais-tu remarquer, histoire de, déjà à la recherche du résultat de la dernière inspection, un classeur jaune trouvant facilement tes mains.



the madness

you carry your dreams and yourself like you don't have a soul.
Revenir en haut Aller en bas
 

kitchen nightmare ((ismaël))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nightmare Creatures (1 et 2)
» Soirée NightMare 12/08 à 21h
» Informations sur le recrutement de NiGhtMare
» Octobre 2013 : Taeyang Nightmare Ni-Ya
» Evangeline - collection 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OF FLESH AND BONE :: ALL THE DEVILS ARE HERE :: suburbs :: mexicantown-